HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

κ



Texte grec :

[1,600] ἤνυσαν ἐννύχιοι πνοιῇ ἀνέμοιο θέοντες.
ἦρι δὲ νισσομένοισιν Ἄθω ἀνέτελλε κολώνη
Θρηικίη, ἣ τόσσον ἀπόπροθι Λῆμνον ἐοῦσαν,
ὅσσον ἐς ἔνδιόν κεν ἐύστολος ὁλκὰς ἀνύσσαι,
κροτάτῃ κορυφῇ σκιάει, καὶ ἐσάχρι Μυρίνης.
605 τοῖσιν δ' αὐτῆμαρ μὲν ἄεν καὶ ἐπι κνέφας οὖρος
πάγχυ μάλ' ἀκραής, τετάνυστο δὲ λαίφεα νηός.
αὐτὰρ ἅμ' ἠελίοιο βολαῖς ἀνέμοιο λιπόντος
εἰρεσίῃ κραναὴν Σιντηίδα Λῆμνον ἵκοντο.
Ἔνθ' ἄμυδις πᾶς δῆμος ὑπερβασίῃσι γυναικῶν
610 νηλειῶς δέδμητο παροιχομένῳ λυκάβαντι.
δὴ γὰρ κουριδίας μὲν ἀπηνήναντο γυναῖκας
ἀνέρες ἐχθήραντες, ἔχον δ' ἐπὶ ληιάδεσσιν
τρηχὺν ἔρον, ἃς αὐτοὶ ἀγίνεον ἀντιπέρηθεν
Θρηικίην δῃοῦντες: ἐπεὶ χόλος αἰνὸς ὄπαζεν
615 Κύπιδος, οὕνεκά μιν γεράων ἐπὶ δηρὸν ἄτισσαν.
ὦ μέλεαι, ζήλοιό τ' ἐπισμυγερῶς ἀκόρητοι.
οὐκ οἶον σὺν τῇσιν ἑοὺς ἔρραισαν ἀκοίτας
ἀμφ' εὐνῇ, πᾶν δ' ἄρσεν ὁμοῦ γένος, ὥς κεν ὀπίσσω
μήτινα λευγαλέοιο φόνου τίσειαν ἀμοιβήν.
620 οἴη δ' ἐκ πασέων γεραροῦ περιφείσατο πατρὸς
Ὑψιπύλεια Θόαντος, ὃ δὴ κατὰ δῆμον ἄνασσεν:
λάρνακι δ' ἐν κοίλῃ μιν ὕπερθ' ἁλὸς ἧκε φέρεσθαι,
αἴ κε φύγῃ. καὶ τὸν μὲν ἐς Οἰνοίην ἐρύσαντο
πρόσθεν, ἀτὰρ Σίκινόν γε μεθύστερον αὐδηθεῖσαν
625 νῆσον, ἐπακτῆρες, Σικίνου ἄπο, τόν ῥα Θόαντι
νηιὰς Οἰνοίη νύμφη τέκεν εὐνηθεῖσα.
τῇσι δὲ βουκόλιαί τε βοῶν χάλκειά τε δύνειν
τεύχεα, πυροφόρους τε διατμήξασθαι ἀροὔρας
ῥηίτερον πάσῃσιν Ἀθηναίης πέλεν ἔργων,
630 οἷς αἰεὶ τὸ πάροιθεν ὁμίλεον. ἀλλὰ γὰρ ἔμπης
ἦ θαμὰ δὴ πάπταινον ἐπὶ πλατὺν ὄμμασι πόντον
δείματι λευγαλέῳ, ὁπότε Θρήικες ἴασιν.
τῶ καὶ ὅτ' ἐγγύθι νήσου ἐρεσσομένην ἴδον Ἀργώ,
αὐτίκα πασσυδίῃ πυλέων ἔκτοσθε Μυρίνης
635 δήια τεύχεα δῦσαι ἐς αἰγιαλὸν προχέοντο,
Θυιάσιν ὠμοβόροις ἴκελαι: φὰν γάρ που ἱκάνειν
Θρήικας: ἡ δ' ἅμα τῇσι Θοαντιὰς Ὑψιπύλεια
δῦν' ἐνὶ τεύχεσι πατρός. ἀμηχανίῃ δ' ἐχέοντο
ἄφθογγοι: τοῖόν σφιν ἐπὶ δέος ᾐωρεῖτο.
640 Τείως δ' αὖτ' ἐκ νηὸς ἀριστῆες προέηκαν
Αἰθαλίδην κήρυκα θοόν, τῷπέρ τε μέλεσθαι
ἀγγελίας καὶ σκῆπτρον ἐπέτρεπον Ἑρμείαο,
σφωιτέροιο τοκῆος, ὅ οἱ μνῆστιν πόρε πάντων
ἄφθιτον: οὐδ' ἔτι νῦν περ ἀποιχομένου Ἀχέροντος
645 δίνας ἀπροφάτους ψυχὴν ἐπιδέδρομε λήθη:
ἀλλ' ἥγ' ἔμπεδον αἰὲν ἀμειβομένη μεμόρηται,
ἄλλοθ' ὑποχθονίοις ἐναρίθμιος, ἄλλοτ' ἐς αὐγὰς
ἠελίου ζωοῖσι μετ' ἀνδράσιν. ἀλλὰ τί μύθους
Αἰθαλίδεω χρειώ με διηνεκέως ἀγορεύειν;

Traduction française :

[1,600] à la faveur du vent qui souffla pendant la nuit. Le matin on découvrit
le mont Athos. Il est éloigné de Lemnos du chemin que peut faire un vaisseau
léger depuis le matin jusqu'à midi ; cependant l'ombre du sommet couvre une
partie de l'île et s'étend jusqu'à la ville de Miryne. Le vent, qui s'était
soutenu pendant tout le jour et la nuit suivante, cessa de souffler au lever du
soleil. On gagna à force de rames l'île de Lemnos, séjour des antiques Sintiens.
Tous les hommes y avaient péri misérablement l'année précédente, victimes de la
fureur des femmes. Depuis longtemps elles ne prèsentaient à Vénus aucune
offrande. La déesse irritée les rendit odieuses à leurs maris qui, les ayant
abandonnées, cherchèrent de nouveaux plaisirs dans les bras des esclaves qu'ils
enlevaient en ravageant la Thrace. Mais à quels attentats ne se porte pas la
jalousie ? Les Lemniennes égorgèrent, dans une même nuit, leurs maris et leurs
rivales, et exterminèrent jusqu'au dernier des mâles, afin qu'il n'en restât
aucun qui pût un jour leur faire porter la peine de leur forfait. Hypsipyle
seule, fille du roi Thoas, épargna le sang de son père, déjà avancé en âge. Elle
l'enferma dans un coffre et l'abandonna ainsi au gré des flots, espérant qu'un
heureux hasard pourrait lui sauver la vie. Des pêcheurs l'ayant en effet aperçu,
le retirèrent dans l'île d'OEnoé, appelée depuis Sicinus, du nom d'un fils
que Thoas eut de la nymphe OEnoé, l'une des Naïades.
Les Lemniennes, devenues les seules habitantes de l'île, quittèrent les ouvrages
de Minerve, qui seuls jusqu'alors avaient occupé leurs mains, et s'accoutumèrent
sans peine à manier les armes, à garder les troupeaux et à labourer la terre.
Cependant elles tournaient toujours avec inquiétude leurs yeux vers la mer, et
craignaient sans cesse de voir les Thraces venir fondre sur elles. Remplies de
cette idée, dès qu'elles aperçurent le navire Argo qui s'approchait de leur île
à force de rames, elles s'armèrent à la hâte, sortirent de Myrine, et se
répandirent sur le rivage, semblables à des Bacchantes en furie. Hypsipyle,
portant l'armure de son père, était à la tête de cette troupe que la frayeur
rendait muette et interdite.
Les Argonautes députèrent pour héraut Éthalide, auquel ils avaient confié le
ministère et le sceptre de Mercure son père. Ce dieu lui avait donné une mémoire
inaltérable qu'il ne perdit point en traversant le fleuve d'Oubli, et quoiqu'il
habite aujourd'hui, tantôt le séjour des ombres, et tantôt les lieux éclairés
par le soleil, il conserve toujours le souvenir de ce qu'il a vu. Mais pourquoi
m'arrêter à l'histoire d'Éthalide ?





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005