HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diogène Laërce, Vies, doctrines et sentences des Philosophes illustres, livre I

ἵνα



Texte grec :

[1,122] Φερεκύδης Θαλῇ. Εὖ θνήσκοις ὅταν τοι τὸ χρεὼν ἥκῃ. Νοῦσός με καταλελάβηκε δεδεγμένον τὰ παρὰ σέο γράμματα. Φθειρῶν ἔθυον πᾶς καί με εἶχεν ἠπίαλος. Ἐπέσκηψα δ' ὦν τοῖσιν οἰκιήτῃσιν, ἐπήν με καταθάψωσιν, ἐς σὲ τὴν γραφὴν ἐνέγκαι. Σὺ δὲ ἢν δοκιμώσῃς σὺν τοῖς ἄλλοις σοφοῖς, οὕτω μιν φῆνον· ἢν δὲ οὐ δοκιμώσητε, μὴ φήνῃς. Ἐμοὶ μὲν γὰρ οὔκω ἥνδανεν. Ἔστι δὲ οὐκ ἀτρεκηίη πρηγμάτων οὐδ' ὑπίσχομαι τἀληθὲς εἰδέναι· ἅσσα δ' ἂν ἐπιλέγῃ θεολογέων· τὰ ἄλλα χρὴ νοέειν· ἅπαντα γὰρ αἰνίσσομαι. Τῇ δὲ νούσῳ πιεζόμενος ἐπὶ μᾶλλον οὔτε τῶν τινα ἰητρῶν οὔτε τοὺς ἑταίρους ἐσιέμην· προσεστεῶσι δὲ τῇ θύρῃ καὶ εἰρομένοις ὁκοῖόν τι εἴη, διεὶς δάκτυλον ἐκ τῆς κληίθρης ἔδειξ' ἂν ὡς ἔθυον τοῦ κακοῦ. Καὶ προεῖπα αὐτοῖσι ἥκειν ἐς τὴν ὑστεραίην ἐπὶ τὰς Φερεκύδεω ταφάς. Καὶ οὗτοι μὲν οἱ κληθέντες σοφοί, οἷς τινες καὶ Πεισίστρατον τὸν τύραννον προσκαταλέγουσι. Λεκτέον δὲ περὶ τῶν φιλοσόφων· καὶ πρῶτόν γε ἀρκτέον ἀπὸ τῆς Ἰωνικῆς φιλοσοφίας, ἧς καθηγήσατο Θαλῆς, οὗ διήκουσεν Ἀναξίμανδρος.

Traduction française :

[1,122] PHÉRÉCYDE A THALÈS. « Je vous souhaite une heureuse fin quand vous approcherez de votre dernière heure. J'étais malade quand je reçus votre lettre, la vermine infectait mon corps et la fièvre minait mes forces. Dans cette extrémité, j'ai prié quelques-uns de mes amis qu'après avoir eu soin de ma sépulture, ils vous fassent tenir mes écrits. Si vous trouvez qu'ils méritent d'être lus, et si les autres sages sont du même sentiment, je consens que vous les publiiez ; sinon supprimez-les, ils ne me satisfont pas moi-même. Il n'y a pas assez de certitude dans les choses que j'y dis; je ne la promets point, ni ne sais ce qui est vrai. Quant aux points qui touchent la théologie, il faut les comprendre, parce que je les traite tous obscurément. Ma maladie empire de jour en jour, et je ne reçois la compagnie d'aucun médecin, ni d'aucun de mes amis. Ceux qui ont soin de moi se tiennent en dehors. Lorsqu'ils m'interrogent sur ma santé, je passe un doigt hors de la porte pour leur montrer le mal que je souffre, et je les avertis de se préparer, à faire, le lendemain, les funérailles de Phérécyde. » Ce furent là ceux qu'un appela sages, et parmi lesquels quelques-uns placent Pisistrate le tyran. Venons aux philosophes, en commençant par ceux de la secte ionienne, dont nous avons dit que Thalès, maître d'Anaximandre fut le chef.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/07/2007