HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Athénée de Naucratis, les Deipnosophistes (ou Le Banquet des sages), livre XIII

Χάρμος



Texte grec :

[13,90] Οἶδα δὲ καὶ περὶ κάλλους γυναικῶν ἀγῶνά ποτε διατεθέντα ; περὶ οὗ ἱστορῶν Νικίας ἐν τοῖς ᾿Αρκαδικοῖς διαθεῖναί φησι αὐτὸν Κύψελον, πόλιν κτίσαντα ἐν τῷ πεδίῳ περὶ τὸν ᾿Αλφειόν · εἰς ἣν κατοικίσαντα Παρρασίων τινὰς τέμενος καὶ βωμὸν ἀναστῆσαι Δήμητρι ᾿Ελευσινίᾳ, ἧς ἐν τῇ ἑορτῇ καὶ τὸν τοῦ κάλλους ἀγῶνα ἐπιτελέσαι · καὶ νικῆσαι πρῶτον αὐτοῦ τὴν γυναῖκα ῾Ηροδίκην. ᾿Επιτελεῖται δὲ καὶ μέχρι νῦν ὁ ἀγὼν οὗτος, καὶ αἱ ἀγωνιζόμεναι γυναῖκες χρυσοφόροι ὀνομάζονται. Θεόφραστος δὲ ἀγῶνα κάλλους φησὶ γίνεσθαι παρὰ ᾿Ηλείοις, καὶ τὴν κρίσιν ἐπιτελεῖσθαι μετὰ σπουδῆς λαμβάνειν τε τοὺ νικήσαντας ἇθλα ὅπλα · ἅπερ ἀνατίθεσθαί φησιν Διονύσιος ὁ Λευκρικὸς τῇ ᾿Αθηνᾷ, τὸν δὲ νικήσαντα ταινιούμενον ὑπὸ τῶν φίλων καὶ πομπεύοντα ἕως τοῦ ἱεροῦ παραγίνεσθαι. Τὸν στέφανον δ' αὐτοῖς δίδοσθαι μυρρίνης ἱστορεῖ Μυσρίλος ἐν ῾Ιστορικοῖς Παραδόξοις. ᾿Ενιαχοῦ δέ φησιν ὁ αὐτὸς Θεόφραστος καὶ κρίσεις γυναικῶν περὶ σωφροσύνης γίνεσθαι καὶ οἰκονομίας, ὥσπερ ἐν τοῖς βαρβάροις · ἑτέρωθι δὲ κάλλους, ὡς δέον καὶ τοῦτο τιμᾶσθαι, καθάπερ καὶ παρὰ Τενεδίοις καὶ Λεσβίοις · ταύτην δὲ τύχης ἢ φύσεως εἶναι τιμήν, δέον προκεῖσθαι σωφροσύνης. Τὸ κάλλος γὰρ οὕτως καλόν, εἰ δὲ μὴ, κίνδυνον ἔχον ἐπ' ἀκολασίαν.'

Traduction française :

[13,90] Je n'ignore pas qu'il y eut autrefois des concours de beauté féminine. Nicias le dit formellement dans son Histoire d'Arcadie. Selon lui, ce serait Cypsélos qui les aurait instituées après avoir fondé dans la plaine de l'Alphée une ville qui fut d'abord peuplé de gens venus de Parrhasia. Il aurait ensuite consacré une enceinte et un autel à la Déméter d'Éleusis. C'est pendant les fêtes honorant cette déesse, que se seraient tenus des concours de beauté. On dit que, lors de la première manifestation, ce fut la propre épouse de Cypsélos, Hérodicé, qui remporta le prix. Ce concours existe encore aujourd'hui et les femmes qui y participent sont appelées «Chrysophores.» De son côté, Théophraste nous rapporte que c'est un concours de beauté masculine qu'on organise à Élis. L'épreuve est extrêmement rigoureuse et les vainqueurs reçoivent des armes en guise de prix. Dionysos de Leuctres ajoute que ces armes sont aussitôt consacrées à Athéna par le vainqueur qui, le front ceint de bandelettes, est conduit en procession jusqu'au sanctuaire. Selon Myrsilos, dans ses Paradoxes historiques, la couronne offerte serait de myrte. Dans d'autres régions, Théophraste, déjà nommé, dit que les concours féminins sont souvent basés sur la vertu et les compétences domestiques de celles-ci, comme cela se pratique chez les Barbares. En revanche, il est des contrées où c'est la seule beauté qui induit une récompense, comme c'est le cas à Ténédos et à Lesbos. Néanmoins, Théophraste observe que la récompense offerte tient avant tout du hasard ou de la nature, et qu'il vaudrait bien mieux ne louer que la seule sagesse. Pour lui, la beauté n'est complète qu'accompagnée par la vertu ; la beauté seule prend le risque de mener la femme au désordre.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 15/09/2005