HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Athénée de Naucratis, les Deipnosophistes (ou Le Banquet des sages), livre XIII

καταλέγει



Texte grec :

[13,52] Καὶ Ὠκίμου δὲ τῆς έμῆς, ὡς σὺ φής, Κύνουλκε, καὶ Ὑπερείδης μέμνηται ἐν τῷ κατὰ ᾽Αρισταγόρας β' λέγων οὕτως· «Ὥστε Λαὶς μὲν ἡ δοκοῦσα τῶν πώποτε διενηνοχέναι τὴν ὄψιν καὶ Ὤκιμον καὶ Μετάνειρα - - -» Νικόστρατος δὲ ὁ τῆς μέσης κωμῳδίας ποιητὴς έν Πανδρόσῳ οὑτωσὶ λέγων· Ἔπειτα τῆς αὐτῆς ὁδοῦ πρὸς ᾽Αερόπην ἐλθοῦσα πέμψαι στρώματα αὐτὴν κέλευε, φησί, καὶ παρ' Ὠκίμου χαλκώματα. Μένανδρος δ' ἐν Κόλακι τάσδε καταλέγει έταίρας· Χρυσίδα, Κορώνην, ᾽Αντίκυραν, ᾽Ισχάδα, καὶ Ναννάριον ἔσχηκας ὡραίαν σφόδρα. Φιλέταιρος ἐν Χυναγίδι· οὐχὶ Κερκώπη μὲν ἤδη γέγον' ἔτη τρισχίλια, ἡ δὲ Διοπείθους ἀηδὴς Τέλεσις ἕτερα μυρία; Θεολύτην δ' (οὐδ᾽) οἶδεν οὐδεὶς ὅτε τὸ πρῶτον ἐγένετο. Οὐχὶ Λαὶς μὲν τελευτῶσ' ἀπέθανεν βινουμένη, Ἰσθμιὰς δὲ καὶ Νέαιρα κατασέσηπε καὶ Φίλα; Κοσσύφας δὲ καὶ Γαλήνας καὶ Κορώνας οὐ λέγω· περὶ δὲ Ναίδος σιωπῶ· γομφίους γὰρ οὐκ ἔχει. Θεόφιλος Φιλαύλῳ· τοῦ μή ποτ' αὐτὸν ἐμπεσεῖν εἰς Λαίδα φερόμενον ἢ Μηκωνίδ' ἢ Σισύμβριον ἢ Βάραθρον ἢ Θάλλουσαν ἢ τούτων τινά, ὧν ἐμπλέκουσι τοῖς λίνοις αἱ μαστροποί, ἢ Ναύσιον ἢ Μαλθάκην.»

Traduction française :

[13,52] Et cette Ocimon, celle qui, selon toi, est ma préférée, mon cher Cynulcos, eh bien ! Hypéride parle d'elle dans son second Discours contre Aristagoras. Et voici dans quels termes : «Laïs, la plus belle de toutes les femmes, dépassant en splendeur les Ocimon et les Métaneira ...» Nicostratos, le poète de la comédie moyenne, fait allusion à Ocimon dans son Pandrosos : «En passant par le même chemin, rends-toi chez Aéropé et propose-lui d'envoyer des parfums et des tapis chez Ocimon.» Ménandre, encore lui, dans son Flatteur, dresse une liste des courtisanes : «Tu t'es payé Chrysis, Coroné, Anticyra, Ischas, et Nannion, beauté naissante, toutes des fruits splendides.» Philétairos se livre au même dénombrement dans sa Chasseresse : «Cercopé n'a-t-elle pas déjà trois mille ans d'âge ? Télésis, fille de Diopeinthès, qui sent le moisi, n'approche-t-elle pas les dix-mille. Quant à Théolyté, n'a-t-on pas déjà oublié qu'elle a existé. Lais n'est-elle pas encore morte d'épuisement à force de se faire tringler ? Isthmias, Néaira et Phila ne se sont-elles pas en putréfaction ? Les Cossyphe, les Galéné, les Coroné, mieux vaut ne pas en parler ! Enfin, concernant Naïs, je suis sourd-muet : elle n'a plus une molaire !» Théophilos fait également une liste dans son Amateur de flûte : «Pour l'empêcher de tomber pêle-mêle dans les griffes d'une Laïs, d'une Méconis, d'une Sisymbrion, d'une Barathron, d'une Thallousa, et de s'empêtrer dans les filets tendus par ces maquerelles de Nannion et de Malthacé.»





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 15/09/2005