HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

αἰθομένοις



Texte grec :

[1,1150] καὶ τότε μὲν δαῖτ' ἀμφὶ θεᾶς θέσαν οὔρεσιν Ἄρκτων,
μέλποντες Ῥείην πολυπότνιαν: αὐτὰρ ἐς ἠῶ
ληξάντων ἀνέμων νῆσον λίπον εἰρεσίῃσιν.
Ἔνθ' ἔρις ἄνδρα ἕκαστον ἀριστήων ὀρόθυνεν,
ὅστις ἀπολλήξειε πανύστατος. ἀμφὶ γὰρ αἰθὴρ
1155 νήνεμος ἐστόρεσεν δίνας, κατὰ δ' εὔνασε πόντον.
οἱ δὲ γαληναίῃ πίσυνοι ἐλάασκον ἐπιπρὸ
νῆα βίῃ: ̣̣ δ' οὔ κε διὲξ ἁλὸς ἀίσσουσαν
οὐδὲ Ποσειδάωνος ἀελλόποδες κίχον ἵπποι.
ἔμπης δ' ἐγρομένοιο σάλου ζαχρηεσιν αὔραις,
1160 αἳ νέον ἐκ ποταμῶν ὑπὸ δείελον ἠερέθονται,
τειρόμενοι καὶ δὴ μετελώφεον: αὐτὰρ ὁ τούσγε
πασσυδίῃ μογέοντας ἐφέλκετο κάρτει χειρῶν
Ἡρακλέης, ἐτίνασσε δ' ἀρη̣̣ότα δούρατα νηός.
ἀλλ' ὅτε δὴ Μυσῶν λελιημένοι ἠπείροιο
1165 Ῥυνδακίδας προχοὰς μέγα τ' ἠρίον Λἰγαίωνος
τυτθὸν ὑπὲκ Φρυγίης παρεμέτρεον εἰσορόωντες,
δὴ τότ' ἀνοχλίζων τετρηχότος οἴδματος ὁλκοὺς
μεσσόθεν ἆξεν ἐρετμόν. ἀτὰρ τρύφος ἄλλο μὲν αὐτὸς
ἄμφω χερσὶν ἔχων πέσε δόχμιος, ἄλλο δὲ πόντος
1170 κλύζε παλιρροθίοισι φέρων. ἀνὰ δ' ἕζετο σιγῇ
παπταίνων: χεῖρες γὰρ ἀήθεον ἠρεμέουσαι.
Ἠμος δ' ἀγρόθεν εἶσι φυτοσκάφος ἤ τις ἀροτρεὺς
ἀσπασίως εἰς αὖλιν ἑήν, δόρποιο χατίζων,
αὐτοῦ δ' ἐν προμολῇ τετρυμένα γούνατ' ἔκαμψεν
1175 αὐσταλέος κονίῃσι, περιτριβέας δέ τε χεῖρας
εἰσορόων κακὰ πολλὰ ἑῇ ἠρήσατο γαστρί:
τῆμος ἄρ' οἵγ' ἀφίκοντο Κιανίδος ἤθεα γαίης
ἀμφ' Ἀργανθώνειον ὄρος προχοάς τε Κίοιο.
τοὺς μὲν ἐυξείνως Μυσοὶ φιλότητι κιόντας
1180 δειδέχατ', ἐνναέται κείνης χθονός, ἤιά τέ σφιν
μῆλά τε δευομένοις μέθυ τ' ἄσπετον ἐγγυάλιξαν.
ἔνθα δ' ἔπειθ' οἱ μὲν ξύλα κάγκανα, τοὶ δὲ λεχαίην
φυλλάδα λειμώνων φέρον ἄσπετον ἀμήσαντες,
στόρνυσθαι: τοὶ δ' ἀμφὶ πυρήια δινεύεσκον:
1185 οἱ δ' οἶνον κρητῆρσι κέρων, πονέοντο τε δαῖτα,
Ἐκβασίῳ ῥέξαντες ὑπὸ κνέφας Ἀπόλλωνι.
Αὐτὰρ ὁ δαίνυσθαι ἑτάροις οἷς εὖ ἐπιτείλας
βῆ ῥ̓ ἴμεν εἰς ὕλην υἱὸς Διός, ὥς κεν ἐρετμὸν
οἷ αὐτῷ φθαίη καταχείριον ἐντύνασθαι.
1190 εὗρεν ἔπειτ' ἐλάτην ἀλαλήμενος, οὔτε τι πολλοῖς
ἀχθομένην ὄζοις, οὐδὲ μέγα τηλεθόωσαν,
ἀλλ' οἷον ταναῆς ἔρνος πέλει αἰγείροιο:
τόσση ὁμῶς μῆκός τε καὶ ἐς πάχος ἦεν ἰδέσθαι.
ῥίμφα δ' ὀιστοδόκην μὲν ἐπὶ χθονὶ θῆκε φαρέτρην
1195 αὐτοῖσιν τόξοισιν, ἔδυ δ' ἀπὸ δέρμα λέοντος.
τὴν δ' ὅγε χαλκοβαρεῖ ῥοπάλῳ δαπέδοιο τινάξας
νειόθεν ἀμφοτέρῃσι περὶ στύπος ἔλλαβε χερσίν,
ἠνορέῃ πίσυνος: ἐν δὲ πλατὺν ὦμον ἔρεισεν
εὖ διαβάς: πεδόθεν δὲ βαθύρριζόν περ ἐοῦσαν

Traduction française :

[1,1150] Le sacrifice fut suivi d'un festin, pendant lequel la montagne des
ours retentit de chants en l'honneur de Cybèle.
Les Argonautes se rembarquèrent au lever de l'aurore et s'éloignèrent de l'île
en ramant à l'envi. Le ciel serein, la mer unie et tranquille favorisaient leurs
efforts. Remplis d'allégresse, ils déployaient la force de leurs bras et
faisaient voler le vaisseau avec tant de vitesse que les rapides coursiers de
Neptune n'auraient pu l'atteindre. Vers la fin du jour, des vents impétueux
ayant soulevé de nouveau les flots, ils se sentirent enfin accablés de lassitude
et furent obligés de laisser reposer leurs rames. Hercule seul, toujours
infatigable, opposait au courroux des vagues la vigueur de ses bras, et par de
violentes secousses faisait avancer le vaisseau. Ils avaient déjà passé
l'embouchure du Rhyndacus et le tombeau d'Égéon et côtoyaient avec joie le
rivage de la Mysie, lorsque tout à coup la rame fut brisée par la violence des
flots. Une partie est emportée par les vagues, l'autre reste entre les mains du
héros, qui tombe à la renverse et se relève aussitôt sans rien dire et comme
étonné de voir ses bras condamnés au repos.
L'heure approchait où le laboureur quitte les champs, et pressé par la faim se
hâte de retourner à sa chaumière ; arrivé près de sa porte il étend par terre
ses genoux fatigués, et considérant son corps couvert de poussière, et ses mains
usées par le travail, il maudit les besoins qu'il ne peut satisfaire qu'au prix
de tant de peines et de fatigues. Les Argonautes abordèrent alors sur un rivage
voisin de la ville de Cius, près du fleuve du même nom et du mont Arganthon. Les
Mysiens qui habitaient cette contrée, voyant arriver des étrangers qui n'avaient
aucun dessein ennemi, leur accordèrent volontiers l'hospitalité, et leur
fournirent en abondance des vivres et du vin. Les uns vont chercher du bois sec,
les autres étendent sur la terre des lits de verdure, ceux-ci font jaillir
du feu du sein d'un caillou ; ceux-là versent du vin dans les coupes et
préparent le repas, après avoir offert à l'entrée de la nuit un sacrifice à
Apollon, protecteur des débarquements.
Cependant le fils de Jupiter, empressé de réparer la perte de sa rame, laissa
ses compagnons apaiser la faim qui les pressait, et dirigea ses pas vers une
forêt voisine où, après avoir erré longtemps, il découvrit un sapin peu chargé
de branches et dont la grosseur et la hauteur n'excédaient point celles d'un
peuplier. Aussitôt il jette par terre son arc et son carquois, se dépouille de
sa peau de lion et de sa massue, frappe à coups redoublés le pied de l'arbre.
Sûr de ses forces, il saisit ensuite à deux mains le bas du tronc, y appuie sa
large épaule,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005