HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Denys d'Halicarnasse, Les Antiquités romaines, livre VIII (avec trad. française)

χρωμένους



Texte grec :

[8,10] Ὡς δὲ ταῦτ´ εἶπον οἱ πρέσβεις, ἐβουλεύοντο κατὰ σφᾶς οἱ σύνεδροι μεταστησάμενοι τοὺς ἄνδρας, καὶ ἐπειδὴ ἔκριναν ἃς χρὴ ἀποκρίσεις ποιήσασθαι, καλέσαντες αὐτοὺς πάλιν ἐπὶ τὸν σύλλογον ταύτην ἔδοσαν τὴν ἀπόφασιν. Οὐ λανθάνετε ἡμᾶς, ὦ Οὐολοῦσκοι, φιλίας μὲν οὐδὲν δεόμενοι, πρόφασιν δ´ εὐπρεπῆ λαβεῖν βουλόμενοι τοῦ πολέμου. ἃ γὰρ ἥκετε παρ´ ἡμῶν ἀπαιτοῦντες, καλῶς ἐπίστασθε οὐδέποτε ληψόμενοι· χρῄζετε γὰρ ἀδίκων τε καὶ ἀδυνάτων. εἰ μὲν οὖν δόντες ἡμῖν τὰ χωρία ἔπειτα μεταδόξαν ὑμῖν νῦν ἀπαιτεῖτε, ἀδικεῖσθε μὴ κομιζόμενοι, εἰ δὲ πολέμῳ ἀφαιρεθέντες οὐκέτι αὐτῶν ὄντες κύριοι, ἀδικεῖτε τῶν ἀλλοτρίων ἐφιέμενοι. ἡμεῖς δὲ κρατίστας ἡγούμεθα κτήσεις, ἃς ἂν πολέμῳ κρατήσαντες λάβωμεν, οὔτε πρῶτοι καταστησάμενοι νόμον τόνδε οὔτε αὐτὸν ἀνθρώπων ἡγούμενοι εἶναι μᾶλλον ἢ οὐχὶ θεῶν· ἅπαντάς τε καὶ Ἕλληνας καὶ βαρβάρους εἰδότες αὐτῷ χρωμένους οὐκ ἂν ἐνδοίημεν ὑμῖν μαλακὸν οὐδὲν οὐδ´ ἂν ἀποσταίημεν ἔτι τῶν δορικτήτων. πολλὴ γὰρ ἂν εἴη κακότης, εἴ τις ἃ μετ´ ἀρετῆς καὶ ἀνδρείας ἐκτήσατο, ταῦθ´ ὑπὸ μωρίας τε καὶ δειλίας ἀφαιρεθείη. πολεμεῖν τ´ οὔτε μὴ βουλομένους ὑμᾶς ἀναγκάζομεν, οὔτε προθυμουμένους παραιτούμεθα, ἂν δ´ ἄρξησθε ἀμυνούμεθα. ταῦτα Οὐολούσκοις ἀπαγγέλλετε καὶ λέγετε, ὅτι λήψονται μὲν πρότεροι τὰ ὅπλ´ ἐκεῖνοι, θήσομεν δ´ ἡμεῖς ὕστεροι.

Traduction française :

[8,10] XVII. Les ambassadeurs ayant ainsi parlé, on les fait retirer de l'assemblée. Le sénat délibère sur leurs propositions et après être convenu de ce qu'il leur fallait répondre, il les rappelle et leur parle ainsi. « Volsques, nous voyons bien que vous ne cherchez pas tant notre amitié, qu'un spécieux prétexte pour nous déclarer la guerre. Vous êtes persuadés vous-mêmes que vous n'obtiendrez jamais ce que vous exigez du peuple Romain : vous n'ignorez pas non plus que nous, que vos demandes sont injustes et qu'il n'est pas possible qu'on y ait aucun égard. En effet, si vous nous aviez donné des terres et que changeant ensuite de résolution vous nous les redemandassiez aujourd'hui, ce serait vous faire une injustice que de ne pas vous les rendre. Mais quand vous demandez un bien qu'on vous a enlevé dans la guerre et dont vous n'êtes plus les maîtres, n'est-ce pas vous-mêmes qui faites l'injustice en voulant qu'on vous rende ce qui ne vous appartient pas ? our nous nous regardons comme un bien légitime et justement acquis, ce que nous avons gagné par les armes. Ce n'est pas nous qui avons fait les premiers cette loi. Elle n'est pas tant une invention des hommes, qu'une règle établie par les dieux mêmes. Nous savons que les Grecs et les Barbares la suivent cette loi : ainsi nous ne mollirons en rien et nous ne vous céderons jamais ce qui est le fruit de nos victoires. Il faudrait être bien fou pour rendre lâchement et par une sotte timidité ce qu'on a acquis par son courage et par sa valeur. Nous ne vous obligeons donc point à faire la guerre si vous ne voulez : mais aussi, si vous voulez la faire, nous ne la refusons pas, et si vous commencez, nous nous défendrons. Portez cette réponse aux Volsques, et leur dites que s'ils sont les premiers à prendre les armes nous serons les derniers à les mettre bas.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 19/08/2009