HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diodore de Sicile, La Bibliothèque historique, livre XIX

ἀδελφὰς



Texte grec :

[19,59] Ὄντος δ´ αὐτοῦ περὶ ταῦτα παρῆν Ἀγησίλαος ὁ πεμφθεὶς εἰς Κύπρον πρεσβευτής, ἀπαγγέλλων ὅτι Νικοκρέων μὲν καὶ τῶν ἄλλων οἱ κράτιστοι βασιλεῖς πρὸς Πτολεμαῖον πεποίηνται συμμαχίαν, ὁ δὲ Κιτιεὺς καὶ Λαπίθιος, ἔτι δὲ Μαριεὺς καὶ Κερυνίτης τὴν πρὸς αὐτὸν φιλίαν συντέθεινται. ἀκούσας δὲ ταῦτα τρισχιλίους μὲν στρατιώτας καὶ στρατηγὸν Ἀνδρόνικον κατέλιπεν ἐπὶ τῆς πολιορκίας, αὐτὸς δὲ μετὰ τῆς δυνάμεως ἀναζεύξας τήν τ´ Ἰόππην καὶ Γάζαν ἀπειθούσας κατὰ κράτος εἷλε καὶ τοὺς μὲν καταληφθέντας Πτολεμαίου στρατιώτας ἐπιδιεῖλεν εἰς τὰς ἰδίας τάξεις, εἰς δὲ τὰς πόλεις παρεισήγαγε φρουρὰν τὴν ἀναγκάσουσαν πειθαρχεῖν τοὺς ἐνοικοῦντας. αὐτὸς δ´ ἐπανελθὼν εἰς τὴν πρὸς Παλαιτύρῳ στρατοπεδείαν παρεσκευάζετο τὰ πρὸς τὴν πολιορκίαν. Ἐπὶ δὲ τῶν καιρῶν τούτων Ἀρίστων ὁ πιστευθεὶς ὑπ´ Εὐμενοῦς τῶν ὀστῶν τῶν Κρατεροῦ παρέδωκεν εἰς ταφὴν αὐτὰ Φίλᾳ τῇ πρότερον μὲν Κρατερῷ συνοικούσῃ, τότε δὲ Δημητρίῳ τῷ Ἀντιγόνου. αὕτη δ´ ἡ γυνὴ συνέσει δοκεῖ διενηνοχέναι· τούς τε γὰρ ταραχώδεις τῶν ἐν τῷ στρατοπέδῳ κατέπαυεν ἁρμοζόντως πολιτευομένη πρὸς ἕκαστον, τάς τε ἀδελφὰς καὶ θυγατέρας τῶν ἀπόρων ἐξεδίδου τοῖς ἰδίοις δαπανήμασι, πολλοὺς δὲ καὶ τῶν διαβολαῖς περιπιπτόντων μὴ δικαίαις ἀπήλλασσε τῶν κινδύνων. λέγεται δὲ καὶ Ἀντίπατρον τὸν πατέρα αὐτῆς, ὃς δοκεῖ γεγονέναι φρονιμώτατος τῶν ἐν δυναστείαις γεγονότων κατὰ τὴν αὐτὴν ἡλικίαν, κόρης οὔσης ἔτι τῆς Φίλας συμβουλεύεσθαι πρὸς ταύτην περὶ τῶν μεγίστων. μηνύσει δ´ ἀκριβέστερον τὸ τῆς γυναικὸς ἦθος προϊὼν ὁ λόγος καὶ τὰ πράγματα λαμβάνοντα μεταβολὴν καὶ κρίσιν ἐσχάτην τῆς περὶ Δημήτριον βασιλείας. καὶ τὰ μὲν περὶ Ἀντίγονον καὶ Φίλαν τὴν Δημητρίου γυναῖκα τοιαῦτ´ ἦν.

Traduction française :

[19,59] Pendant que ces choses se passaient, Agésilas, de retour de Cypre où il avait été envoyé en députation, vint annoncer que Nicocréon et les principaux rois de l'île avaient fait alliance avec Ptolémée ; mais que les gouverneurs de Cittium, de Lapithum, de Marium et de Cerynia, s'étaient déclarés pour lui. Sur ce rapport, Antigone laissa trois mille hommes sous les ordres d'Andronicus pour continuer le siége de Tyr, et il se dirigea lui-même, à la tête de son armée, vers Joppé et Gaza, villes qui avaient désobéi à ses ordres; il les emporta d'assaut, et incorpora dans les rangs de son armée les soldats qu'y avait laissés Ptolémée; enfin il plaça dans ces villes une garnison suffisante pour tenir les habitants en respect. Cela fait, il retourna dans son camp près de Paléo-Tyr, et fit des préparatifs de siége. Vers ce même temps, Ariston, auquel Eumène avait confié les os de Cratère, remit ces dépouilles à Phila, femme de Cratère. Cette femme, qui, après la mort de Cratère, avait épousé Démétrius, fils d'Antigone, était d'une rare intelligence; par ses manières conciliantes, elle avait apaisé bien des troubles dans l'armée; elle avait élevé à ses frais les soeurs et les filles des guerriers pauvres, et délivré beaucoup d'accusés innocents. On rapporte même qu'Antipater, son père, un des hommes d'Etat les plus sages de son époque, consultait Phila, encore jeune fille, sur les affaires les plus importantes. Nous ferons d'ailleurs connaître davantage le caractère de cette femme, lorsque nous parlerons des changements qui eurent lieu par la suite, et de la fin du règne de Démétrius.Voilà ce que nous avions pour le moment à dire d'Antigone et de Phila, femme de Démétrius.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 10/11/2006