HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Platon, Protagoras

δή



Texte grec :

[330] — Ἔστιν γὰρ οὖν καὶ ταῦτα μόρια (330a) τῆς ἀρετῆς, ἔφην ἐγώ, σοφία τε καὶ ἀνδρεία; — Πάντων μάλιστα δήπου, ἔφη· καὶ μέγιστόν γε ἡ σοφία τῶν μορίων. — Ἕκαστον δὲ αὐτῶν ἐστιν, ἦν δ´ ἐγώ, ἄλλο, τὸ δὲ ἄλλο; — Ναί. — Ἦ καὶ δύναμιν αὐτῶν ἕκαστον ἰδίαν ἔχει; ὥσπερ τὰ τοῦ προσώπου, οὐκ ἔστιν ὀφθαλμὸς οἷον τὰ ὦτα, οὐδ´ ἡ δύναμις αὐτοῦ ἡ αὐτή· οὐδὲ τῶν ἄλλων οὐδέν ἐστιν οἷον τὸ ἕτερον οὔτε κατὰ τὴν δύναμιν οὔτε κατὰ τὰ ἄλλα· ἆρ´ οὖν οὕτω καὶ τὰ τῆς ἀρετῆς μόρια οὐκ ἔστιν τὸ ἕτερον οἷον τὸ (330b) ἕτερον, οὔτε αὐτὸ οὔτε ἡ δύναμις αὐτοῦ; ἢ δῆλα δὴ ὅτι οὕτως ἔχει, εἴπερ τῷ παραδείγματί γε ἔοικε; — Ἀλλ´ οὕτως, ἔφη, ἔχει, ὦ Σώκρατες. — Καὶ ἐγὼ εἶπον· Οὐδὲν ἄρα ἐστὶν τῶν τῆς ἀρετῆς μορίων ἄλλο οἷον ἐπιστήμη, οὐδ´ οἷον δικαιοσύνη, οὐδ´ οἷον ἀνδρεία, οὐδ´ οἷον σωφροσύνη, οὐδ´ οἷον ὁσιότης. — Οὐκ ἔφη. — Φέρε δή, ἔφην ἐγώ, κοινῇ σκεψώμεθα ποῖόν τι αὐτῶν ἐστιν ἕκαστον. πρῶτον μὲν τὸ τοιόνδε· (330c) ἡ δικαιοσύνη πρᾶγμά τί ἐστιν ἢ οὐδὲν πρᾶγμα; ἐμοὶ μὲν γὰρ δοκεῖ· τί δὲ σοί; — Κἀμοί, ἔφη. — Τί οὖν; εἴ τις ἔροιτο ἐμέ τε καὶ σέ· "Ὦ Πρωταγόρα τε καὶ Σώκρατες, εἴπετον δή μοι, τοῦτο τὸ πρᾶγμα ὃ ὠνομάσατε ἄρτι, ἡ δικαιοσύνη, αὐτὸ τοῦτο δίκαιόν ἐστιν ἢ ἄδικον;" ἐγὼ μὲν ἂν αὐτῷ ἀποκριναίμην ὅτι δίκαιον· σὺ δὲ τίν´ ἂν ψῆφον θεῖο; τὴν αὐτὴν ἐμοὶ ἢ ἄλλην; — Τὴν αὐτήν, ἔφη. — Ἔστιν ἄρα τοιοῦτον ἡ δικαιοσύνη οἷον δίκαιον εἶναι, φαίην ἂν ἔγωγε ἀποκρινόμενος τῷ (330d) ἐρωτῶντι· οὐκοῦν καὶ σύ; — Ναί, ἔφη. — Εἰ οὖν μετὰ τοῦτο ἡμᾶς ἔροιτο· "Οὐκοῦν καὶ ὁσιότητά τινά φατε εἶναι;" φαῖμεν ἄν, ὡς ἐγᾦμαι. — Ναί, ἦ δ´ ὅς. — "Οὐκοῦν φατε καὶ τοῦτο πρᾶγμά τι εἶναι;" φαῖμεν ἄν· ἢ οὔ; — Καὶ τοῦτο συνέφη. — "Πότερον δὲ τοῦτο αὐτὸ τὸ πρᾶγμά φατε τοιοῦτον πεφυκέναι οἷον ἀνόσιον εἶναι ἢ οἷον ὅσιον;" ἀγανακτήσαιμ´ ἂν ἔγωγ´, ἔφην, τῷ ἐρωτήματι, καὶ εἴποιμ´ ἄν· Εὐφήμει, ὦ ἄνθρωπε· σχολῇ μεντἄν τι ἄλλο ὅσιον εἴη, εἰ μὴ αὐτή (330e) γε ἡ ὁσιότης ὅσιον ἔσται. τί δὲ σύ; οὐχ οὕτως ἂν ἀποκρίναιο; — Πάνυ μὲν οὖν, ἔφη. Εἰ οὖν μετὰ τοῦτο εἴποι ἐρωτῶν ἡμᾶς· "Πῶς οὖν ὀλίγον πρότερον ἐλέγετε; ἆρ´ οὐκ ὀρθῶς ὑμῶν κατήκουσα; ἐδόξατέ μοι φάναι τὰ τῆς ἀρετῆς μόρια εἶναι οὕτως ἔχοντα πρὸς ἄλληλα, ὡς οὐκ εἶναι τὸ ἕτερον αὐτῶν οἷον τὸ ἕτερον·" εἴποιμ´ ἂν ἔγωγε ὅτι Τὰ μὲν ἄλλα ὀρθῶς ἤκουσας, ὅτι δὲ καὶ ἐμὲ οἴει εἰπεῖν τοῦτο, παρήκουσας·

Traduction française :

[330] - Ce sont donc aussi, dis-je, des parties de la vertu, la sagesse et le courage ? - Rien n'est plus certain, répliqua-t-il, et la sagesse est la plus importante de ces parties. - Et chacune de ces parties, demandai-je, est différente de l'autre ? - Oui. - Est-ce que chacune d'elles a aussi sa propriété, comme les parties du visage ? L'oeil n'est pas tel que l'oreille et n'a pas la même propriété, et aucune autre partie n'est pareille à une autre ni pour la propriété ni pour tout le reste. En est-il donc de même des parties de la vertu ? ne sont-elles pas, elles aussi, différentes l'une de l'autre et en elles-mêmes et dans leur propriété ? N'est-il pas évident qu'elles le sont, s'il faut suivre jusqu'au bout là comparaison ? - C'est vrai, Socrate, dit-il. - Alors, dis-je, parmi les parties de la vertu, il n'y en a pas une qui soit pareille à la science, à la justice, ni au courage, ni à la tempérance, ni à la sainteté ? - Non, dit-il. - Eh bien, alors, repris-je, examinons ensemble ce qu'est chacune d'elles. Commençons par la justice : est-elle quelque chose de réel, ou n'est-elle rien ? Pour moi, je trouve que c'est quelque chose de réel. Et toi ? - Moi aussi, dit-il. - Eh bien, si quelqu'un nous disait à tous deux : Dites-moi, Protagoras et Socrate, ce que vous avez nommé tout à l'heure la justice est-elle en soi juste ou injuste ? moi je lui répondrais qu'elle est juste. Et toi, ajouterais-tu ton suffrage au mien, ou es-tu d'un autre avis ? - Je suis de ton avis, dit-il. - Alors, la justice est la même chose qu'être juste ? Oui, répondrais-je à mon questionneur. Ne répondrais-tu pas de même ? - Si, dit-il. - S'il nous demandait ensuite : Ne dites-vous pas qu'il y a aussi une sainteté ? nous répondrions oui, je suppose ? - Sans doute, répondit-il. - Ne dites-vous pas que cette sainteté aussi est quelque chose ? Nous le reconnaîtrions, n'est-ce pas ? Il en tomba d'accord aussi. - Mais à votre avis, cette sainteté est-elle en soi la même chose qu'être impie ou qu'être saint ? Je me fâcherais, moi, d'une telle question, et je répondrais : Parle mieux, l'ami. Il n'y aurait vraiment plus rien de saint, si la sainteté même n'était pas sainte. Et toi, ne répondrais-tu pas comme moi ? - Absolument comme toi, dit-il. XIX. - Si, continuant ses questions, il nous disait : Comment disiez-vous donc tout à l'heure ? Vous ai-je mal entendus ? Vous disiez, si je ne me trompe, que les parties de la vertu ont entre elles des rapports tels qu'aucune ne ressemble aux autres ; je lui répondrais pour ma part : Pour ce qui a été dit, tu l'as bien entendu ; mais quant à croire que c'est moi qui l'ai dit, tu as mal entendu.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site d'Ugo BRATELLI (NIMISPAUCI)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 3/05/2006