HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Thucydide, Histoire de la Guerre du Péloponnèse, livre I

ἀποστάσεις



Texte grec :

[1,74] τοιούτου μέντοι τούτου ξυμβάντος, καὶ σαφῶς δηλωθέντος ὅτι ἐν ταῖς ναυσὶ τῶν Ἑλλήνων τὰ πράγματα ἐγένετο, τρία τὰ ὠφελιμώτατα ἐς αὐτὸ παρεσχόμεθα, ἀριθμόν τε νεῶν πλεῖστον καὶ ἄνδρα στρατηγὸν ξυνετώτατον καὶ προθυμίαν ἀοκνοτάτην· ναῦς μέν γε ἐς τὰς τετρακοσίας ὀλίγῳ ἐλάσσους τῶν δύο μοιρῶν, Θεμιστοκλέα δὲ ἄρχοντα, ὃς αἰτιώτατος ἐν τῷ στενῷ ναυμαχῆσαι ἐγένετο, ὅπερ σαφέστατα ἔσωσε τὰ πράγματα, καὶ αὐτὸν διὰ τοῦτο ὑμεῖς ἐτιμήσατε μάλιστα δὴ ἄνδρα ξένον τῶν ὡς ὑμᾶς ἐλθόντων· προθυμίαν δὲ καὶ πολὺ τολμηροτάτην ἐδείξαμεν, οἵ γε, ἐπειδὴ ἡμῖν κατὰ γῆν οὐδεὶς ἐβοήθει, τῶν ἄλλων ἤδη μέχρι ἡμῶν δουλευόντων ἠξιώσαμεν ἐκλιπόντες τὴν πόλιν καὶ τὰ οἰκεῖα διαφθείραντες μηδ' ὣς τὸ τῶν περιλοίπων ξυμμάχων κοινὸν προλιπεῖν μηδὲ σκεδασθέντες ἀχρεῖοι αὐτοῖς γενέσθαι, ἀλλ' ἐσβάντες ἐς τὰς ναῦς κινδυνεῦσαι καὶ μὴ ὀργισθῆναι ὅτι ἡμῖν οὐ προυτιμωρήσατε. ὥστε φαμὲν οὐχ ἧσσον αὐτοὶ ὠφελῆσαι ὑμᾶς ἢ τυχεῖν τούτου. ὑμεῖς μὲν γὰρ ἀπό τε οἰκουμένων τῶν πόλεων καὶ ἐπὶ τῷ τὸ λοιπὸν νέμεσθαι, ἐπειδὴ ἐδείσατε ὑπὲρ ὑμῶν καὶ οὐχ ἡμῶν τὸ πλέον, ἐβοηθήσατε (ὅτε γοῦν ἦμεν ἔτι σῶοι, οὐ παρεγένεσθε)· ἡμεῖς δὲ ἀπό τε τῆς οὐκ οὔσης ἔτι ὁρμώμενοι καὶ ὑπὲρ τῆς ἐν βραχείᾳ ἐλπίδι οὔσης κινδυνεύοντες ξυνεσώσαμεν ὑμᾶς τε τὸ μέρος καὶ ἡμᾶς αὐτούς. εἰ δὲ προσεχωρήσαμεν πρότερον τῷ Μήδῳ δείσαντες, ὥσπερ καὶ ἄλλοι, περὶ τῇ χώρᾳ, ἢ μὴ ἐτολμήσαμεν ὕστερον ἐσβῆναι ἐς τὰς ναῦς ὡς διεφθαρμένοι, οὐδὲν ἂν ἔδει ἔτι ὑμᾶς μὴ ἔχοντας ναῦς ἱκανὰς ναυμαχεῖν, ἀλλὰ καθ' ἡσυχίαν ἂν αὐτῷ προυχώρησε τὰ πράγματα ᾗ ἐβούλετο.

Traduction française :

[1,74] LXXIV. - "Devant de tels événements qui prouvèrent clairement que la puissance des Grecs résidait dans leur marine, nous avons procuré les trois éléments les plus décisifs : le plus grand nombre de vaisseaux, un stratège particulièrement avisé et un courage sans la moindre défaillance. Sur un total de trois cents vaisseaux nous n'en avons pas fourni moins des deux tiers ; Thémistocle était à notre tête, à qui revient particulièrement la décision d'avoir livré la bataille dans un détroit. C'est cette décision qui a sauvé la situation ; et c'est la raison qui vous a fait accorder à Thémistocle plus d'honneur qu'à aucun étranger venu à Lacédémone. Bref nous avons montré, plus que quiconque, un courage plein d'audace : nul par terre ne venait à notre aide ; jusqu'à notre frontière les autres peuples étaient asservis ; néanmoins nous avons décidé de quitter notre ville, nous avons anéanti nos biens, sans vouloir abandonner les alliés qui nous restaient encore, sans nous disperser au risque de leur devenir inutiles. Au contraire, nous nous sommes embarqués et avons affronté le danger ; nous ne nous sommes pas irrités de vous voir venir si lentement à notre secours. Aussi affirmons-nous que nous vous avons rendu service tout autant qu'à nous-mêmes. Vos villes étaient encore occupées, vous aviez toute possibilité de les habiter par la suite, quand, craignant pour votre sort plus que pour le nôtre, vous êtes venus à notre secours. Car, tant que notre situation ne fut pas compromise, vous ne vous trouviez pas à nos côtés. Nous, nous sommes partis d'une ville qui n'existait plus ; sa situation était presque désespérée, quand nous avons risqué la bataille et que nous vous avons sauvés en nous sauvant nous-mêmes. Si tout d'abord, craignant comme les autres pour notre pays, nous étions passés du côté du Mède ; si ensuite considérant la situation comme perdue, nous ne nous étions pas embarqués, il n'eût servi de rien que vous livriez bataille sur mer, car votre flotte n'était pas suffisante et le Mède serait arrivé sans peine à ses fins.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 29/09/2005