HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Gorgias

δοῦλον



Texte grec :

[452] (452a) (Σωκράτης)
ὅτι εἴ σοι αὐτίκα παρασταῖεν οἱ δημιουργοὶ τούτων ὧν ἐπῄνεσεν ὁ τὸ σκολιὸν
ποιήσας, ἰατρός τε καὶ παιδοτρίβης καὶ χρηματιστής, καὶ εἴποι πρῶτον μὲν ὁ
ἰατρὸς ὅτι “ὦ Σώκρατες, ἐξαπατᾷ σε Γοργίας· οὐ γάρ ἐστιν ἡ τούτου τέχνη περὶ
τὸ μέγιστον ἀγαθὸν τοῖς ἀνθρώποις, ἀλλ' ἡ ἐμή” — εἰ οὖν αὐτὸν ἐγὼ ἐροίμην· σὺ
δὲ τίς ὢν ταῦτα λέγεις; εἴποι ἂν ἴσως ὅτι ἰατρός. τί οὖν λέγεις; ἦ τὸ τῆς σῆς τέχνης
ἔργον μέγιστόν ἐστιν ἀγαθόν; “πῶς γὰρ οὔ,” φαίη ἂν ἴσως, “ὦ Σώκρατες, ὑγίεια;
τί δ' ἐστὶν μεῖζον ἀγαθὸν (452b) ἀνθρώποις ὑγιείας;” εἰ δ' αὖ μετὰ τοῦτον ὁ
παιδοτρίβης εἴποι ὅτι “θαυμάζοιμί τἄν, ὦ Σώκρατες, καὶ αὐτὸς εἴ σοι ἔχοι
(Γοργίας) μεῖζον ἀγαθὸν ἐπιδεῖξαι τῆς αὑτοῦ τέχνης ἢ ἐγὼ τῆς ἐμῆς· ” εἴποιμ' ἂν
αὖ καὶ πρὸς τοῦτον· σὺ δὲ δὴ τίς εἶ, ὦ ἄνθρωπε, καὶ τί τὸ σὸν ἔργον;
“παιδοτρίβης,” φαίη ἄν, “τὸ δὲ ἔργον μού ἐστιν καλούς τε καὶ ἰσχυροὺς ποιεῖν
τοὺς ἀνθρώπους τὰ σώματα.” μετὰ δὲ τὸν παιδοτρίβην εἴποι ἂν ὁ χρηματιστής,
ὡς ἐγᾦμαι πάνυ καταφρονῶν ἁπάντων· (452c) “σκόπει δῆτα, ὦ Σώκρατες, ἐάν
σοι πλούτου φανῇ τι μεῖζον ἀγαθὸν ὂν ἢ παρὰ Γοργίᾳ ἢ παρ' ἄλλῳ ὁτῳοῦν.”
φαῖμεν ἂν οὖν πρὸς αὐτόν· τί δὲ δή; ἦ σὺ τούτου δημιουργός; φαίη ἄν. τίς ὤν;
“χρηματιστής.” τί οὖν; κρίνεις σὺ μέγιστον ἀνθρώποις ἀγαθὸν εἶναι πλοῦτον;
φήσομεν. “πῶς γὰρ οὔκ;” ἐρεῖ. καὶ μὴν ἀμφισβητεῖ γε (Γοργίας) ὅδε τὴν παρ' αὑτῷ
τέχνην μείζονος ἀγαθοῦ αἰτίαν εἶναι ἢ τὴν σήν, φαῖμεν ἂν ἡμεῖς. δῆλον οὖν ὅτι
τὸ μετὰ τοῦτο ἔροιτ' ἄν· “καὶ τί ἐστιν (452d) τοῦτο τὸ ἀγαθόν; ἀποκρινάσθω
(Γοργίας).” ἴθι οὖν νομίσας, ὦ Γοργία, ἐρωτᾶσθαι καὶ ὑπ' ἐκείνων καὶ ὑπ' ἐμοῦ,
ἀπόκριναι τί ἐστιν τοῦτο ὃ φῂς σὺ μέγιστον ἀγαθὸν εἶναι τοῖς ἀνθρώποις καὶ σὲ
δημιουργὸν εἶναι αὐτοῦ.
(Γοργίας)
ὅπερ ἐστίν, ὦ Σώκρατες, τῇ ἀληθείᾳ μέγιστον ἀγαθὸν καὶ αἴτιον ἅμα μὲν
ἐλευθερίας αὐτοῖς τοῖς ἀνθρώποις, ἅμα δὲ τοῦ ἄλλων ἄρχειν ἐν τῇ αὑτοῦ πόλει
ἑκάστῳ.
(Σωκράτης) τί οὖν δὴ τοῦτο λέγεις;
(452e) (Γοργίας)
τὸ πείθειν ἔγωγ' οἷόν τ' εἶναι τοῖς λόγοις καὶ ἐν δικαστηρίῳ δικαστὰς καὶ ἐν
βουλευτηρίῳ βουλευτὰς καὶ ἐν ἐκκλησίᾳ ἐκκλησιαστὰς καὶ ἐν ἄλλῳ συλλόγῳ
παντί, ὅστις ἂν πολιτικὸς σύλλογος γίγνηται. καίτοι ἐν ταύτῃ τῇ δυνάμει δοῦλον
μὲν ἕξεις τὸν ἰατρόν, δοῦλον δὲ τὸν παιδοτρίβην· ὁ δὲ χρηματιστὴς οὗτος ἄλλῳ
ἀναφανήσεται χρηματιζόμενος καὶ οὐχ αὑτῷ, ἀλλὰ σοὶ τῷ δυναμένῳ λέγειν καὶ
πείθειν τὰ πλήθη.

Traduction française :

[452] SOCRATE. C'est que les artisans de ces biens chantés par le poète, savoir, le médecin, le maître de gymnase, l'économe, se mettront aussitôt avec toi sur les rangs, et que le médecin me dira le premier : Socrate, Gorgias te trompe. Son art n'a point pour objet le plus grand des biens de l'homme ; c'est le mien. Si je lui demandais : Toi qui parles de la sorte, qui es-tu? - Je suis médecin, me répondra-t-il ? Que prétends-tu? Que le plus grand des biens est celui que produit ton art? - Peut-on le contester, Socrate, me dira-t-il peut-être, puisqu'il produit la santé ? Supposons qu'après celui-ci le maître de gymnase vienne me dire à son tour : Socrate, je serais bien surpris que Gorgias fût en état de te montrer, comme résultant de son art, un bien plus grand que celui qui résulte du mien. - Et toi, mon ami, répliquerais-je, qui es-tu? Quelle est ta profession?-Je suis maître de gymnase, répondrait-il : ma profession est le rendre le corps humain beau et robuste. L'économe venant après le maître de gymnase, et méprisant toutes les autres professions, me dirait, à ce que je m'imagine : - Juge toi-même, Socrate, si Gorgias ou quelque autre peut produire un bien plus grand que la richesse. - Quoi donc, lui dirions-nous, es-tu capable de produire la richesse? Sans doute, répondrait-il? - Qui es-tu donc? - Je suis économe. - Eh quoi! lui dirions-nous; est-ce que tu regardes la richesse comme le plus grand de tous les biens? - Assurément, dira-t-il. - Cependant, poursuivrai-je, Gorgias, que voici, prétend que son art produit un plus grand bien que le tien. Il est évident qu'il demanderait après cela : - Quel est donc ce plus grand bien? que Gorgias s'explique! Imagine-toi donc, Gorgias, que la même question t'est faite par eux et par moi; et dis-moi en quoi consiste ce que tu appelles le plus grand bien de l'homme, ce bien que tu te vantes de produire. - GORGIAS C'est, en effet, Socrate, le plus grand de tous les biens, celui auquel les hommes doivent leur liberté, et qui leur donne dans chaque ville l'autorité sur les autres citoyens. - SOCRATE. Mais encore quel est ce bien? - GORGIAS. C'est, selon moi, de pouvoir persuader par ses discours les juges dans les tribunaux, les sénateurs dans le sénat, le peuple dans les assemblées, eu un mot tous ceux qui composent une réunion politique quelconque. Or, ce talent mettra à tés pieds le médecin et le maître de gymnase : et l'on verra que l'économe s'est enrichi, non pour lui, mais pour un autre, pour toi qui possèdes l'art de parler et de gagner l'esprit de la multitude.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/11/2005