HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre I

ἵσταντο



Texte grec :

[1,48] Ἵνα δὲ μὴ δοκοίη βίᾳ μόνον, ἀλλὰ καὶ δίκῃ τὴν Σαλαμῖνα κεκτῆσθαι, ἀνασκάψας τινὰς τάφους ἔδειξε τοὺς νεκροὺς πρὸς ἀνατολὰς ἐστραμμένους, ὡς ἦν ἔθος θάπτειν Ἀθηναίοις· ἀλλὰ καὶ αὐτοὺς τοὺς τάφους πρὸς ἕω βλέποντας καὶ ἀπὸ τῶν δήμων τοὺς χρηματισμοὺς ἐγκεχαραγμένους, ὅπερ ἦν ἴδιον Ἀθηναίων. Ἔνιοι δέ φασι καὶ ἐγγράψαι αὐτὸν εἰς τὸν κατάλογον τοῦ Ὁμήρου μετὰ τὸν Αἴας δ' ἐκ Σαλαμῖνος ἄγεν δυοκαίδεκα νῆας- στῆσε δ' ἄγων ἵν' Ἀθηναίων ἵσταντο φάλαγγες.

Traduction française :

[1,48] et afin que l'on crût que les Athéniens avaient droit sur la possession de Salamine, il ouvrit quelques tombeaux, et fit remarquer que les cadavres y étaient couchés tournés vers l'orient, ce qui était la coutume des Athéniens, et que les cercueils même étaient disposés de cette manière, et portaient des inscriptions des lieux où les morts étaient nés, ce qui était particulier aux Athéniens. C'est dans la même vue, dit-on, qu'à ces mots qui sont dans le catalogue qu'Homère fait des princes grecs , « Ajax de Salamine conduisait douze vaisseaux, » il ajouta ceux-ci, «qui se joignirent au camp des Athéniens. »





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/07/2007