HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Basile de Césarée, Sur le mépris du monde

ἀσελγεῖς



Texte grec :

[6] Ἅ γε μικράν τινα τῇ γεύσει μόνον ἐναποθέμενα κατὰ τὴν πάροδον ἡδονὴν, εὐθὺς ὡς ὀχληρὰ καὶ περιττὰ δυσχεραίνομεν, καὶ μετὰ σπουδῆς ἔξω ποι βάλλομεν, ὡς εἰ τοῖς σπλάγχνοις ἐγχρονίσοι, τὰ μέγιστα περὶ τοῦ ζῇν κινδυνεύσοντες. Πολλοῖς γοῦν ὁ κόρος ἤγαγε θάνατον, καὶ τοῦ μηδενὸς ἀπολαύειν ἔτι γεγένηται πρόξενος. Κοῖται δὲ ἀσελγεῖς, καὶ βέβηλοι συμπλοκαὶ, καὶ πάντα ὅσα λυττώσης ἔργα καὶ παραφόρου ψυχῆς, οὐχὶ πρόδηλος πάντη ζημία τῇ φύσει, καὶ βλάβη περιφανὴς, καὶ τῶν ἰδίων ὄντως ἑκάστου μᾶλλον ἀλλοτρίωσίς τε καὶ μείωσις, ἐλαττουμένου τοῦ σώματος ἐν ταῖς μίξεσι, καὶ τῆς γνησιωτάτης καὶ συνεκτικωτάτης τῶν μελῶν ἀποσυλωμένου τροφῆς; Τοιγαροῦν ἑκάστου τῶν ταῖς ἀσελγέσιν ἐγκαλινδηθέντων εὐναῖς, μετὰ τὴν πρᾶξιν εὐθὺς, ὅταν ὁ μὲν τῆς σαρκὸς οἶστρος ἀπομαρανθῇ, πρὸς τὸ βδελυρὸν δὲ ὧν ἐνεχείρησε πέρας ἐλθὼν ὁ νοῦς, ὥσπερ ἐκ μέθης ἢ χειμῶνός τινος, τοῦ λογίσασθαι, ποῖ ποτέ ἐστι, λάβοι σχολὴν, σφοδρός τις εἰσέρχεται τῆς ἀκρασίας μετάμελος. Ἀδρανεστέρου τε γὰρ αἰσθάνεται γεγενημένου τοῦ σώματος, καὶ πρὸς τὴν τῶν ἀναγκαίων ἐργασίαν νωθροῦ, καὶ παντάπασιν ἀσθενοῦς. Τοῦτο δὴ ἄρα καὶ τοῖς παιδοτρίβαις κατανοήσασιν ὁ τῆς σωφροσύνης ἐν ταῖς παλαίστραις γέγραπται νόμος, ἄσυλα παρὰ τῶν ἡδονῶν τοῖς νεανίσκοις φυλάττων τὰ σώματα, καὶ οὐκ ἐπιτρέπων ἀγωνιζομένοις αὐτοῖς, οὐδὲ ὄσον προσβλέψαι ταῖς λαμπούσαις μορφαῖς, εἴγε ἐθέλοιεν στεφανωθῆναι τὴν κεφαλὴν, ὡς τῆς ἀκρασίας γέλωτα ἀγούσης ἐν τῷ παλαίειν, οὐ στέφανον.

Traduction française :

[6] Les viandes et les liqueurs, après avoir flatté un moment notre goût dans le passage, nous dégoûtent comme étant superflues et incommodes : nous nous empressons de les jeter au-dehors, parce qu'elles exposeraient notre vie au plus grand danger si elles s'arrêtaient dans les entrailles. L'intempérance a causé la mort à un grand nombre d'hommes, ou les a mis hors d'état de rien goûter à l'avenir. Les commerces honteux, les impudicités et les dissolutions, tous ces excès auxquels nous porte la rage de la concupiscence, ne causent-ils pas à notre nature un dommage manifeste ? n'usent-ils pas notre tempérament ? n'épuisent-ils pas nos forces ? n'altèrent-ils pas la vigueur de nos membres, en les privant de la nourriture qui leur est la plus convenable? Après qu'on a assouvi d'infatues désirs, lorsque le crime consommé a ralenti la passion, et que l’âme, revenue à elle-même comme d'une ivresse, réfléchit dans le calme sur l'abîme où elle s'est plongée, elle se repent alors de son incontinence, parce qu'elle sent que le corps est languissant et faible, incapable de remplir ses fonctions ordinaires. Voilà pourquoi les maîtres d'escrime prescrivent aux jeunes athlètes des lois sévères, lesquelles mettent leurs corps à l'abri de la volupté, ne leur permettant pas même de regarder de belles femmes, s'ils sont jaloux de remporter la couronne, parce que, sans doute, l'incontinence ne peut mériter le prix aux combattants, qu'elle ne fait que les exposer au ridicule.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 6/04/2009