HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Athénée de Naucratis, les Deipnosophistes (ou Le Banquet des sages), livre XIII

σώματος



Texte grec :

[13,16] ῾Ηγήσανδρος δ' ἐν τοῖς ῾Υπομνήμασι τῶν ἡδυσμάτων φησὶν ἐρᾶν πάντας, οὐ τῶν κρεῶν οὐδὲ τῶν ἰχθύων· ἀπογενομένων γοῦν τούτων οὐδεὶς ἡδέως ἔτι προσφέρεται τὸ κρέας οὐδὲ τὸν ἰχθὺν οὐδ' ἐπιθυμεῖ τῶν ὠμῶν καὶ τῶν ἀνηδύντων. Καὶ γὰρ τὸ παλαιὸν παίδων ἤρων, ὡς καὶ ὁ ᾿Αρίστων ἔφη, ὅθεν καὶ καλεῖσθαι τοὺς ἐρωμένους συνέβη παιδικά. Πρὸς ἀλήθειαν γάρ, καθάπερ φησί Κλέαρχος ἐν τῷ πρώτῳ τῶν ᾿Ερωτικῶν, Λυκοφρονίδην εἰρηκέναι φησίν· Οὔτε παιδὸς ἄρρενος οὔτε παρθένων τῶν χρυσοφόρων οὐδὲ γυναικῶν βαθυκόλπων καλὸν τὸ πρόσωπον, ἐὰν κόσμιον πεφύκῃ. ῾Η γὰρ αἰδὼς ἄνθος ἐπισπείρει. Καὶ ὁ ᾿Αριστοτέλης δὲ ἔφη τοὺς ἐραστὰς εἰς οὐδὲν ἄλλο τοῦ σώματος τῶν ἐρωμένων ἀποβλέπειν ἢ τοὺς ὀφθαλμούς, ἐν οἷς τὴν αἰδῶ κατοικεῖν. Σοφοκλῆς δέ που περὶ τοῦ κάλλους τοῦ Πέλοπος διαλεγομένην ποιήσας τὴν ῾Ιπποδάμειάν φησι· Τοιάνδ' ἐν ὄψει λύγγα θηρατηρίαν ἔρωτος, ἀστραπήν τιν' ὀμμάτων ἔχει· ᾗ θάλπεται μὲν αὐτός, ἐξοπτᾷ δ' ἐμέ, ἴσον μετρῶν ὀφθαλμόν, ὥστε τέκτονος παρὰ στάθμην ἰόντος ὀρθοῦται κανών.

Traduction française :

[13,16] Hégésandros, dans ses Commentaires, dit que si tout le monde aime les assaisonnements, il n'en est pas de même pour les viandes et les poissons. Que les assaisonnements fassent défaut et l'on mangera la viande et le poisson sans plaisir car nul n'apprécie un plat sans saveur... (Lacune) Or l'amour des garçons est un usage qui remonte à la nuit des temps. Ariston déclare que les jeunes gens aimés sont depuis longtemps appelés «paidika». En vérité, référons-nous au premier livre des Érotiques de Cléarchos, où il cite Lycophronidas : «Ni chez un garçon, ni chez une fille dorée, ni chez une femme aux seins dressés, la beauté ne peut se concevoir sans la pudeur. C'est la pudeur qui sème la graine qui fera s'épanouir la fleur de la beauté.» Et Aristote affirme que les amoureux ne regardent du corps de leur bien-aimé que les yeux, là où se niche la pudeur. Et Sophocle, si je ne me trompe, fait dire à Hippodamie quand elle évoque la beauté de Pélops : «La flamme d'amour jaillit de son regard et me subjugue ; ce feu me brûle intensément ; lui, m'observe scrupuleusement tel l'artisan qui étend son cordeau pour faire sa ligne droite.»





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 15/09/2005