HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Platon, Protagoras

Ἀνάγκη



Texte grec :

[332] — Οὐ πάνυ, (332a) ἔφη, οὕτως, οὐ μέντοι οὐδὲ αὖ ὡς σύ μοι δοκεῖς οἴεσθαι. — Ἀλλὰ μήν, ἔφην ἐγώ, ἐπειδὴ δυσχερῶς δοκεῖς μοι ἔχειν πρὸς τοῦτο, τοῦτο μὲν ἐάσωμεν, τόδε δὲ ἄλλο ὧν ἔλεγες ἐπισκεψώμεθα. ἀφροσύνην τι καλεῖς; — Ἔφη. — Τούτῳ τῷ πράγματι οὐ πᾶν τοὐναντίον ἐστὶν ἡ σοφία; — Ἔμοιγε δοκεῖ, ἔφη. — Πότερον δὲ ὅταν πράττωσιν ἅνθρωποι ὀρθῶς τε καὶ ὠφελίμως, τότε σωφρονεῖν σοι δοκοῦσιν οὕτω πράττοντες, ἢ {εἰ} τοὐναντίον {ἔπραττον}; — Σωφρονεῖν, ἔφη. — Οὐκοῦν (332b) σωφροσύνῃ σωφρονοῦσιν; — Ἀνάγκη. — Οὐκοῦν οἱ μὴ ὀρθῶς πράττοντες ἀφρόνως πράττουσιν καὶ οὐ σωφρονοῦσιν οὕτω πράττοντες; — Συνδοκεῖ μοι, ἔφη. — Τοὐναντίον ἄρα ἐστὶν τὸ ἀφρόνως πράττειν τῷ σωφρόνως; — Ἔφη. — Οὐκοῦν τὰ μὲν ἀφρόνως πραττόμενα ἀφροσύνῃ πράττεται, τὰ δὲ σωφρόνως σωφροσύνῃ; — Ὡμολόγει. — Οὐκοῦν εἴ τι ἰσχύϊ πράττεται, ἰσχυρῶς πράττεται, καὶ εἴ τι ἀσθενείᾳ, ἀσθενῶς; — Ἐδόκει. — Καὶ εἴ τι μετὰ τάχους, ταχέως, καὶ εἴ τι μετὰ βραδυτῆτος, (332c) βραδέως; — Ἔφη. — Καὶ εἴ τι δὴ ὡσαύτως πράττεται, ὑπὸ τοῦ αὐτοῦ πράττεται, καὶ εἴ τι ἐναντίως, ὑπὸ τοῦ ἐναντίου; — Συνέφη. — Φέρε δή, ἦν δ´ ἐγώ, ἔστιν τι καλόν; — Συνεχώρει. — Τούτῳ ἔστιν τι ἐναντίον πλὴν τὸ αἰσχρόν; — Οὐκ ἔστιν. — Τί δέ; ἔστιν τι ἀγαθόν; — Ἔστιν. — Τούτῳ ἔστιν τι ἐναντίον πλὴν τὸ κακόν; — Οὐκ ἔστιν. — Τί δέ; ἔστιν τι ὀξὺ ἐν φωνῇ; — Ἔφη. — Τούτῳ μὴ ἔστιν τι ἐναντίον ἄλλο πλὴν τὸ βαρύ; — Οὐκ ἔφη. — Οὐκοῦν, ἦν δ´ ἐγώ, ἑνὶ ἑκάστῳ τῶν ἐναντίων ἓν μόνον ἐστὶν ἐναντίον καὶ οὐ πολλά; — Συνωμολόγει. (332d) Ἴθι δή, ἦν δ´ ἐγώ, ἀναλογισώμεθα τὰ ὡμολογημένα ἡμῖν. ὡμολογήκαμεν ἓν ἑνὶ μόνον ἐναντίον εἶναι, πλείω δὲ μή; — Ὡμολογήκαμεν. — Τὸ δὲ ἐναντίως πραττόμενον ὑπὸ ἐναντίων πράττεσθαι; — Ἔφη. — Ὡμολογήκαμεν δὲ ἐναντίως πράττεσθαι ὃ ἂν ἀφρόνως πράττηται τῷ σωφρόνως πραττομένῳ; — Ἔφη. — Τὸ δὲ σωφρόνως πραττόμενον ὑπὸ σωφροσύνης πράττεσθαι, τὸ δὲ ἀφρόνως ὑπὸ ἀφροσύνης; (332e) — Συνεχώρει. — Οὐκοῦν εἴπερ ἐναντίως πράττεται, ὑπὸ ἐναντίου πράττοιτ´ ἄν; — Ναί. — Πράττεται δὲ τὸ μὲν ὑπὸ σωφροσύνης, τὸ δὲ ὑπὸ ἀφροσύνης; — Ναί. — Ἐναντίως; — Πάνυ γε. — Οὐκοῦν ὑπὸ ἐναντίων ὄντων; — Ναί. — Ἐναντίον ἄρ´ ἐστὶν ἀφροσύνη σωφροσύνης; — Φαίνεται. — Μέμνησαι οὖν ὅτι ἐν τοῖς ἔμπροσθεν ὡμολόγηται ἡμῖν ἀφροσύνη σοφίᾳ ἐναντίον εἶναι; — Συνωμολόγει.

Traduction française :

[332] - Ce n'est pas tout à fait cela, dit-il, mais ce n'est pas non plus ce que tu parais penser. - Eh bien ! dis-je, puisque ce débat ne semble pas de ton goût, laissons-le ; examinons dans ton discours un autre point, celui-ci par exemple. XX. - La folie est quelque chose à tes yeux ? - Oui. - Cette chose n'a-t-elle pas exactement pour contraire la sagesse ? - C'est mon avis, répondit-il. - Quand des hommes règlent leurs actes sur le bien et l'utile, crois-tu qu'ils sont tempérants, en se conduisant ainsi, ou tout le contraire ? - Ils sont tempérants, dit-il. - N'est-ce point par la tempérance qu'ils sont tempérants ? - Si, forcément. - N'est-il pas vrai que ceux qui n'agissent pas bien agissent follement, et ne sont pas tempérants en tant qu'ils agissent ainsi ? - C'est aussi mon avis, dit-il. - Agir follement est donc le contraire d'agir avec tempérance ? - Oui. - Ce qui est fait follement n'est-il pas fait par folie, et ce qui est fait avec tempérance, par tempérance ? Il en convint. - Ce qui est fait avec vigueur, n'est-il pas fait vigoureusement, et ce qui est fait avec faiblesse, faiblement ? Il le reconnut. - Et si quelque chose est fait avec vitesse, n'est-il pas fait vivement, avec lenteur, lentement ? - Si. - Et si quelque chose est fait de la même manière, n'est-il pas fait par le même principe, et d'une façon contraire, par un principe contraire ? Il en demeura d'accord. - Mais voyons, dis-je ; existe-t-il quelque chose de beau ? Il l'admit. - Ce beau a-t-il un autre contraire que le laid ? - Non. - Poursuivons ; existe-t-il quelque chose de bon ? - Oui. - Ce bon a-t-il un autre contraire que le mauvais ? - Non. - De même, y a-t-il quelque chose d'aigu dans le son ? - Oui. - Cet aigu a-t-il un autre contraire que le grave ? - Non. - Chaque contraire n'a donc qu'un seul contraire, dis-je, et non plusieurs ? Il en convint. - Allons, maintenant, dis-je ; récapitulons les choses dont nous sommes convenus. Nous sommes convenus que chaque contraire n'a qu'un seul contraire, et non plusieurs, n'est-ce pas ? - Oui. - Que ce qui est fait d'une manière contraire est fait par des principes contraires ? - Oui. - Nous sommes convenus que ce qui est fait follement est fait d'une manière contraire à ce qui est fait avec tempérance ? - En effet. - Que ce qui est fait avec tempérance est fait par tempérance, et ce qui est fait follement, par folie ? Il en tomba d'accord. - Donc si ces choses sont faites d'une manière contraire, elles sont faites par un principe contraire ? - Oui. - Or l'une est faite par tempérance, l'autre par la folie ? - Oui. - D'une manière contraire ? - Sans doute. - Donc par des principes contraires ? - Oui. - Dès lors la folie est contraire à la tempérance ? - Il paraît. - Eh bien ; te rappelles-tu que tout à l'heure nous avons reconnu que la folie est le contraire de la sagesse ? Il le reconnut.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site d'Ugo BRATELLI (NIMISPAUCI)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 3/05/2006