HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

βιησάμενοι



Texte grec :

[1,1250] αἶψα δ' ἐρυσσάμενος μέγα φάσγανον ὦρτο δίεσθαι,
μή πως ἢ θήρεσσιν ἕλωρ πέλεν, ἠέ μιν ἄνδρες
μοῦνον ἐόντ' ἐλόχησαν, ἄγουσι δὲ ληίδ' ἑτοίμην.
ἔνθ' αὐτῷ ξύμβλητο κατὰ στίβον Ἡρακλῆι
γυμνὸν ἐπαΐσσων παλάμῃ ξίφος: εὖ δέ μιν ἔγνω
1255 σπερχόμενον μετὰ νῆα διὰ κνέφας. αὐτίκα δ' ἄτην
ἔκφατο λευγαλέην, βεβαρημένος ἄσθματι θυμόν:
"Δαιμόνιε, στυγερόν τοι ἄχος πάμπρωτος ἐνίψω.
οὐ γὰρ Ὕλας κρήνηνδε κιὼν σόος αὖτις ἱκάνει.
ἀλλά ἑ ληιστῆρες ἐνιχρίμψαντες ἄγουσιν,
1260 ἢ θῆρες σίνονται: ἐγὼ δ' ἰάχοντος ἄκουσα."
Ὧς φάτο: τῷ δ' ἀίοντι κατὰ κροτάφων ἅλις ἱδρὼς
κήκιεν, ἐν δὲ κελαινὸν ὑπὸ σπλάγχνοις ζέεν αἷμα.
χωόμενος δ' ἐλάτην χαμάδις βάλεν, ἐς δὲ κέλευθον
τὴν θέεν, ᾗ πόδες αὐτὸν ὑπέκφερον ἀίσσοντα.
1265 ὡς δ' ὅτε τίς τε μύωπι τετυμμένος ἔσσυτο ταῦρος
πίσεά τε προλιπὼν καὶ ἑλεσπίδας, οὐδὲ νομήων
οὐδ' ἀγέλης ὄθεται, πρήσσει δ' ὁδόν, ἄλλοτ' ἄπαυστος,
ἄλλοτε δ' ἱστάμενος, καὶ ἀνὰ πλατὺν αὐχέν' ἀείρων
ἵησιν μύκημα, κακῷ βεβολημένος οἴστρῳ:
1270 ὧς ὅγε μαιμώων ὁτὲ μὲν θοὰ γούνατ' ἔπαλλεν
συνεχέως, ὁτὲ δ' αὖτε μεταλλήγων καμάτοιο
τῆλε διαπρύσιον μεγάλῃ βοάασκεν ἀυτῇ.
Αὐτίκα δ' ἀκροτάτας ὑπερέσχεθεν ἄκριας ἀστὴρ
ἠῷος, πνοιαὶ δὲ κατήλυθον: ὦκα δὲ Τῖφυς
1275 ἐσβαίνειν ὀρόθυνεν, ἐπαύρεσθαί τ' ἀνέμοιο.
οἱ δ' εἴσβαινον ἄφαρ λελιημένοι: ὕψι δὲ νηὸς
εὐναίας ἐρύσαντες ἀνεκρούσαντο κάλωας.
κυρτώθη δ' ἀνέμῳ λίνα μεσσόθι, τῆλε δ' ἀπ' ἀκτῆς
γηθόσυνοι φορέοντο παραὶ Ποσιδήιον ἄκρην.
1280 ἦμος δ' οὐρανόθεν χαροπὴ ὑπολάμπεται ἠὼς
ἐκ περάτης ἀνιοῦσα, διαγλαύσσουσι δ' ἀταρποί,
καὶ πεδία δροσόεντα φαεινῇ λάμπεται αἴγλῃ,
τῆμος τούσγ' ἐνόησαν ἀιδρείῃσι λιπόντες.
ἐν δέ σφιν κρατερὸν νεῖκος πέσεν, ἐν δὲ κολῳὸς
1285 ἄσπετος, εἰ τὸν ἄριστον ἀποπρολιπόντες ἔβησαν
σφωιτέρων ἑτάρων. ὁ δ' ἀμηχανίῃσιν ἀτυχθεὶς
οὔτε τι τοῖον ἔπος μετεφώνεεν, οὔτε τι τοῖον
Αἰσονίδης: ἀλλ' ἧστο βαρείῃ νειόθεν ἄτῃ
θυμὸν ἔδων: Τελαμῶνα δ' ἕλεν χόλος, ὧδέ τ' ἔειπεν:
1290 "Ἧσ' αὔτως εὔκηλος, ἐπεί̣̣ύ τοι ἄρμενον ἦεν
Ἡρακλῆα λιπεῖν: σέο δ' ἔκτοθι μῆτις ὄρωρεν,
ὄφρα τὸ κείνου κῦδος ἀν' Ἑλλάδα μή σε καλύψῃ,
αἴ κε θεοὶ δώωσιν ὑπότροπον οἴκαδε νόστον.
ἀλλὰ τί μύθων ἦδος; ἐπεὶ καὶ νόσφιν ἑταίρων
1295 εἶμι τεῶν, οἳ τόνγε δόλον συνετεκτήναντο."
Ἠ, καὶ ἐς Ἁγνιάδην Τῖφυν θόρε: τὼ δέ οἱ ὄσσε
ὄστλιγγες μαλεροῖο πυρὸς ὣς ἰνδάλλοντο.
καί νύ κεν ἂψ ὀπίσω Μυσῶν ἐπὶ γαῖαν ἵκοντο
λαῖτμα βιησάμενοι ἀνέμου τ' ἄλληκτον ἰωήν,

Traduction française :

[1,1250] il tire son épée pour voler, s'il le peut, à sa défense. Tandis qu'il
courait ainsi en faisant briller son épée dans l'obscurité, il rencontra Hercule
qui retournait à grands pas vers le vaisseau. Il le reconnut, et tout hors
d'haleine lui adressa ces mots : " Cher compagnon, je vais vous annoncer un
funeste accident. Hylas était allé puiser de l'eau à une fontaine et ne reparaît
point. Des voleurs ou des bêtes féroces se sont jetés sur lui. J'ai entendu ses
cris et ne sais rien de plus."
Tandis qu'Hercule écoutait ce discours, une sueur abondante coulait de son front,
et son sang bouillonnait dans ses veines. Enflammé de colère, il jette
aussitôt le sapin qu'il portait et suit en courant le chemin qui se prèsente à
lui. Comme un taureau, piqué par un taon, s'échappe du pâturage, et, fuyant loin
des bergers et du troupeau, s'arrête quelquefois, lève sa tête altière, et,
pressé par la douleur, pousse d'effroyables mugissements, ainsi Hercule, emporté
par sa fureur, tantôt court avec rapidité, et tantôt suspendant sa course,
répète avec des cris perçants le nom de son cher Hylas.
Cependant l'étoile du matin brillait sur la cime des montagnes, les vents
propices commençaient à souffler, et Tiphys pressait ses compagnons de partir.
Dociles à ses conseils, ils montent aussitôt sur le vaisseau, lèvent
l'ancre et retirent les câbles. Le vent enfle la voile, et déjà ils doublent
avec joie le promontoire de Neptune. L'aurore vermeille éclairait le ciel de ses
feux. On voyait au milieu des vertes campagnes reluire les sentiers poudreux et
briller les champs couverts de rosée. Les Argonautes s'aperçurent alors de
l'absence de leurs compagnons. Une violente querelle s'élève aussitôt parmi eux.
On n'entend de tous côtés que plaintes et que clameurs. Tous se reprochaient
mutuellement d'avoir si promptement mis à la voile et laissé à terre le plus
vaillant héros de la troupe.
Pendant ce tumulte, Jason, plongé dans la plus cruelle incertitude, était assis
tristement et dévorait son chagrin dans un morne silence : "Tu demeures
tranquille, lui dit Télamon transporté de fureur, et n'es pas sensible à la
perte d'Hercule. Je le vois trop, tu craignais que sa gloire n'éclipsât un jour
la tienne dans la Grèce, si les dieux nous accordent d'y rentrer, et tu avais
formé le dessein de l'abandonner. Mais à quoi bon de plus longs discours ? Je
veux à l'instant me séparer de toi et de ceux qui ont tramé avec toi cette
perfidie." Il dit, et, les yeux étincelants de rage, se jette sur Tiphys,
et s'empare du gouvernail.
Chacun était prêt à seconder en ramant ses efforts, et le navire allait regagner
le rivage de la Mysie,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005