HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

ἰούσης



Texte grec :

[1,500] ἄστρα σεληναίη τε καὶ ἠελίοιο κέλευθοι:
οὔρεά θ' ὡς ἀνέτειλε, καὶ ὡς ποταμοὶ κελάδοντες
αὐτῇσιν νύμφῃσι καὶ ἑρπετὰ πάντ' ἐγένοντο.
ἤειδεν δ' ὡς πρῶτον Ὀφίων Εὐρυνόμη τε
Ὠκεανὶς νιφόεντος ἔχον κράτος Οὐλύμποιο:
505 ὥς τε βίῃ καὶ χερσὶν ὁ μὲν Κρόνῳ εἴκαθε τιμῆς,
ἡ δὲ Ῥέῃ, ἔπεσον δ' ἐνὶ κύμασιν Ὠκεανοῖο:
οἱ δὲ τέως μακάρεσσι θεοῖς Τιτῆσιν ἄνασσον,
ὄφρα Ζεὺς ἔτι κοῦρος, ἔτι φρεσὶ νήπια εἰδώς,
Δικταῖον ναίεσκεν ὑπὸ σπέος: οἱ δέ μιν οὔπω
510 γηγενέες Κύκλωπες ἐκαρτύναντο κεραυνῷ,
βροντῇ τε στεροπῇ τε: τὰ γὰρ Διὶ κῦδος ὀπάζει.
Ἠ, καὶ ὁ μὲν φόρμιγγα σὺν ἀμβροσίῃ σχέθεν αὐδῇ.
τοὶ δ' ἄμοτον λήξαντος ἔτι προύχοντο κάρηνα
πάντες ὁμῶς ὀρθοῖσιν ἐπ' οὔασιν ἠρεμέοντες
515 κηληθμῷ: τοῖόν σφιν ἐνέλλιπε θέλκτρον ἀοιδῆς.
οὐδ' ἐπὶ δὴν μετέπειτα κερασσάμενοι Διὶ λοιβάς,
ἣ θέμις, ἑστηῶτες ἐπὶ γλώσσῃσι χέοντο
αἰθομέναις, ὕπνου δὲ διὰ κνέφας ἐμνώοντο.
Αὐτὰρ ὅτ' αἰγλήεσσα φαεινοῖς ὄμμασιν Ἠὼς
520 Πηλίου αἰπεινὰς ἴδεν ἄκριας, ἐκ δ' ἀνέμοιο
εὔδιοι ἐκλύζοντο τινασσομένης ἁλὸς ἄκραι,
δὴ τότ' ἀνέγρετο Τῖφυς: ἄφαρ δ' ὀρόθυνεν ἑταίρους
βαινέμεναί τ' ἐπὶ νῆα καὶ ἀρτύνασθαι ἐρετμά.
σμερδαλέον δὲ λιμὴν Παγασήιος ἠδὲ καὶ αὐτὴ
525 Πηλιὰς ἴαχεν Ἀργὼ ἐπισπέρχουσα νέεσθαι.
ἐν γάρ οἱ δόρυ θεῖον ἐλήλατο, τό ῥ' ἀνὰ μέσσην
στεῖραν Ἀθηναίη Δωδωνίδος ἥρμοσε φηγοῦ.
οἱ δ' ἀνὰ σέλματα βάντες ἐπισχερὼ ἀλλήλοισιν,
ὡς ἐδάσαντο πάροιθεν ἐρεσσέμεν ᾧ ἐνὶ χώρῳ,
530 εὐκόσμως σφετέροισι παρ' ἔντεσιν ἑδριόωντο.
μέσσῳ δ' Ἀγκαῖος μέγα τε σθένος Ἡρακλῆος
ἵζανον: ἄγχι δέ οἱ ῥόπαλον θέτο, καί οἱ ἔνερθεν
ποσσὶν ὑπεκλύσθη νηὸς τρόπις.: εἵλκετο δ' ἤδη
πείσματα, καὶ μέθυ λεῖβον ὕπερθ' ἁλός. αὐτὰρ Ἰήσων
535 δακρυόεις γαίης ἀπὸ πατρίδος ὄμματ' ἔνεικεν.
οἱ δ', ὥστ' ἠίθεοι Φοίβῳ χορὸν ἢ ἐνὶ Πυθοῖ
ᾔ που ἐν Ὀρτυγίῃ, ἢ ἐφ' ὕδασιν Ἰσμηνοῖο
στησάμενοι, φόρμιγγος ὑπαὶ περὶ βωμὸν ὁμαρτῇ
ἐμμελέως κραιπνοῖσι πέδον ῥήσσωσι πόδεσσιν:
540 ὧς οἱ ὑπ' Ὀρφῆος κιθάρῃ πέπληγον ἐρετμοῖς
πόντου λάβρον ὕδωρ, ἐπὶ δὲ ῥόθια κλύζοντο:
ἀφρῷ δ' ἔνθα καὶ ἔνθα κελαινὴ κήκιεν ἅλμη
δεινὸν μορμύρουσα ἐρισθενέων μένει ἀνδρῶν.
στράπτε δ' ὑπ' ἠελίῳ φλογὶ εἴκελα νηὸς ἰούσης
545 τεύχεα: μακραὶ δ' αἰὲν ἐλευκαίνοντο κέλευθοι,
ἀτραπὸς ὣς χλοεροῖο διειδομένη πεδίοιο.
πάντες δ' οὐρανόθεν λεῦσσον θεοὶ ἤματι κείνῳ
νῆα καὶ ἡμιθέων ἀνδρῶν μένος, οἳ τότ' ἄριστοι
πόντον ἐπιπλώεσκον: ἐπ' ἀκροτάτῃσι δὲ νύμφαι

Traduction française :

[1,500] la route constante que suivent dans les airs le soleil, la lune et
les autres astres, la formation des montagnes, celle des fleuves, des Nymphes et
des animaux. Il chantait encore comment Ophyon et Eurynome, fille de
l'Océan, régnèrent sur l'Olympe, jusqu'à ce qu'ils en furent chassés et
précipités dans les flots de l'Océan par Saturne et Rhéa, qui donnèrent des lois
aux heureux Titans. Jupiter était alors enfant ; ses pensées étaient celles d'un
enfant. Il habitait dans un antre du mont Dicté, et les Cyclopes n'avaient point
encore armé ses mains de la foudre, instrument de la gloire du souverain des
dieux. Orphée avait fini de chanter, et chacun restait immobile. La tête
avancée, l'oreille attentive, on l'écoutait encore, tant était vive l'impression
que ses chants laissaient dans les âmes.
Le repas fut terminé par des libations qu'on répandit, selon l'usage, sur les
langues enflammées des victimes, et la nuit étant survenue, chacun se livra au
sommeil.
L'aurore brillante éclairait de ses feux naissants les sommets du mont Pélion,
et les flots de la mer se balançaient doucement au souffle d'un vent léger.
Tiphys s'éveille et excite ses compagnons à s'embarquer. Aussitôt le rivage
retentit d'un bruit affreux, au milieu duquel une voix sortie du vaisseau se fit
entendre. C'était la poutre merveilleuse tirée par Minerve d'un chêne de la
forêt de Dodone qui pressait elle-même le départ. Frappés de, ce prodige, les
héros entrèrent promptement dans le vaisseau, s'assirent sur les bancs, chacun à
la place que le sort lui avait marquée, et déposèrent auprès d'eux leurs armes.
Ancée et le puissant Hercule remplissaient le banc du milieu. Hercule avait près
de lui sa massue, et sous ses pieds le vaisseau s'était enfoncé plus avant dans
les flots. Déjà on retire les câbles et on fait sur la mer des libations de vin.
Jason détourne du rivage de sa patrie ses yeux baignés de larmes. Tels que des
jeunes gens qui, dansant au son du luth autour de l'autel d'Apollon, soit à
Delphes, soit à Délos, ou sur les bords de l'Isménus, attentifs aux accords de
l'instrument sacré, frappent en cadence la terre d'un pied léger : tels les
compagnons de Jason, au son de la lyre d'Orphée, frappent tous ensemble les
flots de leurs longs avirons. La mer est agitée, l'onde écume et frémit sous
leurs puissants efforts, les armes étincellent aux rayons du soleil, de longs
sillons blanchissants, semblables aux sentiers qu'on distingue à travers un
champ couvert de verdure, marquent la trace du navire. Tous les dieux, attentifs
à ce spectacle, voient avec complaisance du haut de l'Olympe voguer sur les
flots les plus vaillants des Héros issus de leur sang.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005