HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Diodore de Sicile, La Bibliothèque historique, livre XV

ἀλλήλους



Texte grec :

[15,24] 24. Ἐπ' ἄρχοντος δ' ᾿Αθήνησι Νίκωνος ῾Ρωμαῖοι χιλιάρχους ἓξ ἀντὶ τῶν ὑπάτων κατέστησαν, Λεύκιον Παπίριον, Γάιον Σερουίλιον, Λεύκιον Κοΐνκτιον, Λεύκιον Κορνήλιον, Λεύκιον Οὐαλέριον Αὖλον Μάλλιον. Ἐπὶ δὲ τούτων Καρχηδόνιοι στρατεύσαντες εἰς τὴν ᾿Ιταλίαν τοῖς μὲν ῾Ιππωνιάταις ἐκπεπτωκόσιν ἐκ τῆς πατρίδος ἀποκατέστησαν τὴν πόλιν, καὶ πάντας τοὺς πεφευγότας συναγαγόντες πολλὴν ἐπιμέλειαν αὐτῶν ἐποιήσαντο. (2) Μετὰ δὲ ταῦτα λοιμικῆς νόσου τοῖς κατοικοῦσι τὴν Καρχηδόνα γενομένης, καὶ τῆς νόσου πολλὴν ἐπίτασιν ἐχούσης, πολλοὶ τῶν Καρχηδονίων διεφθάρησαν, καὶ τὴν ἡγεμονίαν ἐκινδύνευσαν ἀποβαλεῖν· οἵ τε γὰρ Λίβυες καταφρονήσαντες αὐτῶν ἀπέστησαν, οἵ τε τὴν Σαρδόνα κατοικοῦντες, νομίσαντες ἔχειν καιρὸν κατὰ τῶν Καρχηδονίων, ἀπέστησαν ἀπ' αὐτῶν καὶ συμφρονήσαντες ἐπέθεντο τοῖς Καρχηδονίοις. (3) Ἐγένετο δὲ περὶ τὸν αὐτὸν καιρὸν θεόπεμπτός τις ἀτυχία κατὰ τὴν Καρχηδόνα. ταραχαὶ γὰρ καὶ φόβοι καὶ πανικοὶ θόρυβοι συνεχεῖς ἐγίνοντο κατὰ τὴν πόλιν παράδοξοι, καὶ πολλοὶ μὲν μετὰ τῶν ὅπλων ἐξεπήδων ἐκ τῶν οἰκιῶν, ὡς πολεμίων εἰσπεπτωκότων εἰς τὴν πόλιν, καὶ πρὸς ἀλλήλους ὡς πολεμίους διαπολεμοῦντες, οὓς μὲν ἀνῄρουν, οὓς δὲ κατετραυμάτιζον. Tέλος δὲ θυσίαις τὸ θεῖον ἐξιλασάμενοι καὶ μόγις τῶν κακῶν ἀπαλλαγέντες, ταχὺ καὶ τοὺς Λίβυας κατεπολέμησαν καὶ τὴν νῆσον ἀνεκτήσαντο.

Traduction française :

[15,24] 24. L'ANNÉE suivante Nicon étant archonte d'Athènes, les Romains au lieu de consuls créèrent six tribuns militaires, L. Papirius, C. Cornélius, L. Menenius, C. Servilius, A. Valerius et Q. Fabius. Les Carthaginois ayant fait passer une armée en Italie remirent les habitants d'Hipponium en possession de leur ville d'où on les avait chassés : ils firent d'ailleurs une enquête très exalte de tous les fugitifs dont ils prirent un extrême soin. (2) Quelque temps après la peste se mit dans Carthage. Elle s'y étendit si prodigieusement et emporta un si grand nombre de citoyens qu'elle mit l'empire même en danger. Les Libyens commençaient à mépriser le peu d'hommes qui restaient dans, cette capitale et les insulaires de la Sardaigne crurent que le temps était venu de se révolter contre eux, ce qu'ils firent ouvertement. (3) La colère céleste semblait tomber alors de tous côtés sur les Carthaginois : des terreurs paniques se répandaient dans tous les quartiers de la capitale et y excitaient un tumulte continuel et prodigieux. Plusieurs sortaient de leurs maisons l'épée à la main, comme si les ennemis fussent entrés dans la ville par escalade ; et prenant pour tels les passants qu'ils rencontraient, ils tuaient les uns et blessaient grièvement les autres. Mais enfin cette fureur ayant été apaisée par les sacrifices qu'ils offrirent aux dieux, ils remirent les Libyens dans l'obéissance et reconquirent la Sardaigne.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 29/09/2005