HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

ἐρατὸν



Texte grec :

[1,1200] προσφὺς ἐξήειρε σὺν αὐτοῖς ἔχμασι γαίης.
ὡς δ' ὅταν ἀπροφάτως ἱστόν νεός, εὖτε μάλιστα
χειμερίη ὀλοοῖο δύσις πέλει Ὠρίωνος,
ὑψόθεν ἐμπλήξασα θοὴ ἀνέμοιο κατᾶιξ
αὐτοῖσι σφήνεσσιν ὑπὲκ προτόνων ἐρύσηται:
1205 ὧς ὅγε τὴν ἤειρεν. ὁμοῦ δ' ἀνὰ τόξα καὶ ἰοὺς
δέρμα θ' ἑλὼν ῥόπαλόν τε παλίσσυτος ὦρτο νέεσθαι.
Τόφρα δ' Ὕλας χαλκέῃ σὺν κάλπιδι νόσφιν ὁμίλου
δίζητο κρήνης ἱερὸν ῥόον, ὥς κέ οἱ ὕδωρ
φθαίη ἀφυσσάμενος ποτιδόρπιον, ἄλλα τε πάντα
1210 ὀτραλέως κατὰ κόσμον ἐπαρτίσσειεν ἰόντι.
δὴ γάρ μιν τοίοισιν ἐν ἤθεσιν αὐτὸς ἔφερβεν,
νηπίαχον τὰ πρῶτα δόμων ἐκ πατρὸς ἀπούρας,
δίου Θειοδάμαντος, ὃν ἐν Δρυόπεσσιν ἔπεφνεν
νηλειῶς, βοὸς ἀμφὶ γεωμόρου ἀντιόωντα.
1215 ἤτοι ὁ μὲν νειοῖο γύας τέμνεσκεν ἀρότρῳ
Θειοδάμας ἀνίῃ βεβολημένος: αὐτὰρ ὁ τόνγε
βοῦν ἀρότην ἤνωγε παρασχέμεν οὐκ ἐθέλοντα.
ἵετο γὰρ πρόφασιν πολέμου Δρυόπεσσι βαλέσθαι
λευγαλέην, ἐπεὶ οὔτι δίκης ἀλέγοντες ἔναιον.
1220 ἀλλὰ τὰ μὲν τηλοῦ κεν ἀποπλάγξειεν ἀοιδῆς.
αἶψα δ' ὅγε κρήνην μετεκίαθεν, ἣν καλέουσιν
Πηγὰς ἀγχίγυοι περιναιέται. οἱ δέ που ἄρτι
νυμφάων ἵσταντο χοροί: μέλε γάρ σφισι πάσαις,
ὅσσαι κεῖσ' ἐρατὸν νύμφαι ῥίον ἀμφενέμοντο,
1225 Ἄρτεμιν ἐννυχίῃσιν ἀεὶ μέλπεσθαι ἀοιδαῖς.
αἱ μέν, ὅσαι σκοπιὰς ὀρέων λάχον ἢ καὶ ἐναύλους,
αἵγε μὲν ὑλήωροι ἀπόπροθεν ἐστιχόωντο,
ἡ δὲ νέον κρήνης ἀνεδύετο καλλινάοιο
νύμφη ἐφυδατίη: τὸν δὲ σχεδὸν εἰσενόησεν
1230 κάλλει καὶ γλυκερῇσιν ἐρευθόμενον χαρίτεσσιν.
πρὸς γάρ οἱ διχόμηνις ἀπ' αἰθέρος αὐγάζουσα
βάλλε σεληναίη. τὴν δὲ φρένας ἐπτοίησεν
Κύπρις, ἀμηχανίῃ δὲ μόλις συναγείρατο θυμόν.
αὐτὰρ ὅγ' ὡς τὰ πρῶτα ῥόῳ ἔνι κάλπιν ἔρεισεν
1235 λέχρις ἐπιχριμφθείς, περὶ δ' ἄσπετον ἔβραχεν ὕδωρ
χαλκὸν ἐς ἠχήεντα φορεύμενον, αὐτίκα δ' ἥγε
λαιὸν μὲν καθύπερθεν ἐπ' αὐχένος ἄνθετο πῆχυν
κύσσαι ἐπιθύουσα τέρεν στόμα: δεξιτερῇ δὲ
ἀγκῶν' ἔσπασε χειρί, μέσῃ δ' ἐνικάββαλε δίνῃ.
1240 Τοῦ δ' ἥρως ἰάχοντος ἐπέκλυεν οἶος ἑταίρων
Εἰλατίδης Πολύφημος, ἰὼν προτέρωσε κελεύθου,
δέκτο γὰρ Ἡρακλῆα πελώριον, ὁππόθ' ἵκοιτο.
βῆ δὲ μεταΐξας Πηγέων σχεδόν, ἠύτε τις θὴρ
ἄγριος, ὅν ῥά τε γῆρυς ἀπόπροθεν ἵκετο μήλων,
1245 λιμῷ δ' αἰθόμενος μετανίσσεται, οὐδ' ἐπέκυρσεν
ποίμνῃσιν: πρὸ γὰρ αὐτοὶ ἐνὶ σταθμοῖσι νομῆες
ἔλσαν: ὁ δὲ στενάχων βρέμει ἄσπετον, ὄφρα κάμῃσιν:
ὧς τότ' ἄρ' Εἰλατίδης μεγάλ' ἔστενεν, ἀμφὶ δὲ χῶρον
φοίτα κεκληγώς: μελέη δέ οἱ ἔπλετο φωνή.

Traduction française :

[1,1200] et du premier effort l'enlève avec toutes ses racines et la terre
qui y était attachée, tel au milieu de l'hiver, lorsque la constellation d'Orion
brille sur les flots, un ouragan fougueux emporte à la fois le mât d'un
vaisseau, les cordes et les câbles qui le retenaient. Hercule reprend aussitôt
son carquois, sa peau de lion et sa massue, et se met en chemin pour rejoindre
ses compagnons.
Pendant ce temps le jeune Hylas, attentif à préparer le repas de son maître,
s'était écarté de la troupe et tenant une urne d'airain, cherchait une claire
fontaine pour y puiser de l'eau. Hercule l'avait accoutumé dès l'enfance à le
servir, lorsque après avoir tué son père Théodamas, il l'avait enlevé de la
maison paternelle. Théodamas, habitant de la Dryopie, était occupé à labourer
son champ, et conduisait tristement sa charrue. Hercule, qui ne cherchait qu'un
prétexte de faire la guerre aux Dryopes pour les punir de leurs brigandages, lui
demanda fièrement un de ses boeufs et sur son refus le massacra lui-même
impitoyablement. Mais pourquoi m'arrêter à ce récit ? Hylas, conduit par le
hasard, arriva sur le bord d'une fontaine qu'on appelle les Sources. C'était
l'heure à laquelle les Nymphes qui habitaient la riante contrée d'alentour,
avaient coutume de se rassembler pour chanter, en dansant pendant la nuit, les
louanges de Diane. Les Nymphes des montagnes, celles des bois, celles qui
demeuraient dans les antres profonds, avaient déjà quitté leur retraite et
s'avançaient vers la fontaine. Éphydatie qui l'habitait, levant alors la tête
au-dessus de son onde limpide, aperçut le jeune Hylas, et découvrit à la faveur
de la lune, qui laissait tomber sur lui ses rayons, l'éclat de sa beauté et les
grâces de son visage. Aussitôt l'amour s'empare de ses sens, elle est toute hors
d'elle-même et demeure interdite. Hylas, penché sur le bord, plongeait son urne
au milieu des ondes, qui se précipitaient avec bruit dans l'airain résonnant. La
Nymphe, brûlant d'appliquer un baiser sur sa bouche délicate, lui passe une main
autour du cou et le tire de l'autre par le bras. L'infortuné est entraîné au
fond des ondes et jette en tombant des cris perçants.
Polyphème, qui était éloigné des autres et attendait le retour d'Hercule, fut le
seul qui les entendit. Il courut aussitôt du coté de la fontaine. Tel qu'un lion
affamé, entendant le bêlement des moutons, s'approche avec vitesse, et ne
pouvant se jeter sur le troupeau que les bergers ont renfermé, pousse pendant
longtemps d'affreux rugissements, tel le fils d'Élatus fait retentir au
loin l'air de ses gémissements. En vain il parcourt en criant tous les lieux
d'alentour, rien ne répond à ses cris. Dans cette extrémité, craignant qu'Hylas
ne soit devenu la proie des bêtes féroces ou n'ait été enlevé par des brigands,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005