HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Denys d'Halicarnasse, Les Antiquités romaines, livre VIII (avec trad. française)

προκαλουμένων



Texte grec :

[8,83] Παραλαμβάνουσι δὴ τὴν ὑπατείαν κατὰ τὸ ἑβδομηκοστόν τε καὶ διακοσιοστὸν ἔτος ἀπὸ τοῦ συνοικισμοῦ τῆς Ῥώμης Λεύκιος Αἰμίλιος Μαμέρκου υἱὸς καὶ Καίσων Φάβιος Καίσωνος υἱός, ἄρχοντος Ἀθήνησι Νικοδήμου. οἷς κατ´ εὐχὴν συνέβη μηδὲν ὑπὸ τῆς πολιτικῆς ἐπιταραχθῆναι διχοστασίας πολέμων τὴν πόλιν περιστάντων ἀλλοεθνῶν. ἐν ἅπασι μὲν οὖν ἔθνεσι καὶ τόποις Ἑλλήνων τε καὶ βαρβάρων φιλοῦσιν αἱ τῶν ἔξωθεν κακῶν ἀνάπαυλαι ἐμφυλίους τε καὶ ἐνδήμους ἐγείρειν πολέμους, μάλιστα δὲ τοῦτο πάσχουσιν, ὅσοι πολεμιστὴν καὶ κακόπαθον αἱροῦνται βίον ἐλευθερίας τε καὶ ἡγεμονίας πόθῳ. χαλεπαὶ γὰρ αἱ μαθοῦσαι τοῦ πλείονος ἐφίεσθαι φύσεις ἐξειργόμεναι τῶν συνήθων ἔργων καρτερεῖν· καὶ διὰ τοῦτο οἱ φρονιμώτατοι τῶν ἡγεμόνων ἀεί τινας ἐκ τῶν ἀλλοεθνῶν ἀναζωπυροῦσιν ἔχθρας, κρείττονας ἡγούμενοι τῶν ἐντοπίων πολέμων τοὺς ἀλλοδαπούς. τότε δ´ οὖν, ὥσπερ ἔφην, κατὰ δαίμονα τοῖς ὑπάτοις συνέπεσον αἱ τῶν ὑπηκόων ἐπαναστάσεις. Οὐολοῦσκοι γάρ, εἴτε τῇ πολιτικῇ Ῥωμαίων κινήσει πιστεύσαντες ὡς ἐκπεπολεμωμένου τοῦ δημοτικοῦ πρὸς τοὺς ἐν τέλει, εἴτε τῆς προτέρας ἥττης ἀμαχητὶ γενομένης αἰσχύνῃ παροξυνθέντες, εἴτ´ ἐπὶ ταῖς ἑαυτῶν δυνάμεσι πολλαῖς οὔσαις μέγα φρονήσαντες, εἴτε διὰ ταῦτα πάντα πολεμεῖν Ῥωμαίοις διέγνωσαν, καὶ συναγαγόντες ἐξ ἁπάσης πόλεως τὴν νεότητα, μέρει μέν τινι τῆς δυνάμεως ἐπὶ τὰς Ἑρνίκων τε καὶ Λατίνων πόλεις ἐστράτευσαν, τῇ δὲ λοιπῇ, ἣ πλείστη τ´ ἦν καὶ κρατίστη, τοὺς ἐπὶ τὰς πόλεις σφῶν ἥξοντας δέχεσθαι ἤμελλον. ταῦτα μαθοῦσι Ῥωμαίοις ἔδοξε διχῇ νέμειν τὰς δυνάμεις καὶ τῇ μὲν ἑτέρᾳ τὴν Ἑρνίκων τε καὶ Λατίνων διὰ φυλακῆς ἔχειν, τῇ δ´ ἑτέρᾳ τὴν Οὐολούσκων λεηλατεῖν.

Traduction française :

[8,83] CHAPITRE TREIZIEME. I. L'AN de la fondation de Rome deux cent soixante-dix, Nicodème étant archonte à Athènes, Lucius Aemilius fils de Mamercus, et Caeson Fabius fils de Caeson, furent créés consuls. Il leur arriva ce qu'ils avaient souhaité : leur régence ne fut point traversée par les séditions domestiques, parce que les guerres des peuples voisins tinrent toujours la ville de Rome en haleine. C'est l'ordinaire dans toutes les nations et dans tous les pays, soit des Grecs, soit des Barbares, qu'on n'est pas plutôt en repos du côté des périls du dehors, qu'il s'élève des guerres civiles: et des séditions internes. Cette alternative est inévitable, particulièrement à ceux qui ont embrassé une vie dure et guerrière, par le désir qu'ils ont de conserver leur liberté, et de commander aux autres. Il est bien difficile de gouverner ces esprits ambitieux : accoutumés à former de grands desseins, et possédés de l'envie de dominer, rarement peut-on les contenir dans les bornes du devoir, si on les retire de leurs exercices ordinaires. C'est pour cette raison que les plus habiles politiques fomentent toujours quelque inimitié avec les nations étrangères, pour ne pas manquer de sujets de faire la guerre, persuadés qu'il vaut mieux avoir des guerres au dehors que des séditions dans leurs villes. Il arriva donc alors par un grand bonheur pour les consuls, comme je l'ai déjà dit, que les sujets des Romains levèrent l'étendard de la révolte. II. LES Volsques résolurent de faire la guerre à la république, soit qu'ils comptassent sur les troubles domestiques qui régnaient à Rome entre le peuple et les magistrats, soit qu'ils fussent irrités par la honte de s'être laissé vaincre sans tirer l'épée dans la campagne précédente, ou que leurs nombreuses troupes leur relevassent le courage par l'espérance d'un heureux succès, soit enfin pour toutes ces raisons ensemble. Quoiqu'il en soit, ils levèrent beaucoup de jeunesse dans toutes leurs villes : ils envoyèrent une partie de leur armée contre les Herniques et les Latins : l'autre qui était et la plus forte et la plus nombreuse, resta dans le pays pour recevoir l'ennemi s'il venait les attaquer. Sur cette nouvelle, les Romains font les mêmes mouvements : ils partagent aussi leurs forces en deux corps, l'un pour envoyer au secours des Herniques et des Latins, l'autre pour ravager le pays des Volsques.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/08/2009