HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Athénée de Naucratis, les Deipnosophistes (ou Le Banquet des sages), livre XIII

Ερμησιάνακτα



Texte grec :

[13,72] ᾿Εν τούτοις ὁ ῾Ερμησιάναξ σφάλλεται συγχρονεῖν οἰόμενος Σαπφὼ καὶ ᾿Ανακρέοντα, τὸν μἐν κατὰ Κῦρον καὶ Πολυκράτην γενόμενον, τὴν δἐ κατ' ᾿Αλυάττην τὸν Κροίσου πατέρα. Χαμαιλέων δ' ἐν τῷ περὶ Σαπφοῦς καὶ λέγειν τινάς φησιν εἰς αὐτὴν πεποιῆσθαι ὑπὸ ᾿Ανακρέοντος τάδε · Σφαίρῃ δεῦτέ με πορφυρεῇ βάλλων χρυσοκόμης ῎Ερως νήνι ποικιλισαμβάλῳ συμπαίζειν προκαλεῖται. ἥ δ' (ἐστὶν γὰρ ἀπ' εὐκτίνου Λέσβου) τὴν μὲν ἐμὴν κόμην (λευκὴ γάρ) καταμέμφεται, πρὸς δ' ἄλλην τινὰ χάσκει. Καὶ τὴν Σαπφώ δὲ πρὸς αὐτὸν ταῦτά φησιν εἰπεῖν · κεῖνον, ὦ χρυσόθρονε Μοῦσ' , ἔνισπες ὕμνον, ἐκ τᾶς καλλιγύναικος ἐσθλᾶς Τήιος χώρας ὃν ἄειδε τερπνῶς πρέσβυς ἀγαυός. ῞Οτι δὲ οὔκ ἐστι Σαπφοῦς τοῦτο τὸ ᾆσμα παντί που δῆλον. ᾿Εγὼ δὲ ἡγοῦμαι παίζειν τὸν ῾Ερμησιάνακτα περὶ τοῦ ἔρωτος. Καὶ γὰρ Δίφιλος ὁ κωμῳδιοποιὸς πεποίηκεν ἐν Σαπφοῖ δράματι Σαπφοῦς ἐραστὰς ᾿Αρχίλοχον καὶ ῾Ιππώνακτα. Ταῦθ' ὑμῖν, ὦ ἑταῖροι, οὐκ ἀμερίμνως δοκῶ τὸν ἐρωτικὸν τοῦτον πεποιῆσθαι κατάλογον, οὐκ ὢν οὕτως ἐρωτομανὴ ὡς διαβάλλων μ' εἴρηκεν ὁ Κύνουλκος ἀλλ' ἐρωτικὸς μὲν εἶναι ὁμολογῶ, ἐρωτομανὴς δὲ οὔ. Τίς δ' ἔστ' ἀνάγκη δυστυχεῖν ἐν πλείοσιν, ἐξὸν σιωπᾶν κἀν σκότῳ κρύπτειν τάδε ; Αίσχύλος ἔφη ὁ ᾿Αλεξανδρεὺς ἐν ᾿Αμφιτρύωνι. Οὗτος δέ ἐστιν Αἰσχύλος ὁ καὶ τὰ Μεσσηνιακὰ ἔπη συνθείς, ἀνήρ εὐπαίδευτος.

Traduction française :

[13,72] Dans ces lignes, Hermésianax commet une erreur flagrante en supposant que Sappho et Anacréon étaient contemporains : le poète vécut à l'époque de Cyrus et de Polycrate, tandis que Sappho écrivit au temps d'Alyatte, le père de Crésus. Pourtant Chaméléon, dans son livre sur Sappho, déclare que les vers suivants furent bien composés par Anacréon pour la Lesbienne ; bien des auteurs, selon lui, en sont persuadés : «Maintenant Éros aux cheveux d'or, qui me lance sa balle pourpre, m'invite à folâtrer avec la jeune fille à la sandale brodée. Mais elle, native de la charmante Lesbos, se moque de mes cheveux, parce qu'ils sont blancs, et elle s'émerveille pour un autre… une femme !» Et, dans ces vers, Chaméléon prétend que Sappho aurait ainsi répondu : «L'hymne que tu vas prononcer, ô muse au trône d'or, est celui que l'homme de Téos, vieil homme glorieux de la terre hospitalière aux belles femmes, chanta pour notre seul plaisir.» Mais, d'évidence, ce chant n'est point de la main de Sappho : il peut être adressé à n'importe qui. Pour ma part, je m'accorde à penser que c'est uniquement par jeu littéraire qu'Hermésianax évoque de telles amours. Car, rappelons-le, le poète comique Diphilos, dans sa Sappho, ne donne à la poétesse que deux amants : Archiloque et Hipponax. Voilà donc, mes amis, j'ai concocté à votre intention, et avec soin, ce catalogue érotique, n'étant pas moi-même érotomane, comme l'a dit Cynulcos sur un ton injurieux : certes, j'admets que je suis fort porté sur Eros, mais point érotomane. «Pourquoi s'obliger à souffrir en lâchant trop de mots, alors qu'on peut rester silencieux et cacher tout cela dans l'ombre ?» Ces vers sont tirés de l'Amphitryon d'Eschyle d'Alexandrie, le même à qui l'on doit une Epopée de Messénie, et qui est un bel érudit.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 15/09/2005