HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Strabon, Geographica, livre XIV-3

μέγεθος



Texte grec :

[14c,8] Εἶθ´ Ἱερὰ ἄκρα καὶ αἱ Χελιδόνιαι τρεῖς νῆσοι τραχεῖαι, πάρισοι τὸ μέγεθος, ὅσον πέντε σταδίοις ἀλλήλων διέχουσαι· τῆς δὲ γῆς ἀφεστᾶσιν ἑξαστάδιον· μία δ´ αὐτῶν καὶ πρόσορμον ἔχει. ἐντεῦθεν νομίζουσιν οἱ πολλοὶ τὴν ἀρχὴν λαμβάνειν τὸν Ταῦρον διά τε τὴν ἄκραν ὑψηλὴν οὖσαν καὶ καθήκουσαν ἀπὸ τῶν Πισιδικῶν ὀρῶν τῶν ὑπερκειμένων τῆς Παμφυλίας καὶ διὰ τὰς προκειμένας νήσους ἐχούσας ἐπιφανές τι σημεῖον ἐν τῇ θαλάττῃ κρασπέδου δίκην. τὸ δ´ ἀληθὲς ἀπὸ τῆς Ῥοδίων περαίας ἐπὶ τὰ πρὸς Πισιδίαν μέρη συνεχής ἐστιν ἡ ὀρεινή, καλεῖται δὲ καὶ αὕτη Ταῦρος. δοκοῦσι δὲ αἱ Χελιδόνιαι κατὰ Κάνωβόν πως πίπτειν· τὸ δὲ δίαρμα λέγεται τετρακισχιλίων σταδίων. ἀπὸ δὲ τῆς Ἱερᾶς ἄκρας ἐπὶ τὴν Ὀλβίαν λείπονται στάδιοι τριακόσιοι ἑξήκοντα ἑπτά· ἐν τούτοις δ´ ἐστὶν ἥ τε Κράμβουσα καὶ Ὄλυμπος πόλις μεγάλη καὶ ὄρος ὁμώνυμον, ὃ καὶ Φοινικοῦς καλεῖται· εἶτα Κώρυκος ὁ αἰγιαλός.

Traduction française :

[14c,8] Plus loin se présentent à nous et le promontoire Sacré et les trois îles Chélidoniennes, toutes trois également tristes et âpres d'aspect, toutes trois à peu près de mêmes dimensions, espacées entre elles de 5 stades environ et distantes de 7 stades de la côte de terre ferme. L'une d'elles possède un bon mouillage. Suivant l'opinion commune, c'est du Promontoire Sacré que part la chaîne du Taurus : on se fonde sur l'extrême élévation dudit promontoire, sur ce qu'il constitue l'extrémité des montagnes qui courent au-dessus de la Pamphylie et qu'on appelle les Monts de Pisidie, sur la présence enfin de ces trois îles, qui, placées dans la mer juste au-dessous du cap, lui dessinent une sorte de frange ou de bordure, disposition remarquable et bien faite pour servir de repère géographique ; mais la vérité est que, de la Pérée rhodienne aux frontières de Pisidie, les montagnes forment une chaîne continue qui s'appelle déjà le Taurus. Ajoutons que les îles Chélidoniennes sont situées sous le même méridien pour ainsi dire que Canope, et que le trajet qui les sépare de cette ville est évalué à 4000 stades. Mais reprenons du cap Sacré : pour atteindre Olbia, il nous reste 367 stades à franchir, et, comme points intermédiaires à relever, Crambuse, Olympus, ville considérable qui précède une montagne de même nom appelée quelquefois aussi le Phoenicus, et, pour finir, la plage ou côte de Corycus.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/03/2009