HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diodore de Sicile, La Bibliothèque historique, livre XIX

ναῦς



Texte grec :

[19,69] Ἀντίγονος δ´ ὁρῶν τὸν Κάσανδρον ἀντεχόμενον τῆς Ἀσίας Δημήτριον μὲν τὸν υἱὸν ἀπέλιπεν ἐν τῇ Συρίᾳ, προστάξας ἐνεδρεύειν τοὺς περὶ Πτολεμαῖον, οὓς ὑπώπτευεν ἐκ τῆς Αἰγύπτου προάξειν μετὰ δυνάμεως ἐπὶ Συρίας, συναπέλιπε δ´ αὐτῷ πεζοὺς μὲν ξένους μυρίους, Μακεδόνας δὲ δισχιλίους, Λυκίους δὲ καὶ Παμφυλίους πεντακοσίους, Πέρσας δὲ τοξότας καὶ σφενδονήτας τετρακοσίους, ἱππεῖς δὲ πεντακισχιλίους, ἐλέφαντας δὲ πλείους τῶν τεσσαράκοντα. παρακατέστησε δ´ αὐτῷ καὶ συμβούλους τέσσαρας, Νέαρχόν τε τὸν Κρῆτα καὶ Πίθωνα τὸν Ἀγήνορος, ὃς καταβεβήκει πρότερον ὀλίγαις ἡμέραις ἐκ Βαβυλῶνος, πρὸς δὲ τούτοις Ἀνδρόνικόν τε τὸν Ὀλύνθιον καὶ Φίλιππον, ἄνδρας πρεσβυτέρους καὶ συνεστρατευκότας Ἀλεξάνδρῳ πᾶσαν τὴν στρατείαν· ἦν γὰρ Δημήτριος ἔτι νέος τὴν ἡλικίαν, ὡς ἂν γεγονὼς ἔτη δύο πρὸς τοῖς εἴκοσιν. αὐτὸς δὲ τὴν ἄλλην δύναμιν ἀνέλαβε καὶ τὸ μὲν πρῶτον ὑπερβάλλων τὸν Ταῦρον καὶ περιπεσὼν χιόνι πολλῇ συχνοὺς ἀπέβαλε τῶν στρατιωτῶν. διὸ καὶ πάλιν ἀναστρέψας εἰς τὴν Κιλικίαν καὶ μεταλαβὼν ἕτερον καιρὸν διεξῆλθε μὲν ἀσφαλέστερον τὸ προειρημένον ὄρος, παραγενόμενος δ´ εἰς Κελαινὰς τῆς Φρυγίας διεῖλε τὸ στρατόπεδον εἰς χειμασίαν. μετὰ δὲ ταῦτα τὸν στόλον ἐκ Φοινίκης μετεπέμψατο Μηδίου ναυαρχοῦντος, ὃς περιτυχὼν ταῖς Πυδναίων ναυσίν, οὔσαις τριάκοντα ἕξ, καὶ καταναυμαχήσας αὐτάνδρων τῶν σκαφῶν ἐκυρίευσεν. καὶ τὰ μὲν περὶ τὴν Ἑλλάδα καὶ τὴν Ἀσίαν ἐν τούτοις ἦν.

Traduction française :

[19,69] Antigone, voyant que Cassandre cherchait à soumettre l'Asie, laissa son fils Démétrius en Syrie, avec l'ordre d'observer les mouvements de Ptolémée, auquel il soupçonnait le projet de partir de l'Égypte pour envahir arec une armée la Syrie. Voici quelles étaient les troupes qu'Antigone laissa sous les ordres de Démétrius : dix mille fantassins mercenaires, deux mille Macédoniens, cinq cents Lyciens et Pamphyliens, quatre cents archers et frondeurs perses, cinq mille cavaliers et plus de quarante éléphants. En même temps il lui adjoignit quatre conseillers, Néarque le Crétois, Python, fils d'Agénor, qui depuis peu de jours était arrivé de Babylone; Andronicus d'Olynthe et Philippe. C'étaient tous des hommes âgés et qui avaient fait toutes les campagnes d'Alexandre. Ces conseillers étaient nécessaires à Démétrius, qui était alors un tout jeune homme, car il n'avait que vingt-deux ans. Quant à Antigone, il se mit à la tête du reste de l'armée, et voulut d'abord franchir le Taurus; mais, arrêté par la neige et le froid qui lui fit perdre beaucoup de monde, il renonça à ce dessein et retourna dans la Cilicie où il attendit un temps plus favorable. Enfin il traversa cette montagne en sécurité et atteignit Celènes, en Phrygie, où il prit ses quartiers d'hiver. Peu de temps après, il fit venir de Phénicie sa flotte commandée par Médius. Celui-ci rencontra trente navires pydnéens, engagea un combat naval, et se rendit maître des bâtiments ennemis avec tout l'équipage. Tel était l'état des affaires en Grèce et en Asie.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 10/11/2006