HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre I

Πυθαγόρης



Texte grec :

[1,120] Τῆς σοφίης πάσης ἐν ἐμοὶ τέλος· ἢν δέ τι πλεῖον Πυθαγόρῃ τὠμῷ λέγε ταῦθ' ὅτι πρῶτος ἁπάντων ἔστιν ἀν' Ἑλλάδα γῆν· οὐ ψεύδομαι ὧδ' ἀγορεύων. Ἴων δ' ὁ Χῖός φησιν περὶ αὐτοῦ· Ὥς ὃ μὲν ἠνορέῃ τε κεκασμένος ἠδὲ καὶ αἰδοῖ καὶ φθίμενος ψυχῇ τερπνὸν ἔχει βίοτον, εἴπερ Πυθαγόρης ἐτύμως ὁ σοφὸς περὶ πάντων ἀνθρώπων γνώμας εἶδε καὶ ἐξέμαθεν. Ἔστι καὶ ἡμῶν οὕτως ἔχον τῷ μέτρῳ τῷ Φερεκρατείῳ· Τὸν κλεινὸν Φερεκύδην ὃν τίκτει ποτὲ Σύρος

Traduction française :

[1,120] « En moi finit la sagesse : s'il y en a davantage, il faut la donner à Pythagore, que je reconnais pour le premier des Grecs. » Ion de Chio est l'auteur de celle-ci : « Modeste et rempli de vertus, ici repose, rongé de corruption, celui dont l'âme possède une heureuse vie. Pareil en sagesse a Pythagore, il sonda les mœurs et étudia le génie des hommes. » J'ai fait aussi cette épitaphe pour lui, suivant la mesure phérécratienne : Une maladie de corruption défigura, dit-on, le célèbre Phérécyde, natif de Syrus.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/07/2007