HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Lucien, Le navire ou les souhaits

ἐπειδὰν



Texte grec :

[35] (ΑΔΕΙΜΑΝΤΟΣ) Ἀλλ´ ἐγὼ μέν φημι δεῖν ὑμᾶς τὸ πεζὸν ἀπιέναι τὴν ἐπὶ Κτησιφῶντος, ἡμᾶς δὲ τὸ ἱππικὸν αὐτοῦ μένειν τὴν Βαβυλῶνα διαφυλάξοντας. (ΣΑΜΙΠΠΟΣ) Ἀποδειλιᾷς καὶ σύ, ὦ Ἀδείμαντε, πλησίον τοῦ κινδύνου γενόμενος; σοὶ δὲ τί δοκεῖ, ὦ Τιμόλαε; (ΤΙΜΟΛΑΟΣ) Ἁπάσῃ τῇ στρατιᾷ βαδίζειν ἐπὶ τοὺς πολεμίους, μηδὲ περιμένειν ἔστ´ ἂν ἄμεινον παρασκευάσωνται πανταχόθεν τῶν συμμάχων προσγενομένων, ἀλλ´ ἕως ἔτι καθ´ ὁδόν εἰσιν οἱ πολέμιοι, ἐπιχειρῶμεν αὐτοῖς. (ΣΑΜΙΠΠΟΣ) Εὖ λέγεις. σὺ δὲ τί, ὦ Λυκῖνε, δοκιμάζεις; (ΛΥΚΙΝΟΣ) Ἐγώ σοι φράσω. ἐπειδὴ κεκμήκαμεν συντόνως ὁδεύοντες, ὁπότε κατῄειμεν ἕωθεν ἐς τὸν Πειραιᾶ, καὶ νῦν ἤδη τριάκοντά που σταδίους προκεχωρήκαμεν καὶ ὁ ἥλιος πολύς, κατὰ μεσημβρίαν γὰρ ἤδη μάλιστα, ἐνταῦθά που ἐπὶ τὰς ἐλαίας ἐπὶ τῆς ἀνατετραμμένης στήλης καθίσαντας ἀναπαύσασθαι, εἶτα οὕτως ἀναστάντας ἀνύειν τὸ λοιπὸν ἐς τὸ ἄστυ. (ΣΑΜΙΠΠΟΣ) Ἔτι γὰρ Ἀθήνησιν, ὦ μακάριε, εἶναι δοκεῖς, ὃς ἀμφὶ Βαβυλῶνα ἐν τῷ πεδίῳ πρὸ τῶν τειχῶν ἐν τοσούτοις στρατιώταις κάθησαι περὶ τοῦ πολέμου διασκοπούμενος; (ΛΥΚΙΝΟΣ) Εὖ γε ὑπέμνησας. ἐγὼ δὲ νήφειν ᾤμην καὶ ὕπαρ ἀποφανεῖσθαι τὴν γνώμην.

Traduction française :

[35] (ADEIMANTOS) Pour moi, je suis d'avis que vous, les gens de pied, vous marchiez sur Ctèsiphon, tandis que nous, les cavaliers, nous resterons ici pour garder Babylone. (SAMIPPOS) Toi aussi, Adeimantos, tu saignes du nez à l'approche du danger ! Mais toi, Timolaos, quel est ton sentiment? (TIMOLAOS) C'est de marcher à l'ennemi avec toutes nos troupes et de ne pas attendre qu'il soit mieux préparé et renforcé par les alliés venus de tous les points de l'empire. Attaquons-le pendant qu'il est encore en chemin. (SAMIPPOS) C'est bien dit. Mais toi, Lykinos, que penses-tu? (LIKYNOS) Moi ! je vais te le dire. Comme nous sommes fatigués par une marche pénible, car nous sommes descendus ce matin au Pirée et nous venons de faire près de trente stades par un soleil ardent et en plein midi, je suis d'avis de nous reposer ici quelque part sous ces oliviers et de nous asseoir sur cette colonne renversée; après quoi, nous nous lèverons et nous achèverons le chemin qui nous reste jusqu'à la ville. (SAMIPPOS) Tu t'imagines être encore à Athènes, bienheureux homme, alors que tu es dans la plaine de Babylone, campé devant ses remparts, entouré d'une nombreuse armée et délibérant sur la guerre. (LYKINOS) Tu fais bien de me le rappeler. Je me croyais dans mon état normal, et je ne pensais pas que j'allais opiner à côté de la question.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/10/2007