HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Athénée de Naucratis, les Deipnosophistes (ou Le Banquet des sages), livre XIII

μἐν



Texte grec :

[13,73] ῾Υπολαμβάνων οὖν μέγαν εἶναι δαίμονα καὶ δυνατώτατον τὸν ῎Ερωτα, προσέτι τε καὶ τήν ᾿Αφροδίτην τὴν χρυσῆν, τὰ Εὐριπίδου ἐπὶ νοῦν λαμβάνων λέγω · Τὴν ᾿Αφροδίτην οὐχ ὁρᾷς ὅση θεὸς ; ἥν οὐδ' ἂν εἴποις οὐδὲ μετρήσειας ἂν ὅση πέφυκε κἀφ' ὅσον διέρχεται. Αὕτη τρέφει σὲ κἀμὲ καὶ πάντας βροτούς. Τεκμήριον δέ, μὴ λόγῳ μόνον μάθῃς · {ἔργῳ δὲ δείξω τὸ σθένος τὸ τῆς θεοῦ} ἐρᾷ μἐν ὄμβρου γαῖ' , ὅτε ξηρὸν πέδον ἄκαρπον αὐχμῳ νοτίδος ἐνδεῶς ἔχῃ. ᾿Ερᾷ δ' ὁ σεμνὸς οὐρανὸς πληρούμενος ὄμβρου πεσεῖν εἰς γαῖαν ᾿Αφροδίτης ὕπο. ῞Οταν δὲ συμμιχθῆτον ἐς ταὐτὸν δύο, φύουσιν ἡμῖν πάντα καὶ τρέφουσ' ἃμα, δι' ὧν βρότειον ζῇ τε καὶ θάλλει γένος. Καὶ ὁ σεμνότατος δ' Αἰσχύλος ἐν ταῖς Δαναίσιν αὐτὴν παράγει τὴν ᾿Αφροδίτην λέγουσαν · ᾿Ερᾷ μὲν ἁγνὸς οὐρανὸς τρῶσαι χθόνα, ἔρως δὲ γαῖαν λαμβάνει γάμου τυχεῖν · ὄμβρος δ' ἀπ εὐναέντος οὐρανοῦ πεσὼν ἔκυσε γαῖαν · Ἣ δὲ τίκτεται βροτοῖς μήλων τε βοσκὰς καὶ βίον Δημήτριον · δένδρων τις ὥρα δ' ἐκ νοτίζοντος γάμου τέλειος ἐστί. Τῶν δ' ἐγὼ παραίτιος.

Traduction française :

[13,73] Je pense avoir bien prouvé quelles puissantes divinités sont Éros et Aphrodite d'or. Et je vous cite avec ces vers d'Euripide, tels qu'ils me reviennent à l'esprit. «Ne vois-tu pas comme Aphrodite est une grande déesse ? Tu ne pourrais me décrire, ni mesurer sa grandeur, ni savoir jusqu'où s'étend sa puissance. C'est elle qui me nourrit, toi, moi et l'ensemble des mortels. La preuve ? Les mots sont impuissants à l'évoquer et c'est à l'oeuvre que je veux te montrer sa suprématie. La terre a besoin de la pluie : or, quand la terre est sèche et devient stérile, l'humidité est son seul recours. Le ciel vénérable, gonflé de pluie, aime à couler sur la terre, et c'est par la grâce d'Aphrodite. Et lorsque les deux éléments se confondent, ils engendrent et entretiennent toutes les choses par lesquelles la race des mortels vit et prospère.» Citons encore le très vénérable Eschyle, qui, dans les Danaïdes, présente ainsi Aphrodite : «Le ciel chaste aime à violer la terre, et l'amour s'en empare et l'étreint. Du fond du ciel, la pluie, élément mâle, tombe et imbibe la terre, apportant aux mortels le pâturage pour les moutons et la vie pour Déméter : c'est ainsi que les arbres fleurissent par cette union pluviale. Et moi, de tout cela, je suis la cause.»





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 15/09/2005