HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Gorgias

μάλιστα



Texte grec :

[453] (Σωκράτης)
νῦν μοι δοκεῖς δηλῶσαι, ὦ Γοργία, ἐγγύτατα τὴν (453a) ῥητορικὴν ἥντινα τέχνην
ἡγῇ εἶναι, καὶ εἴ τι ἐγὼ συνίημι, λέγεις ὅτι πειθοῦς δημιουργός ἐστιν ἡ ῥητορική,
καὶ ἡ πραγματεία αὐτῆς ἅπασα καὶ τὸ κεφάλαιον εἰς τοῦτο τελευτᾷ· ἢ ἔχεις τι
λέγειν ἐπὶ πλέον τὴν ῥητορικὴν δύνασθαι ἢ πειθὼ τοῖς ἀκούουσιν ἐν τῇ ψυχῇ
ποιεῖν;
(Γοργίας)
οὐδαμῶς, ὦ Σώκρατες, ἀλλά μοι δοκεῖς ἱκανῶς ὁρίζεσθαι· ἔστιν γὰρ τοῦτο τὸ
κεφάλαιον αὐτῆς.
(Σωκράτης)
ἄκουσον δή, ὦ Γοργία. ἐγὼ γὰρ εὖ ἴσθ' ὅτι, ὡς (453b) ἐμαυτὸν πείθω, εἴπερ τις
ἄλλος ἄλλῳ διαλέγεται βουλόμενος εἰδέναι αὐτὸ τοῦτο περὶ ὅτου ὁ λόγος ἐστίν,
καὶ ἐμὲ εἶναι τούτων ἕνα· ἀξιῶ δὲ καὶ σέ.
(Γοργίας) τί οὖν δή, ὦ Σώκρατες;
(Σωκράτης)
ἐγὼ ἐρῶ νῦν. ἐγὼ τὴν ἀπὸ τῆς ῥητορικῆς πειθώ, ἥτις ποτ' ἐστὶν ἣν σὺ λέγεις καὶ
περὶ ὧντινων πραγμάτων ἐστὶν πειθώ, σαφῶς μὲν εὖ ἴσθ' ὅτι οὐκ οἶδα, οὐ μὴν
ἀλλ' ὑποπτεύω γε ἣν οἶμαί σε λέγειν καὶ περὶ ὧν· οὐδὲν μέντοι ἧττον ἐρήσομαί
σε τίνα ποτὲ λέγεις τὴν πειθὼ τὴν ἀπὸ τῆς (453c) ῥητορικῆς καὶ περὶ τίνων αὐτὴν
εἶναι. τοῦ ἕνεκα δὴ αὐτὸς ὑποπτεύων σὲ ἐρήσομαι, ἀλλ' οὐκ αὐτὸς λέγω; οὐ σοῦ
ἕνεκα ἀλλὰ τοῦ λόγου, ἵνα οὕτω προί̈ῃ ὡς μάλιστ' ἂν ἡμῖν καταφανὲς ποιοῖ
περὶ ὅτου λέγεται. σκόπει γὰρ εἴ σοι δοκῶ δικαίως ἀνερωτᾶν σε· ὥσπερ ἂν εἰ
ἐτύγχανόν σε ἐρωτῶν τίς ἐστιν τῶν ζωγράφων Ζεῦξις, εἴ μοι εἶπες ὅτι ὁ τὰ ζῷα
γράφων, ἆρ' οὐκ ἂν δικαίως σε ἠρόμην ὁ τὰ ποῖα τῶν ζῴων γράφων καὶ ποῦ;
(Γοργίας) πάνυ γε.
(453d) (Σωκράτης)
ἆρα διὰ τοῦτο, ὅτι καὶ ἄλλοι εἰσὶ ζωγράφοι γράφοντες ἄλλα πολλὰ ζῷα;
(Γοργίας) ναί.
(Σωκράτης)
εἰ δέ γε μηδεὶς ἄλλος ἢ Ζεῦξις ἔγραφε, καλῶς ἄν σοι ἀπεκέκριτο;
(Γοργίας) πῶς γὰρ οὔ;
(Σωκράτης)
ἴθι δὴ καὶ περὶ τῆς ῥητορικῆς εἰπέ· πότερόν σοι δοκεῖ πειθὼ ποιεῖν ἡ ῥητορικὴ
μόνη ἢ καὶ ἄλλαι τέχναι; λέγω δὲ τὸ τοιόνδε· ὅστις διδάσκει ὁτιοῦν πρᾶγμα,
πότερον ὃ διδάσκει πείθει ἢ οὔ;
(Γοργίας)
οὐ δῆτα, ὦ Σώκρατες, ἀλλὰ πάντων μάλιστα πείθει.
(453e) (Σωκράτης)
πάλιν δὴ ἐπὶ τῶν αὐτῶν τεχνῶν λέγωμεν ὧνπερ νυνδή· ἡ ἀριθμητικὴ οὐ διδάσκει
ἡμᾶς ὅσα ἐστὶν τὰ τοῦ ἀριθμοῦ, καὶ ὁ ἀριθμητικὸς ἄνθρωπος;
(Γοργίας) πάνυ γε.
(Σωκράτης) οὐκοῦν καὶ πείθει;
(Γοργίας) ναί.
(Σωκράτης)
πειθοῦς ἄρα δημιουργός ἐστιν καὶ ἡ ἀριθμητική;
(Γοργίας) φαίνεται.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν ἐάν τις ἐρωτᾷ ἡμᾶς ποίας πειθοῦς καὶ περὶ τί, ἀποκρινούμεθά που αὐτῷ

Traduction française :

[453] VIII. - SOCRATE. Enfin, Gorgias, il me semble que tu m'as montré, d'aussi prés qu'il est possible, l'opinion que tu te fais de la rhétorique : Si j'ai bien compris, tu dis qu'elle est l'ouvrière de la persuasion, que tel est le but de ses opérations, et qu'en somme c'est là qu'elle se termine. Pourrais-tu, en effet, me prouver que le pouvoir de la rhétorique aille plus loin que de faire naître la persuasion dans. l'âme des auditeurs? - GORGIAS. Nullement, Socrate, et je trouve que tu l'as bien défini : car c'est à cela véritablement qu'elle se réduit. - SOCRATE. Écoute-moi, Gorgias. S'il est quelqu'un qui, en conversant avec un autre, soit jaloux de bien comprendre quelle est la chose dont on parle, sois assuré que je me flatte d'être un de ceux-là, et je pense que tu en es aussi. - GORGIAS. A quoi tend ceci, Socrate? - SOCRATE. Le voici : tu sauras que je ne conçois en aucune façon de quelle nature est la persuasion que tu attribues à la rhétorique, ni au sujet de quoi cette persuasion a lieu. Ce n'est pas que je ne soupçonne de quoi tu veux parler. Mais je ne t'en demanderai pas moins quelle persuasion la rhétorique fait naître, et sur quoi. Si je t'interroge, au lieu de te faire part de mes conjectures, ce n'est point à cause de toi, mais en vue de cet entretien, afin qu'il procède de manière que nous connaissions clairement le sujet dont il est question entre nous. Vois toi-même si je suis fondé à t'interroger. Si je te demandais dans quelle classe de peintres est Zeuxis, et si tu répondais qu'il peint des animaux. n'aurais-je pas raison de te demander, en outre, quels animaux il peint, et sur quelle matière il peint? - GORGIAS. Sans doute. - SOCRATE. N'est-ce point parce qu'il y a d'autres peintres qui peignent aussi des animaux? - GORGIAS. Oui. - SOCRATE. Au lieu que si Zeuxis était le seul qui en peignit, alors tu aurais bien répondu. - GORGIAS. Assurément. - SOCRATE. Dis-moi donc par rapport à la rhétorique : te semble-t-il qu'elle soit la seule qui produise la persuasion, ou qu'il y a d'autres ails qui en font autant? Voici quelle est ma pensée. Quiconque enseigne quoi que ce soit persuade-t-il ou non ce qu'il enseigne? - GORGIAS. Il le persuade, sans contredit. - SOCRATE. Pour revenir donc aux mêmes arts dont il a déjà été fait mention, l'arithmétique et l'arithméticien ne nous enseignent-ils pas ce qui concerne les nombres ? - GORGIAS. Oui, - SOCRATE. Et en même temps ne persuadent-ils pas? - GORGIAS. Oui. - SOCRATE. L'arithmétique est donc aussi ouvrière de la persuasion?- GORGIAS. Il y a apparence. - SOGRATE. Si on nous demandait de quelle persuasion, et sur quoi? nous dirions que c'est celle





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/11/2005