HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Homère, Iliade, chant III

ἀμειβόμενος



Texte grec :

[3,400] ἦ πῄ με προτέρω πολίων εὖ ναιομενάων
ἄξεις, ἢ Φρυγίης ἢ Μῃονίης ἐρατεινῆς,
εἴ τίς τοι καὶ κεῖθι φίλος μερόπων ἀνθρώπων·
οὕνεκα δὴ νῦν δῖον Ἀλέξανδρον Μενέλαος
νικήσας ἐθέλει στυγερὴν ἐμὲ οἴκαδ᾽ ἄγεσθαι,
405 τοὔνεκα δὴ νῦν δεῦρο δολοφρονέουσα παρέστης;
ἧσο παρ᾽ αὐτὸν ἰοῦσα, θεῶν δ᾽ ἀπόεικε κελεύθου,
μηδ᾽ ἔτι σοῖσι πόδεσσιν ὑποστρέψειας Ὄλυμπον,
ἀλλ᾽ αἰεὶ περὶ κεῖνον ὀΐζυε καί ἑ φύλασσε,
εἰς ὅ κέ σ᾽ ἢ ἄλοχον ποιήσεται ἢ ὅ γε δούλην.
410 Κεῖσε δ᾽ ἐγὼν οὐκ εἶμι· νεμεσσητὸν δέ κεν εἴη·
κείνου πορσανέουσα λέχος· Τρῳαὶ δέ μ᾽ ὀπίσσω
πᾶσαι μωμήσονται· ἔχω δ᾽ ἄχε᾽ ἄκριτα θυμῷ.
Τὴν δὲ χολωσαμένη προσεφώνεε δῖ᾽ Ἀφροδίτη·
μή μ᾽ ἔρεθε σχετλίη, μὴ χωσαμένη σε μεθείω,
415 τὼς δέ σ᾽ ἀπεχθήρω ὡς νῦν ἔκπαγλ᾽ ἐφίλησα,
μέσσῳ δ᾽ ἀμφοτέρων μητίσομαι ἔχθεα λυγρὰ
Τρώων καὶ Δαναῶν, σὺ δέ κεν κακὸν οἶτον ὄληαι.
Ὣς ἔφατ᾽, ἔδεισεν δ᾽ Ἑλένη Διὸς ἐκγεγαυῖα,
βῆ δὲ κατασχομένη ἑανῷ ἀργῆτι φαεινῷ
420 σιγῇ, πάσας δὲ Τρῳὰς λάθεν· ἦρχε δὲ δαίμων.
Αἳ δ᾽ ὅτ᾽ Ἀλεξάνδροιο δόμον περικαλλέ᾽ ἵκοντο,
ἀμφίπολοι μὲν ἔπειτα θοῶς ἐπὶ ἔργα τράποντο,
ἣ δ᾽ εἰς ὑψόροφον θάλαμον κίε δῖα γυναικῶν.
Τῇ δ᾽ ἄρα δίφρον ἑλοῦσα φιλομειδὴς Ἀφροδίτη
425 ἀντί᾽ Ἀλεξάνδροιο θεὰ κατέθηκε φέρουσα·
ἔνθα κάθιζ᾽ Ἑλένη κούρη Διὸς αἰγιόχοιο
ὄσσε πάλιν κλίνασα, πόσιν δ᾽ ἠνίπαπε μύθῳ·
ἤλυθες ἐκ πολέμου· ὡς ὤφελες αὐτόθ᾽ ὀλέσθαι
ἀνδρὶ δαμεὶς κρατερῷ, ὃς ἐμὸς πρότερος πόσις ἦεν.
430 Ἦ μὲν δὴ πρίν γ᾽ εὔχε᾽ ἀρηϊφίλου Μενελάου
σῇ τε βίῃ καὶ χερσὶ καὶ ἔγχεϊ φέρτερος εἶναι·
ἀλλ᾽ ἴθι νῦν προκάλεσσαι ἀρηΐφιλον Μενέλαον
ἐξαῦτις μαχέσασθαι ἐναντίον· ἀλλά σ᾽ ἔγωγε
παύεσθαι κέλομαι, μηδὲ ξανθῷ Μενελάῳ
435 ἀντίβιον πόλεμον πολεμίζειν ἠδὲ μάχεσθαι
ἀφραδέως, μή πως τάχ᾽ ὑπ᾽ αὐτοῦ δουρὶ δαμήῃς.
Τὴν δὲ Πάρις μύθοισιν ἀμειβόμενος προσέειπε·
μή με γύναι χαλεποῖσιν ὀνείδεσι θυμὸν ἔνιπτε·
νῦν μὲν γὰρ Μενέλαος ἐνίκησεν σὺν Ἀθήνῃ,
440 κεῖνον δ᾽ αὖτις ἐγώ· πάρα γὰρ θεοί εἰσι καὶ ἡμῖν.
Ἀλλ᾽ ἄγε δὴ φιλότητι τραπείομεν εὐνηθέντε·
οὐ γάρ πώ ποτέ μ᾽ ὧδέ γ᾽ ἔρως φρένας ἀμφεκάλυψεν,
οὐδ᾽ ὅτε σε πρῶτον Λακεδαίμονος ἐξ ἐρατεινῆς
ἔπλεον ἁρπάξας ἐν ποντοπόροισι νέεσσι,
445 νήσῳ δ᾽ ἐν Κραναῇ ἐμίγην φιλότητι καὶ εὐνῇ,
ὥς σεο νῦν ἔραμαι καί με γλυκὺς ἵμερος αἱρεῖ.
Ἦ ῥα, καὶ ἄρχε λέχος δὲ κιών· ἅμα δ᾽ εἵπετ᾽ ἄκοιτις.
Τὼ μὲν ἄρ᾽ ἐν τρητοῖσι κατεύνασθεν λεχέεσσιν,
Ἀτρεΐδης δ᾽ ἀν᾽ ὅμιλον ἐφοίτα θηρὶ ἐοικὼς

Traduction française :

[3,400] Plus loin encore, vers quelle ville bien établie m'emmèneras-tu, dans la Phrygie ou la Méonie aimable, si, là aussi, tu as quelqu'ami, parmi les hommes doués de la parole? Parce que maintenant, ayant vaincu le divin Alexandre, Ménélas veut, quoiqu'odieuse, m'emmener chez lui, te voilà ici à combiner des ruses? Va près d'Alexandre, renonce aux chemins des dieux; de tes pieds ne retourne plus à l'Olympe; sans cesse, plains-le, et garde-le, jusqu'à ce qu'il fasse de toi sa femme, ou son esclave. Pour moi, je n'irai pas là-bas - ce serait indigne - pour arranger et partager son lit. Les Troyennes, par derrière, toutes, me railleraient. Et j'ai au coeur des douleurs infinies. » Courroucée, la divine Aphrodite répondit : « Ne m'irrite pas, misérable ! Crains qu'en ma colère je ne t'abandonne, et ne te haïsse aussi étonnamment que je t'ai aimée; qu'entre les deux partis je ne trame des haines funestes, - entre les Troyens et !es Danaens, - et que, toi, tu ne périsses, par un mauvais destin. » Eile dit, et effraya Hélène, fille de Zeus. Elle alla, ayant abaissé son voile d'une blancheur éclatante, en silence, et aucune des Troyennes ne la vit partir : devant elle marchait la divinité. Quand elles furent arrivées au palais splendide d'Alexandre, les servantes retournèrent vite à leur travail; et elle alla dans la chambre au plafond élevé, divine entre les femmes. Ayant pour elle pris un siège. Aphrodite amie des sourires vint le placer en face d'Alexandre. Là s'assit Hélène, fille de Zeus porte-égide, en détournant les yeux, et elle apostropha son mari : « Tu es revenu du combat. Que n'y as-tu péri, dompté par un homme robuste, qui fut mon premier mari ! Avant, tu te vantais de l'emporter, sur Ménélas aimé d'Arès, par ta force, ta main, ta pique. Va donc maintenant provoquer Ménélas aimé d'Arès à un nouveau combat, face à face ! Mais non, tiens-t'en là, je te le conseille, ne va pas, face au blond Ménélas, livrer et combattre un combat insensé, de peur d'être dompté par sa lance » Pâris lui répondit : « Femme, avec ces dures injures ne blâme pas mon courage. Maintenant Ménélas m'a vaincu, avec l'aide d'Athénè; demain, ce sera mon tour; car des dieux nous aident, nous aussi. Mais viens goûtons de tendres joies sur cette couche. Jamais l'amour n'envahit mes sens (même quand, au début, quittant l'aimable Lacédémone, je t'enlevai, sur mes vaisseaux coureurs de mer, et que, dans l'île de Cranae, je m'unis à toi par la tendresse et la couche) autant que je t'aime aujourd'hui, et qu'un doux désir me saisit. » Il dit, et le premier alla au lit Sa femme 1'y suivit. Tous deux se couchèrent donc dans le lit ciselé à jour, tandis que l'Atride courait dans la foule comme un fauve,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 14/10/2005