HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

θνητοῖσιν



Texte grec :

[1,1000] Γηγενέων ἥρωες ἀρήιοι, ἠμὲν ὀιστοῖς
ἠδὲ καὶ ἐγχείῃσι δεδεγμένοι, εἰσόκε πάντας
ἀντιβίην ἀσπερχὲς ὀρινομένους ἐδάιξαν.
ὡς δ' ὅτε δούρατα μακρὰ νέον πελέκεσσι τυπέντα
ὑλοτόμοι στοιχηδὸν ἐπὶ ῥηγμῖνι βάλωσιν,
1005 ὄφρα νοτισθέντα κρατεροὺς ἀνεχοίατο γόμφους:
ὧς οἱ ἐνὶ ξυνοχῇ λιμένος πολιοῖο τέταντο
ἑξείης, ἄλλοι μὲν ἐς ἁλμυρὸν ἀθρόοι ὕδωρ
δύπτοντες κεφαλὰς καὶ στήθεα, γυῖα δ' ὕπερθεν
χέρσῳ τεινάμενοι: τοὶ δ' ἔμπαλιν, αἰγιαλοῖο
1010 κράατα μὲν ψαμάθοισι, πόδας δ' εἰς βένθος ἔρειδον,
ἄμφω ἅμ' οἰωνοῖσι καὶ ἰχθύσι κύρμα γενέσθαι.
Ἥρωες δ', ὅτε δή σφιν ἀταρβὴς ἔπλετ' ἄεθλος,
δὴ τότε πείσματα νηὸς ἐπὶ πνοιῇς ἀνέμοιο
λυσάμενοι προτέρωσε διὲξ ἁλὸς οἶδμα νέοντο.
1015 ἡ δ' ἔθεεν λαίφεσσι πανήμερος: οὐ μὲν ἰούσης
νυκτὸς ἔτι ῥιπὴ μένεν ἔμπεδον, ἀλλὰ θύελλαι
ἀντίαι ἁρπάγδην ὀπίσω φέρον, ὄφρ' ἐπέλασσαν
αὖτις ἐυξείνοισι Δολίοσιν ἐκ δ' ἄρ' ἔβησαν
αὐτονυχί: Ἱερὴ δὲ φατίζεται ἥδ' ἔτι πέτρη,
1020 ᾗ πέρι πείσματα νηὸς ἐπεσσύμενοι ἐβάλοντο.
οὐδέ τις αὐτὴν νῆσον ἐπιφραδέως ἐνόησεν
ἔμμεναι: οὐδ' ὑπὸ νυκτὶ Δολίονες ἂψ ἀνιόντας
ἥρωας νημερτὲς ἐπήισαν: ἀλλά που ἀνδρῶν
Μακριέων εἴσαντο Πελασγικὸν ἄρεα κέλσαι.
1025 τῶ καὶ τεύχεα δύντες ἐπὶ σφίσι χεῖρας ἄειραν.
σὺν δ' ἔλασαν μελίας τε καὶ ἀσπίδας ἀλλήλοισιν
ὀξείῃ ἴκελοι ῥιπῇ πυρός, ἥ τ' ἐνὶ θάμνοις
αὐαλέοισι πεσοῦσα κορύσσεται: ἐν δὲ κυδοιμὸς
δεινός τε ζαμενής τε Δολιονίῳ πέσε δήμῳ.
1030 οὐδ' ὅγε δηιοτῆτος ὑπὲρ μόρον αὖτις ἔμελλεν
οἴκαδε νυμφιδίους θαλάμους καὶ λέκτρον ἱκέσθαι.
ἀλλά μιν Λἰσονίδης τετραμμένον ἰθὺς ἑοῖο
πλῆξεν ἐπαΐξας στῆθος μέσον, ἀμφὶ δὲ δουρὶ
ὀστέον ἐρραίσθη: ὁ δ' ἐνὶ ψαμάθοισιν έλυσθεὶς
1035 μοῖραν ἀνέπλησεν. τὴν γὰρ θέμις οὔποτ' ἀλύξαι
θνητοῖσιν: πάντῃ δὲ περὶ μέγα πέπταται ἕρκος.
ὧς τὸν ὀιόμενόν που ἀδευκέος ἔκτοθεν ἄτης
εἶναι ἀριστήων αὐτῇ ὑπὸ νυκτὶ πέδησεν
μαρνάμενον κείνοισι: πολεῖς δ' ἐπαρηγόνες ἄλλοι
1040 ἔκταθεν: Ἡρακλέης μὲν ἐνήρατο Τηλεκλῆα
ἠδὲ Μεγαβρόντην: Σφόδριν δ' ἐνάριξεν Ἄκαστος:
Πηλεὺς δὲ Ζέλυν εἷλεν ἀρηίθοόν τε Γέφυρον.
αὐτὰρ ἐυμμελίης Τελαμὼν Βασιλῆα κατέκτα.
Ἴδας δ' αὖ Προμέα, Κλυτίος δ' Ὑάκινθον ἔπεφνεν,
1045 Τυνδαρίδαι δ' ἄμφω Μεγαλοσσάκεα Φλογίον τε.
Οἰνεΐδης δ' ἐπὶ τοῖσιν ἕλεν θρασὺν Ἰτυμονῆα
ἠδὲ καὶ Ἀρτακέα, πρόμον ἀνδρῶν: οὓς ἔτι πάντας
ἐνναέται τιμαῖς ἡρωίσι κυδαίνουσιν.
οἱ δ' ἄλλοι εἴξαντες ὑπέτρεσαν, ἠύτε κίρκους

Traduction française :

[1,1000] fondirent sur eux à coup de flèches et de lances et les exterminèrent
jusqu'au dernier. Tels qu'on voit des arbres, qui naguère s'élevaient jusqu'aux nues,
abattus par la hache et jetés sur le bord de la mer pour être humectés par les flots,
tels les géants, étendus sur le sable, bordent le détroit qui forme l'entrée du port.
Une partie de leur corps est plongée dans la mer, l'autre est étendue sur le rivage,
et ils servent en même temps de pâture aux poissons et aux vautours.
Délivrés de ce danger, les Argonautes profitèrent d'un vent favorable et mirent
à la voile. Ayant vogué tout le jour au gré de leurs désirs, ils furent
repoussés pendant la nuit par les vents contraires et obligés d'aborder de
nouveau chez les Dolions. On attacha le vaisseau à un rocher qui porte encore le
nom de pierre sacrée, et l'on prit terre sans que personne reconnût la
presqu'île d'où ils étaient partis le matin. Les Dolions, de leur côté, trompés
par les ténèbres et ne songeant plus aux Argonautes, qu'ils croyaient déjà bien
loin, s'imaginèrent que c'était une troupe de Pélasges qui venait les attaquer
et prirent aussitôt les armes pour les repousser. Déjà le bruit des lances et
des boucliers retentit de toutes parts. On se mêle avec la rapidité de la flamme
qui dévore une aride forêt. Les malheureux Dolions ne peuvent soutenir le
choc et sont massacrés par les Argonautes. Cyzique lui-même ne doit plus revoir
son épouse chérie. Atteint à la poitrine d'un coup que lui porte Jason, il est
renversé sur le sable et succombe à sa destinée.
Cruelle destinée que nul mortel ne peut éviter, comme une barrière
insurmontable, tu nous environnes de tous côtés! Cyzique, en voyant partir les
Argonautes, se croit à l'abri de tout danger de leur part, et voilà qu'au milieu
de cette nuit même, en combattant contre eux, un coup mortel vient trancher le
fil de ses jours. Un grand nombre de ceux qui l'accompagnaient subirent le même
sort. Téléclée et Mégabronte périssent par la main d'Hercule. Sphodris est
renversé par Acaste, Promée par Idas, Hyacinthe par Clytius, Télamon porte à
Basilée un coup mortel, Zélys, le fier Géphyrus sont terrassés par Pélée, les
deux fils de Tindare font mordre la poussière à Mégalosacus et à Phlogius. Enfin
le jeune Méléagre abat à ses pieds Itymon et Artace, le plus vaillant des
Dolions. Tous ces guerriers, pour prix du courage qu'ils firent alors paraître,
sont encore aujourd'hui honorés comme des demi-dieux par les habitants du pays.
Les autres, saisis d'épouvante,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005