HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre I

ἅπαντα



Texte grec :

[1,90] Ἠέλιός τ' ἀνιὼν λάμπῃ, λαμπρά τε σελήνη, καὶ ποταμοί γε ῥέωσιν, ἀνακλύζῃ δὲ θάλασσα, αὐτοῦ τῇδε μένουσα πολυκλαύτῳ ἐπὶ τύμβῳ, ἀγγελέω παριοῦσι, Μίδας ὅτι τῇδε τέθαπται. Φέρουσι δὲ μαρτύριον Σιμωνίδου ᾆσμα, ὅπου φησί· Τίς κεν αἰνήσειε νόῳ πίσυνος Λίνδου ναέταν Κλεόβουλον ἀενάοις ποταμοῖς ἄνθεσί τ' εἰαρινοῖς ἀελίου τε φλογὶ χρυσέας τε σελάνας καὶ θαλασσαίαισι δίνῃς ἀντιθέντα μένος στάλας; ἅπαντα γάρ ἐστι θεῶν ἥσσω· λίθον δὲ καὶ βρότεοι παλάμαι θραύοντι· μωροῦ φωτὸς ἅδε βουλά. Οὐ γὰρ εἶναι Ὁμήρου τὸ ἐπίγραμμα, πολλοῖς ἔτεσι προέχοντος, φασί, τοῦ Μίδα. Φέρεται δ' αὐτοῦ ἐν τοῖς Παμφίλης Ὑπομνήμασι. Καὶ αἴνιγμα τοῖον·

Traduction française :

[1,90] que le soleil levant et la lune brillante éclaireront le monde, que les fleuves couleront et que la mer lavera les rivages, je demeurerai ici, en arrosant de mes larmes cette pierre polie, et en annonçant aux passants que Midas est renfermé dans ce sépulcre. » Ceux qui sont dans cette opinion se fondent sur le témoignage de Simonide, dans le poème où il dit : Qui peut raisonnablement louer le Lindien Cléobule d'avoir opposé des statues à des rivières intarissables, aux fleurs du printemps, aux rayons du soleil, à la clarté de la lune et aux tournants de la mer? Tout cela est au-dessous des dieux, et les mains des hommes peuvent briser la pierre. Ce sont les idées d'un homme peu sensé. Au reste, on remarque que cette épitaphe ne peut point être d'Homère, qui vivait longtemps avant Midas. Pamphila, dans ses Commentaires, rapporte cette énigme qu'un attribue à Cléobule :





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/07/2007