HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diodore de Sicile, La Bibliothèque historique, livre XV

ἐπ



Texte grec :

[15,57] 57. Τοῦ δ' ἐνιαυσίου χρόνου διεληλυθότος ᾿Αθήνησι μὲν ἦρχε Δυσνίκητος, ἐν ῾Ρώμῃ δὲ ἀντὶ τῶν ὑπάτων χιλίαρχοι κατεστάθησαν τέτταρες, Κόιντος Σερουίλιος καὶ Λεύκιος Φούριος, ἔτι δὲ Γάιος (Λεύκιος) Λικίνιος καὶ Πόπλιος Κοίλιος. Ἐπὶ δὲ τούτων Θηβαῖοι μεγάλῃ δυνάμει στρατεύσαντες ἐπ' ᾿Ορχομενὸν ἐπεβάλοντο μὲν ἐξανδραποδίσασθαι τὴν πόλιν, ᾿Επαμεινώνδου δὲ συμβουλεύσαντος ὅτι τὰ διὰ τῆς ἀνδρείας κατεργασθέντα τῇ φιλανθρωπίᾳ δεῖ διαφυλάττειν τοὺς τῆς τῶν ῾Ελλήνων ἡγεμονίας ὀρεγομένους, μετέγνωσαν. διόπερ τοὺς μὲν ᾿Ορχομενίους εἰς τὴν τῶν συμμάχων χώραν κατέταξαν,μετὰ δὲ ταῦτα Φωκεῖς καὶ Αἰτωλοὺς καὶ Λοκροὺς φίλους ποιησάμενοι τὴν εἰς Βοιωτίαν ἐπάνοδον ἐποιήσαντο. (2) ᾿Ιάσων δὲ ὁ Φερῶν τύραννος ἀεὶ μᾶλλον αὐξόμενος ἐστράτευσεν εἰς τὴν Λοκρίδα, καὶ τὴν μὲν ῾Ηράκλειαν τὴν ἐν Τραχινίᾳ διὰ προδοσίας ἑλὼν ἀνάστατον ἐποίησε, καὶ τὴν χώραν Οἰταίοις καὶ Μηλιεῦσιν ἐδωρήσατο· μετὰ δὲ ταῦτα ἐπὶ τὴν Περραιβίαν ἀναζεύξας τῶν πόλεων τὰς μὲν λόγοις φιλανθρώποις προσηγάγετο, τὰς δὲ διὰ τῆς βίας ἐχειρώσατο. Ταχὺ δὲ τῆς δυναστείας αὐτοῦ στερεουμένης, οἱ τὴν Θετταλίαν οἰκοῦντες ὑφεωρῶντο τὴν αὔξησιν αὐτοῦ καὶ τὴν πλεονεξίαν. (3) Ἅμα δὲ τούτοις πραττομένοις ἐν τῇ πόλει τῶν ᾿Αργείων ἐγένετο στάσις καὶ φόνος τοσοῦτος, ὅσος παρ' ἑτέροις τῶν ῾Ελλήνων οὐδέποτε γεγονέναι μνημονεύεται. ἐκλήθη δὲ ὁ νεωτερισμὸς οὗτος παρὰ τοῖς ῞Ελλησι σκυταλισμός, διὰ τὸν τρόπον τοῦ θανάτου ταύτης τυχὼν τῆς προσηγορίας.

Traduction française :

[15,57] L'année suivante Dysnicète étant archonte d'Athènes, les Romains créèrent au lieu de consuls quatre tribuns militaires, Q. Servilius, L. Furius, C. Licinius et P. Cloelius. Les Thébains, marchaient vers Orchomène dans le dessein de réduire les habitants de cette ville à la condition d'esclaves. Mais Épaminondas leur représenta qu'une nation qui aspirait au commandement de la Grèce, devait conserver par l'humanité l'empire qu'elle avait acquis. par la valeur. Cet avis leur fit changer de projet et ils mirent Orchomène au nombre des villes qui leur étaient alliées. Ayant gagné par les mêmes voies les villes de la Phocide, de la Locride et de l'Étolie ils s'en revinrent dans la Béotie. (2) XV. VERS ce même temps Jason tyran de Phères, qui devenait de jour en jour plus puissant , entra en armes dans la Locride ; et s'étant saisi ensuite d'Héraclée en Trachinie par trahison, il la fit raser et donna tout le territoire des environs aux habitants d'Oeta et de Mélia. Conduisant de là son armée vers les Perrhèbes, il gagna quelques villes de ces cantons par des promesses et en soumit quelques autres par la force : sa puissance s'étant ainsi accrue en peu de temps, son ambition et son avidité commencèrent à devenir suspectes à tous les peuples de la Thessalie. (3) Ce fut alors qu'il s'éleva dans Argos une sédition suivie du meurtre de tant de citoyens que la Grèce entière n'avait pas encore fourni un si affreux événement. Les Grecs l'appellent le scytalisme de l'instrument avec lequel les citoyens effrénés s'attaquaient et se tuaient même d'abord les uns les autres.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 29/09/2005