HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Gorgias

ἀγαθοὶ



Texte grec :

[498] (498a) (Σωκράτης) οὐδέν· ἀλλ' ἀποκρίνου.
(Καλλίκλης) εἶδον.
(Σωκράτης) τί δέ; νοῦν ἔχοντα λυπούμενον καὶ χαίροντα;
(Καλλίκλης) φημί.
(Σωκράτης)
πότεροι δὲ μᾶλλον χαίρουσι καὶ λυποῦνται, οἱ φρόνιμοι ἢ οἱ ἄφρονες;
(Καλλίκλης) οἶμαι ἔγωγε οὐ πολύ τι διαφέρειν.
(Σωκράτης) ἀλλ' ἀρκεῖ καὶ τοῦτο. ἐν πολέμῳ δὲ ἤδη εἶδες ἄνδρα δειλόν;
(Καλλίκλης) πῶς γὰρ οὔ;
(Σωκράτης)
τί οὖν; ἀπιόντων τῶν πολεμίων πότεροί σοι ἐδόκουν μᾶλλον χαίρειν, οἱ δειλοὶ ἢ
οἱ ἀνδρεῖοι;
(Καλλίκλης) ἀμφότεροι ἔμοιγε (498b) (μᾶλλον)· εἰ δὲ μή, παραπλησίως γε.
(Σωκράτης) οὐδὲν διαφέρει. χαίρουσιν δ' οὖν καὶ οἱ δειλοί;
(Καλλίκλης) σφόδρα γε.
(Σωκράτης) καὶ οἱ ἄφρονες, ὡς ἔοικεν.
(Καλλίκλης) ναί.
(Σωκράτης) προσιόντων δὲ οἱ δειλοὶ μόνον λυποῦνται ἢ καὶ οἱ ἀνδρεῖοι;
(Καλλίκλης) ἀμφότεροι.
(Σωκράτης) ἆρα ὁμοίως;
(Καλλίκλης) μᾶλλον ἴσως οἱ δειλοί.
(Σωκράτης) ἀπιόντων δ' οὐ μᾶλλον χαίρουσιν;
(Καλλίκλης) ἴσως.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν λυποῦνται μὲν καὶ χαίρουσιν καὶ οἱ ἄφρονες καὶ οἱ φρόνιμοι καὶ οἱ δειλοὶ
καὶ οἱ ἀνδρεῖοι παραπλησίως, (498c) ὡς σὺ φῄς, μᾶλλον δὲ οἱ δειλοὶ τῶν
ἀνδρείων;
(Καλλίκλης) φημί.
(Σωκράτης)
ἀλλὰ μὴν οἵ γε φρόνιμοι καὶ οἱ ἀνδρεῖοι ἀγαθοί, οἱ δὲ δειλοὶ καὶ ἄφρονες κακοί;
(Καλλίκλης) ναί.
(Σωκράτης)
παραπλησίως ἄρα χαίρουσιν καὶ λυποῦνται οἱ ἀγαθοὶ καὶ οἱ κακοί;
(Καλλίκλης) φημί.
(Σωκράτης)
ἆρ' οὖν παραπλησίως εἰσὶν ἀγαθοὶ καὶ κακοὶ οἱ ἀγαθοί τε καὶ οἱ κακοί; ἢ καὶ ἔτι
μᾶλλον ἀγαθοὶ (οἱ ἀγαθοὶ καὶ οἱ κακοί) εἰσιν οἱ κακοί;
(498d) (Καλλίκλης) ἀλλὰ μὰ Δί' οὐκ οἶδ' ὅτι λέγεις.
(Σωκράτης)
οὐκ οἶσθ' ὅτι τοὺς ἀγαθοὺς ἀγαθῶν φῂς παρουσίᾳ εἶναι ἀγαθούς, καὶ κακοὺς δὲ
κακῶν; τὰ δὲ ἀγαθὰ εἶναι τὰς ἡδονάς, κακὰ δὲ τὰς ἀνίας;
(Καλλίκλης) ἔγωγε.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν τοῖς χαίρουσιν πάρεστιν τἀγαθά, αἱ ἡδοναί, εἴπερ χαίρουσιν;
(Καλλίκλης) πῶς γὰρ οὔ;
(Σωκράτης) οὐκοῦν ἀγαθῶν παρόντων ἀγαθοί εἰσιν οἱ χαίροντες;
(Καλλίκλης) ναί.
(Σωκράτης) τί δέ; τοῖς ἀνιωμένοις οὐ πάρεστιν τὰ κακά, αἱ λῦπαι;
(Καλλίκλης) πάρεστιν.
(498e) (Σωκράτης)
κακῶν δέ γε παρουσίᾳ φῂς σὺ εἶναι κακοὺς τοὺς κακούς· ἢ οὐκέτι φῄς;
(Καλλίκλης) ἔγωγε.
(Σωκράτης) ἀγαθοὶ ἄρα οἳ ἂν χαίρωσι, κακοὶ δὲ οἳ ἂν ἀνιῶνται;
(Καλλίκλης) πάνυ γε.
(Σωκράτης)
οἳ μέν γε μᾶλλον μᾶλλον, οἳ δ' ἧττον ἧττον, οἳ δὲ παραπλησίως παραπλησίως;
(Καλλίκλης) ναί.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν φῂς παραπλησίως χαίρειν καὶ λυπεῖσθαι τοὺς φρονίμους καὶ τοὺς
ἄφρονας καὶ τοὺς δειλοὺς καὶ τοὺς ἀνδρείους, ἢ καὶ μᾶλλον ἔτι τοὺς δειλούς;
(Καλλίκλης) ἔγωγε.
(Σωκράτης)
συλλόγισαι δὴ κοινῇ μετ' ἐμοῦ τί ἡμῖν συμβαίνει ἐκ τῶν ὡμολογημένων·

Traduction française :

[498] SOCRATE. A rien : réponds toujours. - CALLICLÈS. J'en ai vu. - SOCRATE. Et as-tu jamais vu dans la tristesse et dans la joie un homme raisonnable? - CALLICLÈS. Oui. - SOCRATE. Lesquels ressentent plus vivement la joie et la douteur, des sages ou des insensés? - CALLICLÈS. Je ne crois pas qu'il y ait grande différence. - SOCRATE. Cela me suffit. Et à la guerre n'as-tu jamais vu d'homme lâche? - CALLICLÈS. Comment n'en aurais-je pas vu? - SOCRATE. Lorsque les ennemis se retiraient, lesquels te paraissaient témoigner plus de joie, des lâches ou des courageux? - CALLICLÈS. Il m'a semblé que tantôt les uns et tantôt les autres s'en réjouissaient davantage, ou du moins à peu près également. - SOCRATE. Cela n'y fait rien. Les lâches ressentent donc aussi de la joie. - CALLICLÈS. Très fort. - SOCRATE. Et les insensés de même, à ce qu'il paraît? - CALLICLÈS. Oui. - SOCRATE. Mais quand l'ennemi s'avance, n'y a-t-il que les lâches qui éprouvent de la tristesse, ou les courageux en éprouvent-ils aussi? - CALLICLÈS. Les uns et les autres. - SOCRATE. Est-ce de la même manière? - CALLICLÈS. Les lâches plus peut-être. - SOCRATE. Quand l'ennemi se retire, ne sont-ils pas plus joyeux? - CALLICLÈS. Peut-être. - SOCRATE. Ainsi les insensés et les sages, les lâches et les courageux ressentent la douleur et le plaisir à peu près également. à ce aura tu dis, mais les lâches plus que tes courageux? - CALLICLÈS. Je le soutiens. - SOCRATE. Mais les sages et les courageux sont bons; les lâches et les insensés sont méchants. - CALLICLÈS. Oui. - SOCRATE. Les bons et les méchants éprouvent donc la joie et la douleur à peu prés également? - CALLICLÈS. Je le prétends. - SOCRATE. Mais les bons et les méchants sont-ils à peu près également bons ou méchants? ou même les méchants sont-ils à la fois menteurs et pires ? LIII. - CALLICLÈS. Je ne sais pas ce que tu veux dire. - SOCRATE. Ne sais-tu pas que tu as dit que les bons sont bons par la présence du bien ; que les méchants sont méchants par la présence du mal; que le plaisir est un bien, et la douleur un mal?-CALLICLÈS. Oui. - SOCRATE. Le bien ou le plaisir se rencontre donc en ceux qui ressentent de la joie, dans le temps qu'ils en ressentent. - CALLICLÈS. Est-il possible autrement? - SOCRATE. Ceux qui ressentent de la joie sont donc bons par la présence du bien. - CALLICLÈS. Oui. - SOCRATE. Eh quoi! le mal ou la douleur ne se rencontre-t-il pas en ceux qui éprouvent de la peine? - CALLICLÈS. Il s'y rencontre. - SOCRATE. Dis-tu encore, ou ne dis-tu plus que les méchants sont méchants par la présence du mal? - CALLICLÈS. Je le dis encore. - SOCRATE. Ainsi ceux qui goûtent de la joie sont bons, et ceux qui éprouvent de la douleur sont méchants. - CALLICLÈS. Tout à fait. - SOCRATE. Et ils le sont davantage, si ces sentiments sont plus vifs, moins, s'ils sont plus faibles; également, s'ils sont égaux. - CALLICLÈS. - Oui. - SOCRATE. Ne prétends-tu pas que les sages et les insensés, les lâches et les courageux ressentent la joie et la douleur à peu près également, et même les taches davantage? - CALLICLÈS. - C'est mon avis. - SOCRATE. Tire en commun avec moi les conclusions qui résultent de ces conventions;





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/11/2005