HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

ἀπ



Texte grec :

[1,100] πέμπεν, ἵνα θρασέεσσι μεταπρέποι ἡρώεσσιν.
Θησέα δ', ὃς περὶ πάντας Ἐρεχθεΐδας ἐκέκαστο,
Ταιναρίην ἀίδηλος ὑπὸ χθόνα δεσμὸς ἔρυκεν,
Πειρίθῳ ἑσπόμενον κοινὴν ὁδόν: ἦ τέ κεν ἄμφω
ῥηίτερον καμάτοιο τέλος πάντεσσιν ἔθεντο.
105 Τῖφυς δ' Ἁγνιάδης Σιφαέα κάλλιπε δῆμον
Θεσπιέων, ἐσθλὸς μὲν ὀρινόμενον προδαῆναι
κῦμ' ἁλὸς εὐρείης, ἐσθλὸς δ' ἀνέμοιο θυέλλας
καὶ πλόον ἠελίῳ τε καὶ ἀστέρι τεκμήρασθαι.
αὐτή μιν Τριτωνὶς ἀριστήων ἐς ὅμιλον
110 ὦρσεν Ἀθηναίη, μετὰ δ' ἤλυθεν ἐλδομένοισιν.
αὐτὴ γὰρ καὶ νῆα θοὴν κάμε: σὺν δέ οἱ Ἄργος
τεῦξεν Ἀρεστορίδης κείνης ὑποθημοσύνῃσιν.
τῶ καὶ πασάων προφερεστάτη ἔπλετο νηῶν,
ὅσσαι ὑπ' εἰρεσίῃσιν ἐπειρήσαντο θαλάσσης.
115 Φλίας δ' αὖτ' ἐπὶ τοῖσιν Ἀραιθυρέηθεν ἵκανεν,
ἔνθ' ἀφνειὸς ἔναιε Διωνύσοιο ἕκητι,
πατρὸς ἑοῦ, πηγῇσιν ἐφέστιος Ἀσωποῖο.
Ἀργόθεν αὖ Ταλαὸς καὶ Ἀρήιος, υἷε Βίαντος,
ἤλυθον ἴφθιμός τε Λεώδοκος, οὓς τέκε Πηρὼ
120 Νηληίς: τῆς δ' ἀμφὶ δύην ἐμόγησε βαρεῖαν
Αἰολίδης σταθμοῖσιν ἐν Ἰφίκλοιο Μελάμπους.
Οὐδὲ μὲν οὐδὲ βίην κρατερόφρονος Ἡρακλῆος
πευθόμεθ' Αἰσονίδαο λιλαιομένου ἀθερίξαι.
ἀλλ' ἐπεὶ ἄιε βάξιν ἀγειρομένων ἡρώων,
125 νεῖον ἀπ' Ἀρκαδίης Λυρκήιον Ἄργος ἀμείψας
τὴν ὁδόν, ᾗ ζωὸν φέρε κάπριον, ὅς ῥ' ἐνὶ βήσσῃς
φέρβετο Λαμπείης, Ἐρυμάνθιον ἂμ μέγα τῖφος,
τὸν μὲν ἐνὶ πρώτῃσι Μυκηναίων ἀγορῇσιν
δεσμοῖς ἰλλόμενον μεγάλων ἀπεθήκατο νώτων:
130 αὐτὸς δ' ᾗ ἰότητι παρὲκ νόον Εὐρυσθῆος
ὡρμήθη: σὺν καί οἱ Ὕλας κίεν, ἐσθλὸς ὀπάων,
πρωθήβης, ἰῶν τε φορεὺς φύλακός τε βιοῖο.
Τῷ δ' ἐπὶ δὴ θείοιο κίεν Δαναοῖο γενέθλη,
Ναύπλιος. ἦ γὰρ ἔην Κλυτονήου Ναυβολίδαο:
135 Ναύβολος αὖ Λέρνου: Λέρνον γε μὲν ἴδμεν ἐόντα
Προίτου Ναυπλιάδαο: Ποσειδάωνι δὲ κούρη.
πρίν ποτ' Ἀμυμώνη Δαναῒς τέκεν εὐνηθεῖσα
Ναύπλιον, ὃς περὶ πάντας ἐκαίνυτο ναυτιλίῃσιν.
Ἴδμων δ' ὑστάτιος μετεκίαθεν, ὅσσοι ἔναιον
140 Ἄργος, ἐπεὶ δεδαὼς τὸν ἑὸν μόρον οἰωνοῖσιν
ἤιε, μή οἱ δῆμος ἐυκλείης ἀγάσαιτο.
οὐ μὲν ὅγ' ἦεν Ἄβαντος ἐτήτυμον, ἀλλά μιν αὐτὸς
γείνατο κυδαλίμοις ἐναρίθμιον Αἰολίδῃσιν
Λητοΐδης: αὐτὸς δὲ θεοπροπίας ἐδίδαξεν
145 οἰωνούς τ' ἀλέγειν ἠδ' ἔμπυρα σήματ' ἰδέσθαι.
Καὶ μὴν Αἰτωλὶς κρατερὸν Πολυδεύκεα Λήδη
Κάστορά τ' ὠκυπόδων ὦρσεν δεδαημένον ἵππων
Σπάρτηθεν: τοὺς δ' ἥγε δόμοις ἔνι Τυνδαρέοιο
τηλυγέτους ὠδῖνι μιῇ τέκεν: οὐδ' ἀπίθησεν

Traduction française :

[1,100] son père lui-même lui avait ordonné de partir pour se signaler
parmi tant de héros.
Tu ne pus les accompagner, illustre descendant d'Érechtée, généreux Thésée! Un
lien fatal te retenait alors dans les cachots souterrains du Ténare, où tu avais
suivi ton ami Pirithoüs. Sans doute votre valeur aurait, été pour les Argonautes
un puissant secours!
Tiphys, fils d'Agnias, habile à prévoir les tempêtes et à diriger un navire, en
observant tantôt le soleil et tantôt l'étoile du nord, partit de Sipha,
ville des Thespiens, pour se joindre aux héros qui souhaitaient de l'avoir pour
compagnon. Minerve elle-même lui en avait inspiré le dessein ; Minerve dont les
mains divines construisirent avec Argus ce vaisseau fameux, supérieur à tous
ceux qui ont fendu jusqu'ici le sein des flots.
Phlias, riche des dons de Bacchus son père, habitait la ville d'Aréthyrie,
près des sources de l'Asopus.
Talaüs, Aréius, le brave Léodocus, tous habitants d'Argos, étaient fils de Bias
et de Péro, que Mélampus obtint pour son frère, après avoir enduré bien des maux
dans les étables d'Iphiclus.
Hercule, l'invincible Hercule, ne dédaigna pas lui-même de se rendre aux voeux de
Jason. Il revenait alors d'Arcadie, d'où il avait rapporté sur ses larges
épaules le fameux sanglier d'Érymanthe, qu'il avait exposé tout vivant et chargé
de liens aux yeux des habitants de Mycènes. C'était de lui-même et sans l'ordre
d'Eurysthée qu'Hercule marchait à cette expédition. Son fidèle Hylas
l'accompagnait, Hylas, en qui brillait la fleur de la première jeunesse, qui
portait l'arc et les flèches du Héros.
Avec eux vint Nauplius, issu d'un héros du même nom, célèbre par son habileté
dans l'art de la navigation, fruit des amours de Neptune et de la belle Amymone,
fille du divin Danaüs.
Idmon fut le dernier de ceux qui arrivèrent d'Argos. La science des augures lui
avait appris qu'il marchait à une mort certaine. Il partit cependant pour ne
point flétrir sa réputation. Quoiqu'il passât pour fils d'Abas et descendant
d'Eolus, il avait eu pour père Apollon, qui lui enseigna l'art de prévoir
l'avenir en observant le vol des oiseaux et les entrailles des victimes.
Le vigoureux Pollux, Castor habile à dompter les coursiers, tous deux fruits
d'un seul et pénible enfantement, furent envoyés de Sparte par leur mère
elle-même, fille d'un roi d'Étolie. Léda ne craignit point de se séparer de ses
enfants chéris





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005