HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre I



Texte grec :

[1,104] Τὸ ἔλαιον μανίας φάρμακον ἔλεγε διὰ τὸ ἀλειφομένους τοὺς ἀθλητὰς ἐπιμαίνεσθαι ἀλλήλοις. « Πῶς, » ἔλεγεν, « ἀπαγορεύοντες τὸ ψεύδεσθαι ἐν ταῖς καπηλείαις φανερῶς ψεύδονται; » Καὶ θαυμάζειν φησὶ πῶς Ἕλληνες ἀρχόμενοι μὲν ἐν μικροῖς πίνουσι, πλησθέντες δὲ ἐν μεγάλοις. Ἑπιγράφεται δὲ αὐτοῦ ταῖς εἰκόσι· γλώσσης, γαστρός, αἰδοίων κρατεῖν. Ἐρωτηθεὶς εἰ εἰσὶν ἐν Σκύθαις αὐλοί, εἶπεν, « Ἀλλ' οὐδὲ ἄμπελοι. » Ἐρωτηθεὶς τίνα τῶν πλοίων εἰσὶν ἀσφαλέστερα, ἔφη, « Τὰ νενεωλκημένα. » Καὶ τοῦτο ἔφη θαυμασιώτατον ἑωρακέναι παρὰ τοῖς Ἕλλησιν, ὅτι τὸν μὲν καπνὸν ἐν τοῖς ὄρεσι καταλείπουσι, τὰ δὲ ξύλα εἰς τὴν πόλιν κομίζουσι. Ἐρωτηθεὶς πότεροι πλείους εἰσίν, οἱ ζῶντες οἱ νεκροί, ἔφη, « Τοὺς οὖν πλέοντας ποῦ τίθης; » Ὀνειδιζόμενος ὑπὸ Ἀττικοῦ ὅτι Σκύθης ἐστίν, ἔφη, « Ἀλλ' ἐμοῦ μὲν ὄνειδος ἡ πατρίς, σὺ δὲ τῆς πατρίδος. »

Traduction française :

[1,104] II appelait l'huile un remède qui rendait frénétique, parce que les athlètes, après s'en être frotté le corps, étaient plus furieux qu'auparavant. Il demandait pourquoi ceux qui interdisaient le mensonge mentaient ouvertement dans les cabarets. Il trouvait étrange que les Grecs se servissent de petits gobelets au commencement d'un festin, et en prissent de plus grands à la fin. On lit ces mots au pied de ses statues: "Il faut régler la parole, la gourmandise et l'amour". Quelqu'un lui demandant s'il se trouvait des flûtes dans son pays: Non, dit-il, il ne s'y trouve pas même des vignes. Un autre lui demanda quels étaient les vaisseaux les plus sùrs : Ceux, dit-il, qu'on tire à terre. Une chose surtout lui paraissait singulière chez les Grecs: c'est qu'ils laissaient la fumée du bois sur les montagnes, se servant en ville de bois qui ne rendait point de fumée. On lui demanda quel nombre l'emportait, celui des vivants ou celui des morts. Parmi lesquels placez-vous ceux qui sont sur mer? répondit-il. Un Grec lui reprochant qu'il était Scythe: "Je sais, répliqua-t-il, que ma patrie ne me fait point d'honneur; mais vous faites honte à la vôtre".





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/07/2007