HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Gorgias

ἔλεγές



Texte grec :

[459] (Σωκράτης)
οὐκοῦν περὶ πάντων ὥστ' ἐν ὄχλῳ πιθανὸν εἶναι, οὐ διδάσκοντα ἀλλὰ (459a)
πείθοντα;
(Γοργίας) πάνυ μὲν οὖν.
(Σωκράτης)
ἔλεγές τοι νυνδὴ ὅτι καὶ περὶ τοῦ ὑγιεινοῦ τοῦ ἰατροῦ πιθανώτερος ἔσται ὁ
ῥήτωρ.
(Γοργίας) καὶ γὰρ ἔλεγον, ἔν γε ὄχλῳ.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν τὸ ἐν ὄχλῳ τοῦτό ἐστιν, ἐν τοῖς μὴ εἰδόσιν; οὐ γὰρ δήπου ἔν γε τοῖς εἰδόσι
τοῦ ἰατροῦ πιθανώτερος ἔσται.
(Γοργίας) ἀληθῆ λέγεις.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν εἴπερ τοῦ ἰατροῦ πιθανώτερος ἔσται, τοῦ εἰδότος πιθανώτερος γίγνεται;
(Γοργίας) πάνυ (459b) γε.
(Σωκράτης) οὐκ ἰατρός γε ὤν· ἦ γάρ;
(Γοργίας) ναί.
(Σωκράτης)
ὁ δὲ μὴ ἰατρός γε δήπου ἀνεπιστήμων ὧν ὁ ἰατρὸς ἐπιστήμων.
(Γοργίας) δῆλον ὅτι.
(Σωκράτης)
ὁ οὐκ εἰδὼς ἄρα τοῦ εἰδότος ἐν οὐκ εἰδόσι πιθανώτερος ἔσται, ὅταν ὁ ῥήτωρ τοῦ
ἰατροῦ πιθανώτερος ᾖ. τοῦτο συμβαίνει ἢ ἄλλο τι;
(Γοργίας) τοῦτο ἐνταῦθά γε συμβαίνει.
(Σωκράτης)
οὐκοῦν καὶ περὶ τὰς ἄλλας ἁπάσας τέχνας ὡσαύτως ἔχει ὁ ῥήτωρ καὶ ἡ ῥητορική·
αὐτὰ μὲν τὰ πράγματα οὐδὲν δεῖ αὐτὴν εἰδέναι ὅπως ἔχει, μηχανὴν (459c) δέ τινα
πειθοῦς ηὑρηκέναι ὥστε φαίνεσθαι τοῖς οὐκ εἰδόσι μᾶλλον εἰδέναι τῶν εἰδότων.
(Γοργίας)
οὐκοῦν πολλὴ ῥᾳστώνη, ὦ Σώκρατες, γίγνεται, μὴ μαθόντα τὰς ἄλλας τέχνας
ἀλλὰ μίαν ταύτην, μηδὲν ἐλαττοῦσθαι τῶν δημιουργῶν;
(Σωκράτης)
εἰ μὲν ἐλαττοῦται ἢ μὴ ἐλαττοῦται ὁ ῥήτωρ τῶν ἄλλων διὰ τὸ οὕτως ἔχειν, αὐτίκα
ἐπισκεψόμεθα, ἐάν τι ἡμῖν πρὸς λόγου ᾖ· νῦν δὲ τόδε πρότερον σκεψώμεθα, ἆρα
(459d) τυγχάνει περὶ τὸ δίκαιον καὶ τὸ ἄδικον καὶ τὸ αἰσχρὸν καὶ τὸ καλὸν καὶ
ἀγαθὸν καὶ κακὸν οὕτως ἔχων ὁ ῥητορικὸς ὡς περὶ τὸ ὑγιεινὸν καὶ περὶ τὰ ἄλλα
ὧν αἱ ἄλλαι τέχναι, αὐτὰ μὲν οὐκ εἰδώς, τί ἀγαθὸν ἢ τί κακόν ἐστιν ἢ τί καλὸν ἢ
τί αἰσχρὸν ἢ δίκαιον ἢ ἄδικον, πειθὼ δὲ περὶ αὐτῶν μεμηχανημένος ὥστε δοκεῖν
εἰδέναι οὐκ εἰδὼς ἐν οὐκ εἰδόσιν (459e) μᾶλλον τοῦ εἰδότος; ἢ ἀνάγκη εἰδέναι, καὶ
δεῖ προεπιστάμενον ταῦτα ἀφικέσθαι παρὰ σὲ τὸν μέλλοντα μαθήσεσθαι τὴν
ῥητορικήν; εἰ δὲ μή, σὺ ὁ τῆς ῥητορικῆς διδάσκαλος τούτων μὲν οὐδὲν διδάξεις
τὸν ἀφικνούμενον — οὐ γὰρ σὸν ἔργον — ποιήσεις δ' ἐν τοῖς πολλοῖς δοκεῖν εἰδέναι
αὐτὸν τὰ τοιαῦτα οὐκ εἰδότα καὶ δοκεῖν ἀγαθὸν εἶναι οὐκ ὄντα; ἢ τὸ παράπαν
οὐχ οἷός τε ἔσῃ αὐτὸν διδάξαι τὴν ῥητορικήν, ἐὰν μὴ προειδῇ περὶ τούτων τὴν
ἀλήθειαν; ἢ πῶς τὰ τοιαῦτα ἔχει, ὦ Γοργία;

Traduction française :

[459] SOCRATE. C'est-à-dire: n'est-il pas vrai, que tu le rentras capable de parler sur toute chose d'une manière plausible devant la multitude, non en enseignant, mais en persuadant? - GORGIAS. Justement. - SOCRATE. Tu as ajouté en conséquence, que, pour la sauté du corps, l'orateur s'attirera plus de croyance que le médecin. - GORGIAS. Je l'ai dit, il est vrai, pourvu qu'il ait affaire à la multitude. - SOCRATE. Par la multitude, tu entends sans doute les ignorants: car apparemment l'orateur n'aura point l'avantage sur le médecin devant des personnes instruites. -GORGIAS. Tu dis vrai. - SOCRATE. Si donc il est plus propre à persuader que le médecin, n'est-il pas plus propre à persuader que celui qui sait?- GORGIAS. Sans doute. - SOCRATE. Quoique lui-même ne soit pas médecin, n'est-ce pas? - GORGIAS. Oui. - SOCRATE. Mais celui qui n'est pas médecin est ignorant dans les choses oit le médecin est savant. - GORGIAS. Cela est évident. - SOCRATE. Ainsi l'ignorant sera plus propre à persuader que le savant vis-à-vis des ignorants, s'il est vrai que l'orateur soit plus propre à persuader que le médecin. N'est-ce point ce qui résulte de là, ou s'ensuit-il autre chose? - GORGIAS. Oui, c'est ce qui en résulte dans le cas present. - SOCRATE. Cet avantage de l'orateur et de la rhétorique n'est-il pas le même par rapport aux autres arts? je veux dire qu'il n'est pas nécessaire qu'elle s'instruise de la nature des choses, et qu'il suffit qu'elle invente quelque moyen de persuasion, de manière qu'elle paraisse aux yeux des ignorants plus savante que ceux qui possèdent ces arts. XIV. - GORGIAS. N'est-ce pas une chose bien commode, Socrate, de n'avoir pas besoin d'apprendre d'autre art que celui-là, pour ne le céder en rien aux autres artisans? - SOCRATE. Nous examinerons tout à l'heure, pour peu que notre sujet le demande, si, de cette manière, l'orateur le cède ou ne le cède point aux autres. Mais auparavant, voyons si par rapport au juste et à l'injuste, à l'honnête et au déshonnête, au bon et au mauvais, l'orateur se trouve dans le même cas que par rapport à la santé du corps, et aux objets des autres arts : de façon qu'il ignore ce qui est bon ou mauvais, honnête ou déshonnête, juste ou injuste, et que sur ces objets il ait seulement imaginé quelque expédient pour persuader, et paraître aux yeux des ignorants plus instruit sur ces matières que les savants, quoiqu'il soit lui-même ignorant. Voyons si c'est une nécessité que celui qui veut apprendre la rhétorique sache tout cela et y soit devenu habile, avant de prendre des leçons auprès de loi : ou si, dans le cas où il n'aurait aucune connaissance de toutes ces choses, il ne les apprendra pas à ton école, puisque ce n'est point ton affaire, et que tu enseignes la rhétorique, mais si tu feras en sorte que, ne les sachent point, il paraisse les savoir, et qu'il passe pour homme de bien sans l'être : ou s'il te sera absolument impossible de lui enseigner la rhétorique à moins que d'avance il ne connaisse la vérité sur toutes ces matières. Q'en penses-tu, Gorgias?





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/11/2005