HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Homère, Iliade, chant III

μάλα



Texte grec :

[3,200] οὗτος δ᾽ αὖ Λαερτιάδης πολύμητις Ὀδυσσεύς,
ὃς τράφη ἐν δήμῳ Ἰθάκης κραναῆς περ ἐούσης
εἰδὼς παντοίους τε δόλους καὶ μήδεα πυκνά.
Τὴν δ᾽ αὖτ᾽ Ἀντήνωρ πεπνυμένος ἀντίον ηὔδα·
ὦ γύναι ἦ μάλα τοῦτο ἔπος νημερτὲς ἔειπες·
205 ἤδη γὰρ καὶ δεῦρό ποτ᾽ ἤλυθε δῖος Ὀδυσσεὺς
σεῦ ἕνεκ᾽ ἀγγελίης σὺν ἀρηϊφίλῳ Μενελάῳ·
τοὺς δ᾽ ἐγὼ ἐξείνισσα καὶ ἐν μεγάροισι φίλησα,
ἀμφοτέρων δὲ φυὴν ἐδάην καὶ μήδεα πυκνά.
Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ Τρώεσσιν ἐν ἀγρομένοισιν ἔμιχθεν
210 στάντων μὲν Μενέλαος ὑπείρεχεν εὐρέας ὤμους,
ἄμφω δ᾽ ἑζομένω γεραρώτερος ἦεν Ὀδυσσεύς·
ἀλλ᾽ ὅτε δὴ μύθους καὶ μήδεα πᾶσιν ὕφαινον
ἤτοι μὲν Μενέλαος ἐπιτροχάδην ἀγόρευε,
παῦρα μὲν ἀλλὰ μάλα λιγέως, ἐπεὶ οὐ πολύμυθος
215 οὐδ᾽ ἀφαμαρτοεπής· ἦ καὶ γένει ὕστερος ἦεν.
Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ πολύμητις ἀναΐξειεν Ὀδυσσεὺς
στάσκεν, ὑπαὶ δὲ ἴδεσκε κατὰ χθονὸς ὄμματα πήξας,
σκῆπτρον δ᾽ οὔτ᾽ ὀπίσω οὔτε προπρηνὲς ἐνώμα,
ἀλλ᾽ ἀστεμφὲς ἔχεσκεν ἀΐδρεϊ φωτὶ ἐοικώς·
220 φαίης κε ζάκοτόν τέ τιν᾽ ἔμμεναι ἄφρονά τ᾽ αὔτως.
Ἀλλ᾽ ὅτε δὴ ὄπα τε μεγάλην ἐκ στήθεος εἵη
καὶ ἔπεα νιφάδεσσιν ἐοικότα χειμερίῃσιν,
οὐκ ἂν ἔπειτ᾽ Ὀδυσῆΐ γ᾽ ἐρίσσειε βροτὸς ἄλλος·
οὐ τότε γ᾽ ὧδ᾽ Ὀδυσῆος ἀγασσάμεθ᾽ εἶδος ἰδόντες.
225 Τὸ τρίτον αὖτ᾽ Αἴαντα ἰδὼν ἐρέειν᾽ ὃ γεραιός·
τίς τὰρ ὅδ᾽ ἄλλος Ἀχαιὸς ἀνὴρ ἠΰς τε μέγας τε
ἔξοχος Ἀργείων κεφαλήν τε καὶ εὐρέας ὤμους;
τὸν δ᾽ Ἑλένη τανύπεπλος ἀμείβετο δῖα γυναικῶν·
οὗτος δ᾽ Αἴας ἐστὶ πελώριος ἕρκος Ἀχαιῶν·
230 Ἰδομενεὺς δ᾽ ἑτέρωθεν ἐνὶ Κρήτεσσι θεὸς ὣς
ἕστηκ᾽, ἀμφὶ δέ μιν Κρητῶν ἀγοὶ ἠγερέθονται.
Πολλάκι μιν ξείνισσεν ἀρηΐφιλος Μενέλαος
οἴκῳ ἐν ἡμετέρῳ ὁπότε Κρήτηθεν ἵκοιτο.
Νῦν δ᾽ ἄλλους μὲν πάντας ὁρῶ ἑλίκωπας Ἀχαιούς,
235 οὕς κεν ἐῢ γνοίην καί τ᾽ οὔνομα μυθησαίμην·
δοιὼ δ᾽ οὐ δύναμαι ἰδέειν κοσμήτορε λαῶν
Κάστορά θ᾽ ἱππόδαμον καὶ πὺξ ἀγαθὸν Πολυδεύκεα
αὐτοκασιγνήτω, τώ μοι μία γείνατο μήτηρ.
Ἢ οὐχ ἑσπέσθην Λακεδαίμονος ἐξ ἐρατεινῆς,
240 ἢ δεύρω μὲν ἕποντο νέεσσ᾽ ἔνι ποντοπόροισι,
νῦν αὖτ᾽ οὐκ ἐθέλουσι μάχην καταδύμεναι ἀνδρῶν
αἴσχεα δειδιότες καὶ ὀνείδεα πόλλ᾽ ἅ μοί ἐστιν.
Ὣς φάτο, τοὺς δ᾽ ἤδη κάτεχεν φυσίζοος αἶα
ἐν Λακεδαίμονι αὖθι φίλῃ ἐν πατρίδι γαίῃ.
245 Κήρυκες δ᾽ ἀνὰ ἄστυ θεῶν φέρον ὅρκια πιστὰ
ἄρνε δύω καὶ οἶνον ἐΰφρονα καρπὸν ἀρούρης
ἀσκῷ ἐν αἰγείῳ· φέρε δὲ κρητῆρα φαεινὸν
κῆρυξ Ἰδαῖος ἠδὲ χρύσεια κύπελλα·
ὄτρυνεν δὲ γέροντα παριστάμενος ἐπέεσσιν·

Traduction française :

[3,200] «C'est le fils de Laerte, l'ingénieux Ulysse, qui grandit à Ithaque, malgré la rudesse de ce pays. Il sait toute sorte de ruses et de pensées bien tramées. » Alors le sage Anténor s'adressa à Hélène : Femme, c'est bien vrai, ce que tu dis là. Il est déjà venu ici, le divin Ulysse, à ton sujet, en ambassade, avec Ménélas aimé d'Arès. Je les ai reçus en hôtes, et bien traités dans mon palais. De tous deux, je connus ainsi la prestance et les pensées bien tramées. Quand ils furent au milieu des Troyens assemblés, debout, Ménélas dépassait Ulysse de ses larges épaules; mais, assis tous deux, Ulysse était plus imposant. Quand ils tissaient, pour tous, des paroles et des pensées. Ménélas parlait brièvement, en peu de mots, mais très clairs; ce n'était pas un orateur abondant ni dont les mots manquassent leur but, quoiqu'il fût le plus jeune. Quand l'ingénieux Ulysse se levait, il restait immobile, le regard baissé, les yeux fixés à terre; il n'agitait son sceptre ni en arrière, ni en avant; il le tenait immobile, semblable à un igno- rant; on eût dit un homme plein de ressentiment, ou un sot, comme cela. Mais quand il lançait, du fond de sa poitrine, sa grande voix, et ses paroles semblables aux flocons de la neige en hiver, dès lors, avec Ulysse, aucun humain ne pouvait rivaliser; alors ce n'était plus tant la beauté d'Ulysse que nous admirions en le voyant. » En troisième lieu, à la vue d'Ajax le vieillard demanda : "Quel est cet autre guerrier achéen, brave et grand, qui dépasse les Argiens par sa tête et ses larges épaules? » Hélène au long voile, divine entre les femmes, répondit : "C'est le prodigieux Ajax, rempart des Achéens. De l'autre côté, c'est Idoménée qui, au milieu des Crétois, comme un dieu, se tient, entouré des chefs crétois rassemblés. Souvent il fut l'hôte de Ménélas aimé d'Arès, dans notre maison, quand il venait de Crète. Maintenant, je vois tous les autres Achéens aux yeux oblongs, je pourrais bien les reconnaître et les nommer. Mais il est deux rangeurs de troupes que je ne puis voir, Castor dompteur de chevaux, et le vaillant boxeur Pollux, mes deux frères : eux et moi, nous n'avons qu'une seule et même mère. Ou ils n'ont pas suivi l'expédition, depuis l'aimable Lacédémone, ou, l'ayant suivie jusqu'ici sur les navires coureurs de mer, maintenant ils ne veulent plus se plonger dans la bataille, par crainte des outrages et des insultes nombreuses contre moi. » Elle dit; mais eux déjà étaient enfermés dans la terre qui donne la vie, en Laconie même, dans leur patrie. Cependant les hérauts portaient à travers la ville les gages des serments prêtés devant les dieux : deux agneaux, et ie vin qui réjouit, fruit de la glèbe, dans une outre en peau de chèvre. Le héraut Idée portait aussi un cratère brillant et des coupes d'or. Debout près du vieux Priam, il l'invita en ces termes :





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 14/10/2005