HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

τηνίκα



Texte grec :

[1,750] ληισταὶ Τάφιοι: τῶν δ' αἵματι δεύετο λειμὼν
ἑρσήεις, πολέες δ' ὀλίγους βιόωντο νομῆας.
Ἐν δὲ δύω δίφροι πεπονήατο δηριόωντες.
καὶ τὸν μὲν προπάροιθε Πέλοψ ἴθυνε, τινάσσων
ἡνία, σὺν δέ οἱ ἔσκε παραιβάτις Ἱπποδάμεια:
755 τὸν δὲ μεταδρομάδην ἐπὶ Μυρτίλος ἤλασεν ἵππους,
σὺν τῷ δ' Οἰνόμαος προτενὲς δόρυ χειρὶ μεμαρπὼς
ἄξονος ἐν πλήμνῃσι παρακλιδὸν ἀγνυμένοιο
πῖπτεν, ἐπεσσύμενος Πελοπήια νῶτα δαΐξαι.
Ἐν καὶ Ἀπόλλων Φοῖβος ὀιστεύων ἐτέτυκτο,
760 βούπαις οὔπω πολλός, ἑὴν ἐρύοντα καλύπτρης
μητέρα θαρσαλέως Τιτυὸν μέγαν, ὅν ῥ' ἔτεκέν γε
δῖ' Ἐλάρη, θρέψεν δὲ καὶ ἂψ ἐλοχεύσατο Γαῖα.
Ἐν καὶ Φρίξος ἔην Μινυήιος ὡς ἐτεόν περ
εἰσαΐων κριοῦ, ὁ δ' ἄρ' ἐξενέποντι ἐοικώς.
765 κείνους κ' εἰσορόων ἀκέοις, ψεύδοιό τε θυμόν,
ἐλπόμενος πυκινήν τιν' ἀπὸ σφείων ἐσακοῦσαι
βάξιν, ὃ καὶ δηρόν περ ἐπ' ἐλπίδι θηήσαιο.
Τοῖ' ἄρα δῶρα θεᾶς Τριτωνίδος ἦεν Ἀθήνης.
δεξιτερῇ δ' ἕλεν ἔγχος ἑκηβόλον, ὅ ῥ' Ἀταλάντη
770 Μαινάλῳ ἔν ποτέ οἱ ξεινήιον ἐγγυάλιξεν,
πρόφρων ἀντομένη: περὶ γὰρ μενέαινεν ἕπεσθαι
τὴν ὁδόν: ἀλλὰ γὰρ αὐτὸς ἑκὼν ἀπερήτυε κούρην,
δεῖσεν δ' ἀργαλέας ἔριδας φιλότητος ἕκητι.
Βῆ δ' ἴμεναι προτὶ ἄστυ, φαεινῷ ἀστέρι ἶσος,
775 ὅν ῥά τε νηγατέῃσιν ἐεργόμεναι καλύβῃσιν
νύμφαι θηήσαντο δόμων ὕπερ ἀντέλλοντα,
καί σφισι κυανέοιο δι' ἠέρος ὄμματα θέλγει
καλὸν ἐρευθόμενος, γάνυται δέ τε ἠιθέοιο
παρθένος ἱμείρουσα μετ' ἀλλοδαποῖσιν ἐόντος
780 ἀνδράσιν, ᾧ καί μιν μνηστὴν κομέουσι τοκῆες:
τῷ ἴκελος πρὸ πόληος ἀνὰ στίβον ἤιεν ἥρως.
καί ῥ' ὅτε δὴ πυλέων τε καὶ ἄστεος ἐντὸς ἔβησαν,
δημότεραι μὲν ὄπισθεν ἐπεκλονέοντο γυναῖκες,
γηθόσυναι ξείνῳ: ὁ δ' ἐπὶ χθονὸς ὄμματ' ἐρείσας
785 νίσσετ' ἀπηλεγέως, ὄφρ' ἀγλαὰ δώμαθ' ἵκανεν
Ὑψιπύλης: ἄνεσαν δὲ πύλας προφανέντι θεράπναι
δικλίδας, εὐτύκτοισιν ἀρηρεμένας σανίδεσσιν.
ἔνθα μιν Ἰφινόη κλισμῷ ἔνι παμφανόωντι
ἐσσυμένως καλῆς διὰ παστάδος εἷσεν ἄγουσα
790 ἀντία δεσποίνης: ἡ δ' ἐγκλιδὸν ὄσσε βαλοῦσα
παρθενικὰς ἐρύθηνε παρηίδας: ἔμπα δὲ τόνγε
αἰδομένη μύθοισι προσέννεπεν αἱμυλίοισιν:
"Ξεῖνε, τίη μίμνοντες ἐπὶ χρόνον ἔκτοθι πύργων
ἧσθ' αὔτως; ἐπεὶ οὐ μὲν ὑπ' ἀνδράσι ναίεται ἄστυ,
795 ἀλλὰ Θρηικίης ἐπινάστιοι ἠπείροιο
πυροφόρους ἀρόωσι γύας. κακότητα δὲ πᾶσαν
ἐξερέω νημερτές, ἵν' εὖ γνοίητε καὶ αὐτοί.
εὖτε Θόας ἀστοῖσι πατὴρ ἐμὸς ἐμβασίλευεν,
τηνίκα Θρηικίην, οἵ τ' ἀντία ναιετάουσιν,

Traduction française :

[1,750] L'herbe est teinte du sang qui se mêle avec la rosée, mais enfin le grand
nombre l'emporte et les brigands sont vainqueurs.
Près de là deux chars se disputaient le prix de la course. Pélops, accompagné
d'Hippodamée, son amante, fait voler le premier sur l'arène et secoue avec
ardeur les rênes de ses chevaux. Le second est conduit par Myrtile. Près de lui,
son maître, OEnomaüs, poussant en avant sa lance pour percer son vainqueur,
tombe lui-même sur les débris de son essieu brisé.
On voyait ensuite Apollon dans un âge encore tendre, perçant d'une flèche le
téméraire qui voulait entraîner sa mère en la tirant par son voile. C'est
Tityus, fils de Jupiter et d'Élaré, nourri depuis et enfanté de nouveau par la terre.
Enfin, on avait reprèsenté sur ce manteau, Phrixus prêtant l'oreille au bélier
qui semble lui adresser la parole. En les voyant, on est saisi d'étonnement. On
croit qu'ils vont parler, et dans cette attente, on ne se lasse point de les
considérer.
Tel était le prèsent que Jason avait reçu de Minerve. Il prit ensuite un long
javelot, gage d'hospitalité qu'Atalante lui avait donné sur le mont Ménale.
Cette jeune héroïne voulait alors marcher elle-même à la conquête de la Toison
d'or, mais Jason l'en détourna, craignant que sa beauté ne charmât les
Argonautes et n'excitât parmi eux la discorde.
Dans cet équipage, Jason s'avançait vers la ville, semblable à un astre brillant
que de jeunes filles voient s'élever sur leur demeure et répandre dans l'air ses
feux éclatants, qui charment leurs regards. Tourmentée de l'absence d'un amant
auquel elle doit être bientôt unie, sa tendre amante en conçoit un heureux
prèsage et croit que ce jour va lui ramener enfin l'objet de ses désirs. Les
Lemniennes, transportées d'une joie pareille en voyant entrer dans la ville leur
nouvel hôte, se précipitent en foule sur les pas du héros qui marchait gravement
et les yeux baissés, vers le palais d'Hypsipyle. A sa vue les portes
s'ouvrirent. Iphinoé le conduisit à travers un superbe portique dans
l'appartement de sa maîtresse et le fit asseoir devant elle sur un siège
richement orné. La jeune reine baissa les yeux et rougit d'abord à la vue du
Héros : "Étranger, lui dit-elle ensuite, pourquoi vous tenir si longtemps
éloigné de nos murs ? Cette ville n'est point habitée par des hommes. Ils l'ont
quittée pour aller cultiver les campagnes fertiles de la Thrace, et pour que
vous sachiez la cause de cet événement, je vais vous raconter fidèlement tous
nos malheurs. Tandis que Thoas mon père régnait sur nos citoyens,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005