HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

DION CASSIUS, L'Histoire romaine, livre LIII

αὐτῷ



Texte grec :

[53,7] τί γὰρ ἄν τις καὶ παρεξετάσειεν αὐτῷ; τὴν Γαλατίας ἅλωσιν ἢ τὴν Παννονίας δούλωσιν ἢ τὴν Μυσίας χείρωσιν ἢ τὴν Αἰγύπτου καταστροφήν; ἀλλὰ τὸν Φαρνάκην τὸν Ἰούβαν τὸν Φραάτην, τὴν ἐπὶ τοὺς Βρεττανοὺς στρατείαν, τὴν τοῦ Ῥήνου διάβασιν; καίτοι τοσαῦτα καὶ τοιαῦτα ταῦτά ἐστιν ὅσα καὶ οἷα οὐδὲ σύμπαντες οἱ πατέρες ἡμῶν ἐν παντὶ τῷ πρόσθεν χρόνῳ πεποιήκασιν. ἀλλ´ ὅμως οὔτε τούτων τι τῷ παρόντι ἔργῳ παραβαλεῖν ἐστιν ἄξιον, οὔθ´ ὅτι τοὺς ἐμφυλίους πολέμους καὶ μεγίστους καὶ ποικιλωτάτους διὰ πάντων γενομένους καὶ διεπολεμήσαμεν καλῶς καὶ διεθέμεθα φιλανθρώπως, τοῦ μὲν ἀντιστάντος ὡς καὶ πολεμίου παντὸς κρατήσαντες, τὸ δ´ ὑπεῖξαν ὡς καὶ φίλιον πᾶν περισώσαντες, ὥστ´ εἴπερ ποτὲ καὶ αὖθις πεπρωμένον εἴη τὴν πόλιν ἡμῶν νοσῆσαι, τοῦτον αὐτὴν τὸν τρόπον εὔξασθαί τινα στασιάσαι· τὸ γάρ τοι τοσοῦτόν τε ἰσχύσαντας ἡμᾶς καὶ οὕτω καὶ τῇ ἀρετῇ καὶ τῇ τύχῃ ἀκμάσαντας ὥστε καὶ ἑκόντων καὶ ἀκόντων ὑμῶν αὐταρχῆσαι δυνηθῆναι, μήτε ἐκφρονῆσαι μήτε τῆς μοναρχίας ἐπιθυμῆσαι, ἀλλὰ καὶ ἐκεῖνον διδομένην αὐτὴν ἀπώσασθαι καὶ ἐμὲ δεδομένην ἀποδιδόναι, ὑπὲρ ἄνθρωπόν ἐστιν. λέγω δὲ ταῦτα οὐκ ἄλλως ἐπικομπῶν (οὐδὲ γὰρ ἂν εἶπον αὐτὰ ἀρχήν, εἰ καὶ ὁτιοῦν πλεονεκτήσειν ἀπ´ αὐτῶν ἤμελλον) ἀλλ´ ἵνα εἰδῆτε ὅτι πολλῶν καὶ μεγάλων ἔς τε τὸ κοινὸν εὐεργετημάτων καὶ ἐς τὰ οἰκεῖα σεμνολογημάτων ἡμῖν ὄντων ἐπὶ τούτῳ μάλιστα ἀγαλλόμεθα ὅτι, ὧν ἕτεροι καὶ βιαζόμενοί τινας ἐπιθυμοῦσι, ταῦθ´ ἡμεῖς οὐδ´ ἀναγκαζόμενοι προσιέμεθα.

Traduction française :

[53,7] « Comment à ce bienfait comparer la conquête de la Gaule, ou la soumission de la Mysie, ou la réduction de l'Égypte, ou l'asservissement de la Pannonie, Pharnace, Juba, Phraate, l'expédition de Bretagne, le passage du Rhin? Ces exploits, sans doute, dépassent en nombre et en grandeur ce que nos ancêtres tous ensemble ont accompli dans les siècles précédents. Mais aucun d'eux cependant ne mérite d'être comparé à ce que je fais en ce moment, pas même les guerres civiles, grandes, diverses et continuelles, que nous avons terminées avec gloire, réglées avec humanité, réprimant comme ennemi tout ce qui résistait, sauvant comme ami tout ce qui cédait; en sorte que, si le destin voulait que notre ville fût un jour de nouveau malade, il serait à souhaiter pour elle de ne connaître que de cette même manière les dissensions. Car, lorsque avec des forces assez grandes, une vertu et une fortune assez florissantes pour être en état, que vous le vouliez ou non, d'exercer sur vous un pouvoir absolu, loin de perdre la raison et de désirer la monarchie, nous l'avons, lui, repoussée quand elle lui était offerte, moi, déposée quand je la possédais, nous avons fait là une chose plus qu'humaine. Si je tiens ce langage, ce n'est pas pour en faire sottement vanité (je n'en aurais pas dit un mot, si je devais en tirer un avantage quelconque), c'est seulement pour que vous compreniez bien que, malgré de grands et nombreux services rendus à l'État, malgré des motifs particuliers d'orgueil, nous nous félicitons surtout de ce que des avantages que les autres recherchent, même par la violence, nous, nous les refusons, même malgré la contrainte qu'on nous impose.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 28/09/2006