HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

οἶδμα



Texte grec :

[1,1050] ὠκυπέτας ἀγεληδὸν ὑποτρέσσωσι πέλειαι.
ἐς δὲ πύλας ὁμάδῳ πέσον ἀθρόοι: αἶψα δ' ἀυτῆς
πλῆτο πόλις στονόεντος ὑποτροπίῃ πολέμοιο.
ἠῶθεν δ' ὀλοὴν καὶ ἀμήχανον εἰσενόησαν
ἀμπλακίην ἄμφω: στυγερὸν δ' ἄχος εἷλεν ἰδόντας
1055 ἥρωας Μινύας Αἰνήιον υἷα πάροιθεν
Κύζικον ἐν κονίῃσι καὶ αἵματι πεπτηῶτα.
ἤματα δὲ τρία πάντα γόων, τίλλοντό τε χαίτας
αὐτοὶ ὁμῶς λαοί τε Δολίονες. αὐτὰρ ἔπειτα
τρὶς περὶ χαλκείοις σὺν τεύχεσι δινηθέντες
1060 τύμβῳ ἐνεκτερέιξαν, ἐπειρήσαντό τ' ἀέθλων,
ἣ θέμις, ἂμ πεδίον λειμώνιον, ἔνθ' ἔτι νῦν περ
ἀγκέχυται τόδε σῆμα καὶ ὀψιγόνοισιν ἰδέσθαι.
οὐδὲ μὲν οὐδ' ἄλοχος Κλείτη φθιμένοιο λέλειπτο
οὗ πόσιος μετόπισθε: κακῷ δ' ἐπὶ κύντερον ἄλλο
1065 ἤνυσεν, ἁψαμένη βρόχον αὐχένι. τὴν δὲ καὶ αὐταὶ
νύμφαι ἀποφθιμένην ἀλσηίδες ὠδύραντο:
καί οἱ ἀπὸ βλεφάρων ὅσα δάκρυα χεῦαν ἔραζε,
πάντα τάγε κρήνην τεῦξαν θεαί, ἣν καλέουσιν
Κλείτην, δυστήνοιο περικλεὲς οὔνομα νύμφης.
1070 αἰνότατον δὴ κεῖνο Δολιονίῃσι γυναιξὶν
ἀνδράσι τ' ἐκ Διὸς ἦμαρ ἐπήλυθεν: οὐδὲ γὰρ αὐτῶν
ἔτλη τις πάσσασθαι ἐδητύος, οὐδ' ἐπὶ δηρὸν
ἐξ ἀχέων ἔργοιο μυληφάτου ἐμνώοντο:
ἀλλ' αὔτως ἄφλεκτα διαζώεσκον ἔδοντες.
1075 ἔνθ' ἔτι νῦν, εὖτ' ἄν σφιν ἐτήσια χύτλα χέωνται
Κύζικον ἐνναίοντες Ἰάονες, ἔμπεδον αἰεὶ
πανδήμοιο μύλης πελάνους ἐπαλετρεύουσιν.
Ἐκ δὲ τόθεν τρηχεῖαι ἀνηέρθησαν ἄελλαι
ἤμαθ' ὁμοῦ νύκτας τε δυώδεκα, τοὺς δὲ καταῦθι
1080 ναυτίλλεσθαι ἔρυκον. ἐπιπλομένῃ δ' ἐνὶ νυκτὶ
ὧλλοι μέν ῥα πάρος δεδμημένοι εὐνάζοντο
ὕπνῳ ἀριστῆες πύματον λάχος: αὐτὰρ Ἄκαστος
Μόψος τ' Ἀμπυκίδης ἀδινὰ κνώσσοντας ἔρυντο.
ἡ δ' ἄρ' ὑπὲρ ξανθοῖο καρήατος Αἰσονίδαο
1085 πωτᾶτ' ἀλκυονὶς λιγυρῇ ὀπὶ θεσπίζουσα
λῆξιν ὀρινομένων ἀνέμων: συνέηκε δὲ Μόψος
ἀκταίης ὄρνιθος ἐναίσιμον ὄσσαν ἀκούσας.
καὶ τὴν μὲν θεὸς αὖτις ἀπέτραπεν, ἷζε δ' ὕπερθεν
νηίου ἀφλάστοιο μετήορος ἀίξασα.
1090 τὸν δ' ὅγε κεκλιμένον μαλακοῖς ἐνὶ κώεσιν οἰῶν.
κινήσας ἀνέγειρε παρασχεδόν, ὧδέ τ' ἔειπεν:
"Αἰσονίδη, χρειώ σε τόδ' ἱερὸν εἰσανιόντα
Δινδύμου ὀκριόεντος ἐύθρονον ἱλάξασθαι
μητέρα συμπάντων μακάρων: λήξουσι δ' ἄελλαι
1095 ζαχρηεῖς: τοίην γὰρ ἐγὼ νέον ὄσσαν ἄκουσα
ἀλκυόνος ἁλίης, ἥ τε κνώσσοντος ὕπερθεν
σεῖο πέριξ τὰ ἕκαστα πιφαυσκομένη πεπότηται.
ἐκ γὰρ τῆς ἄνεμοί τε θάλασσά τε νειόθι τε χθὼν
πᾶσα πεπείρανται νιφόεν θ' ἕδος Οὐλύμποιο:

Traduction française :

[1,1050] fuient comme des colombes devant l'épervier qui les poursuit
et se précipitent en foule au travers des portes de la ville, qui
retentit aussitôt de cris et de gémissements. Le matin chacun reconnut son
erreur. Les Argonautes furent pénétrés de douleur en voyant le jeune prince
étendu sur la poussière et baigné dans son sang. Pendant trois jours ils
poussèrent avec les Dolions des cris lamentables et s'arrachèrent les cheveux ;
le quatrième, on s'occupa des funérailles. Les deux peuples, revêtus de leurs
armes, tournèrent trois fois autour du corps et célébrèrent en l'honneur du
héros des jeux funèbres au milieu d'une prairie où son tombeau s'offre encore
aux yeux de la postérité. Clyté ne voulut pas survivre à son époux. Un noeud
fatal termina d'une manière encore plus affreuse sa vie et son désespoir. Les
Nymphes des forêts la pleurèrent, et pour conserver à jamais la mémoire de cette
épouse infortunée, elles formèrent de leurs larmes une fontaine qui porte encore
son nom.
Les Dolions, accablés de tant de maux, n'avaient pas le courage de prendre de
nourriture. Pendant longtemps ils ne songèrent pas seulement à préparer le
premier soutien de la vie et ne mangèrent que des herbes crues. Ce sont ces
jours de douleur que les Ioniens, habitants de Cyzique, rappellent encore
lorsque, renouvelant tous les ans leurs libations en l'honneur des héros
dolions, ils font broyer sous une meule publique la matière d'un pain grossier
qui leur sert alors de nourriture.
Les Argonautes restèrent encore douze jours sur ce rivage, retenus par les
tempêtes dont la mer était agitée. Sur la fin de la dernière nuit, tandis que
chacun était endormi profondément et que Mopsus faisait la garde avec Acaste, un
alcyon, voltigeant au-dessus de la tête de Jason, annonça par un doux
gazouillement la fin des orages. Mopsus entendit le chant de l'oiseau qui habite
les bords de la mer et comprit le prèsage. Bientôt l'alcyon, obéissant aux
ordres de la divinité qui l'envoyait, alla se placer sur le haut de la poupe du
vaisseau. Mopsus, s'approchant alors de Jason, qui reposait sur des peaux de
brebis, le tira par le bras et lui dit :
"Fils d'Éson, écoute ce que je viens d'apprendre par le chant d'un alcyon qui
voltigeait autour de toi pendant ton sommeil. Pour calmer la fureur des vents
qui troublent depuis si longtemps les flots, il faut que, montant sur le sommet
sacré du Dindyme, tu te rendes la mère des dieux favorable par un sacrifice.
C'est elle qui tient sous son pouvoir les vents, la mer, les abîmes de la terre
et les sommets glacés de l'Olympe,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005