HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Homère, Iliade, chant III

πρό



Texte grec :

[3,0] Ἰλιὰς Γ
Αὐτὰρ ἐπεὶ κόσμηθεν ἅμ᾽ ἡγεμόνεσσιν ἕκαστοι,
Τρῶες μὲν κλαγγῇ τ᾽ ἐνοπῇ τ᾽ ἴσαν ὄρνιθες ὣς
ἠΰτε περ κλαγγὴ γεράνων πέλει οὐρανόθι πρό·
αἵ τ᾽ ἐπεὶ οὖν χειμῶνα φύγον καὶ ἀθέσφατον ὄμβρον
5 κλαγγῇ ταί γε πέτονται ἐπ᾽ ὠκεανοῖο ῥοάων
ἀνδράσι Πυγμαίοισι φόνον καὶ κῆρα φέρουσαι·
ἠέριαι δ᾽ ἄρα ταί γε κακὴν ἔριδα προφέρονται.
Οἳ δ᾽ ἄρ᾽ ἴσαν σιγῇ μένεα πνείοντες Ἀχαιοὶ
ἐν θυμῷ μεμαῶτες ἀλεξέμεν ἀλλήλοισιν.
10 Εὖτ᾽ ὄρεος κορυφῇσι Νότος κατέχευεν ὀμίχλην
ποιμέσιν οὔ τι φίλην, κλέπτῃ δέ τε νυκτὸς ἀμείνω,
τόσσόν τίς τ᾽ ἐπιλεύσσει ὅσον τ᾽ ἐπὶ λᾶαν ἵησιν·
ὣς ἄρα τῶν ὑπὸ ποσσὶ κονίσαλος ὄρνυτ᾽ ἀελλὴς
ἐρχομένων· μάλα δ᾽ ὦκα διέπρησσον πεδίοιο.
15 Οἳ δ᾽ ὅτε δὴ σχεδὸν ἦσαν ἐπ᾽ ἀλλήλοισιν ἰόντες,
Τρωσὶν μὲν προμάχιζεν Ἀλέξανδρος θεοειδὴς
παρδαλέην ὤμοισιν ἔχων καὶ καμπύλα τόξα
καὶ ξίφος· αὐτὰρ δοῦρε δύω κεκορυθμένα χαλκῷ
πάλλων Ἀργείων προκαλίζετο πάντας ἀρίστους
20 ἀντίβιον μαχέσασθαι ἐν αἰνῇ δηϊοτῆτι.
Τὸν δ᾽ ὡς οὖν ἐνόησεν ἀρηΐφιλος Μενέλαος
ἐρχόμενον προπάροιθεν ὁμίλου μακρὰ βιβάντα,
ὥς τε λέων ἐχάρη μεγάλῳ ἐπὶ σώματι κύρσας
εὑρὼν ἢ ἔλαφον κεραὸν ἢ ἄγριον αἶγα
25 πεινάων· μάλα γάρ τε κατεσθίει, εἴ περ ἂν αὐτὸν
σεύωνται ταχέες τε κύνες θαλεροί τ᾽ αἰζηοί·
ὣς ἐχάρη Μενέλαος Ἀλέξανδρον θεοειδέα
ὀφθαλμοῖσιν ἰδών· φάτο γὰρ τίσεσθαι ἀλείτην·
αὐτίκα δ᾽ ἐξ ὀχέων σὺν τεύχεσιν ἆλτο χαμᾶζε.
30 Τὸν δ᾽ ὡς οὖν ἐνόησεν Ἀλέξανδρος θεοειδὴς
ἐν προμάχοισι φανέντα, κατεπλήγη φίλον ἦτορ,
ἂψ δ᾽ ἑτάρων εἰς ἔθνος ἐχάζετο κῆρ᾽ ἀλεείνων.
Ὡς δ᾽ ὅτε τίς τε δράκοντα ἰδὼν παλίνορσος ἀπέστη
οὔρεος ἐν βήσσῃς, ὑπό τε τρόμος ἔλλαβε γυῖα,
35 ἂψ δ᾽ ἀνεχώρησεν, ὦχρός τέ μιν εἷλε παρειάς,
ὣς αὖτις καθ᾽ ὅμιλον ἔδυ Τρώων ἀγερώχων
δείσας Ἀτρέος υἱὸν Ἀλέξανδρος θεοειδής.
Τὸν δ᾽ Ἕκτωρ νείκεσσεν ἰδὼν αἰσχροῖς ἐπέεσσιν·
Δύσπαρι εἶδος ἄριστε γυναιμανὲς ἠπεροπευτὰ
40 αἴθ᾽ ὄφελες ἄγονός τ᾽ ἔμεναι ἄγαμός τ᾽ ἀπολέσθαι·
καί κε τὸ βουλοίμην, καί κεν πολὺ κέρδιον ἦεν
ἢ οὕτω λώβην τ᾽ ἔμεναι καὶ ὑπόψιον ἄλλων.
Ἦ που καγχαλόωσι κάρη κομόωντες Ἀχαιοὶ
φάντες ἀριστῆα πρόμον ἔμμεναι, οὕνεκα καλὸν
45 εἶδος ἔπ᾽, ἀλλ᾽ οὐκ ἔστι βίη φρεσὶν οὐδέ τις ἀλκή.
Ἦ τοιόσδε ἐὼν ἐν ποντοπόροισι νέεσσι
πόντον ἐπιπλώσας, ἑτάρους ἐρίηρας ἀγείρας,
μιχθεὶς ἀλλοδαποῖσι γυναῖκ᾽ εὐειδέ᾽ ἀνῆγες
ἐξ ἀπίης γαίης νυὸν ἀνδρῶν αἰχμητάων

Traduction française :

[3,0] CHANT III : Les serments. - Vue du haut des remparts. Duel de Pâris et de Ménélas. Quand les combattants se furent rangés, chacun autour de ses chefs, les Troyens s'avancèrent avec des cris et des appels, comme des oiseaux; ainsi crient les grues sous le ciel, quand, fuyant l'hiver et les pluies incessantes, en criant elles volent vers le cours de l'Océan, portant aux Pygmées le meurtre et la mort; dans la brume, elles portent devant elles la discorde mauvaise. Les Achéens, eux, marchaient en silence, respirant l'ardeur, le coeur impatient de s'aider les uns les autres. 10 Quand, sur les sommets des montagnes, le Notes verse le brouillard détesté des bergers, mais plus propice au voleur que la nuit, on n'y voit pas plus loin qu'un jet de pierre; ainsi sous les pieds des guerriers s'élevait un épais nuage de poussière, tandis qu'ils allaient; et, très vite, ils traversaient la plaine. Quand ils furent tout près, marchant les uns contre les autres, devant les Troyens allait au combat Alexandre semblable à un dieu, avec une peau de léopard sur les épaules, un arc recourbé et une épée; brandissant deux lances casquées de bronze, il provoquait tous les meilleurs Argiens à combattre à force, dans une lutte terrible. Ménélas aimé d'Arès le reconnut, marchant devant la foule à grands pas. Comme un lion se réjouit en tombant sur le cadavre d'un grand animal, en trouvant un cerf ramé ou un bouc sauvage, quand il a faim; car il le dévore, même si sur lui se jettent chiens rapides et jeunes gens robustes, ainsi se réjouit Ménélas en voyant Alexandre semblable à un dieu. car il se promettait de punir le coupable. Aussitôt, de son char, avec ses armes, il sauta à terre. Quand Alexandre semblable à un dieu le vit apparaître au premier rang, la terreur frappa son coeur; reculant, il se retira dans le groupe de ses compagnons, pour éviter la divinité funeste Comme un homme qui voit un serpent bondit en arrière et s'écarte, dans les vallons de la mon- tagne; un tremblement saisit ses membres; il s'en retourne, et la pâleur s'empare de ses joues; ainsi se replongea dans la foule des Troyens superbes, par crainte du fils d'Atrée, Alexandre semblable à un dieu. Voyant sa conduite, Hector le gourmanda de ces insultes Maupâris, si beau à voir, fou de femmes, lanceur d'oeillades, ah ! que n'es-tu impuissant ! Que n'es-tu mort sans te marier ! Oui ! Je le souhaiterais I Cela te vaudrait bien mieux que d'être ainsi un objet de honte, regardé de haut par les autres. Sans doute, ils éclatent de rire, les Achéens chevelus, qui disaient notre champion excellent, parce qu'il avait belle apparence ! Mais il n'y a ni force dans ton âme, ni vaillance. Est-ce avec ces qualités que, sur des vaisseaux coureurs de mer, tu as traversé la haute mer, accompagné d'amis fidèles; que, te mêlant à des étrangers, tu as enlevé une femme charmante sur une terre éloignée, la belle-soeur de piquiers virils,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 14/10/2005