HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

APOLLONIOS de Rhodes, Argonautica, chant I

δαμῆναι



Texte grec :

[1,0] CHANT I.
1 Ἀρχόμενος σέο, Φοῖβε, παλαιγενέων κλέα φωτῶν
μνήσομαι, οἳ Πόντοιο κατὰ στόμα καὶ διὰ πέτρας
Κυανέας βασιλῆος ἐφημοσύνῃ Πελίαο
χρύσειον μετὰ κῶας ἐύζυγον ἤλασαν Ἀργώ.
5 Τοίην γὰρ Πελίης φάτιν ἔκλυεν, ὥς μιν ὀπίσσω
μοῖρα μένει στυγερή, τοῦδ' ἀνέρος, ὅν τιν' ἴδοιτο
δημόθεν οἰοπέδιλον, ὑπ' ἐννεσίῃσι δαμῆναι.
δηρὸν δ' οὐ μετέπειτα τεὴν κατὰ βάξιν Ἰήσων
χειμερίοιο ῥέεθρα κιὼν διὰ ποσσὶν Ἀναύρου
10 ἄλλο μὲν ἐξεσάωσεν ὑπ' ἰλύος, ἄλλο δ' ἔνερθεν
κάλλιπεν αὖθι πέδιλον ἐνισχόμενον προχοῇσιν.
ἵκετο δ' ἐς Πελίην αὐτοσχεδὸν ἀντιβολήσων
εἰλαπίνης, ἣν πατρὶ Ποσειδάωνι καὶ ἄλλοις
ῥέζε θεοῖς, Ἥρης δὲ Πελασγίδος οὐκ ἀλέγιζεν.
15 αἶψα δὲ τόνγ' ἐσιδὼν ἐφράσσατο, καί οἱ ἄεθλον
ἔντυε ναυτιλίης πολυκηδέος, ὄφρ' ἐνὶ πόντῳ
ἠὲ καὶ ἀλλοδαποῖσι μετ' ἀνδράσι νόστον ὀλέσσῃ.
Νῆα μὲν οὖν οἱ πρόσθεν ἐπικλείουσιν ἀοιδοὶ
Ἄργον Ἀθηναίης καμέειν ὑποθημοσύνῃσιν.
20 νῦν δ' ἂν ἐγὼ γενεήν τε καὶ οὔνομα μυθησαίμην
ἡρώων, δολιχῆς τε πόρους ἁλός, ὅσσα τ' ἔρεξαν
πλαζόμενοι: Μοῦσαι δ' ὑποφήτορες εἶεν ἀοιδῆς.
Πρῶτά νυν Ὀρφῆος μνησώμεθα, τόν ῥά ποτ' αὐτὴ
Καλλιόπη Θρήικι φατίζεται εὐνηθεῖσα
25 Οἰάγρῳ σκοπιῆς Πιμπληίδος ἄγχι τεκέσθαι
αὐτὰρ τόνγ' ἐνέπουσιν ἀτειρέας οὔρεσι πέτρας
θέλξαι ἀοιδάων ἐνοπῇ ποταμῶν τε ῥέεθρα.
φηγοὶ δ' ἀγριάδες, κείνης ἔτι σήματα μολπῆς,
ἀκτῆς Θρηικίης Ζώνης ἔπι τηλεθόωσαι
30 ἑξείης στιχόωσιν ἐπήτριμοι, ἃς ὅγ' ἐπιπρὸ
θελγομένας φόρμιγγι κατήγαγε Πιερίηθεν.
Ὀρφέα μὲν δὴ τοῖον ἑῶν ἐπαρωγὸν ἀέθλων
Αἰσονίδης Χείρωνος ἐφημοσύνῃσι πιθήσας
δέξατο, Πιερίῃ Βιστωνίδι κοιρανέοντα.
35 Ἤλυθε δ' Ἀστερίων αὐτοσχεδόν, ὅν ῥα Κομήτης
γείνατο δινήεντος ἐφ' ὕδασιν Ἀπιδανοῖο,
Πειρεσιὰς ὄρεος Φυλληίου ἀγχόθι ναίων,
ἔνθα μὲν Ἀπιδανός τε μέγας καὶ δῖος Ἐνιπεὺς
ἄμφω συμφορέονται, ἀπόπροθεν εἰς ἓν ἰόντες.
40 Λάρισαν δ' ἐπὶ τοῖσι λιπὼν Πολύφημος ἵκανεν
Εἰλατίδης, ὃς πρὶν μὲν ἐρισθενέων Λαπιθάων,
ὁππότε Κενταύροις Λαπίθαι ἐπὶ θωρήσσοντο,
ὁπλότερος πολέμιζε: τότ' αὖ βαρύθεσκέ οἱ ἤδη
γυῖα, μένεν δ' ἔτι θυμὸς ἀρήιος, ὡς τὸ πάρος περ.
45 Οὐδὲ μὲν Ἴφικλος Φυλάκῃ ἔνι δηρὸν ἔλειπτο,
μήτρως Αἰσονίδαο: κασιγνήτην γὰρ ὄπυιεν
Αἴσων Ἀλκιμέδην Φυλακηίδα: τῆς μιν ἀνώγει
πηοσύνη καὶ κῆδος ἐνικρινθῆναι ὁμίλῳ.
Οὐδὲ Φεραῖς Ἄδμητος ἐυρρήνεσσιν ἀνάσσων

Traduction française :

[1,0] L'EXPÉDITION DES ARGONAUTES
ou LA CONQUÊTE DE LA TOISON D'OR - CHANT PREMIER
C'est en t'invoquant, divin Apollon, que je commencerai à célébrer la gloire de
ces anciens héros qui, par l'ordre du roi Pélias, firent voguer le navire
Argo à travers l'embouchure du Pont-Euxin et les rochers Cyanées pour
conquérir une toison d'or.
Ton oracle avait prédit à Pélias qu'il périrait par les conseils d'un homme
qu'il verrait paraître en public avec un seul brodequin. Peu de temps s'était
écoulé depuis ta prédiction, lorsque Jason, traversant à pied l'Anaurus,
laissa l'un des siens au fond du fleuve. Il se rendait alors à un sacrifice que
Pélias offrait à Neptune et aux autres divinités. Junon seule n'y était pas invoquée.
A la vue de Jason, Pélias se souvint de l'oracle ; et pour se soustraire au
danger qui le menaçait, il commanda au héros d'entreprendre une navigation
dangereuse, espérant qu'il périrait au milieu des mers ou des nations
étrangères.
Argus, s'il faut en croire la renommée qui a transmis son nom d'âge en âge,
construisit le vaisseau sous les ordres mêmes de Minerve ; pour moi, inspiré par
les Muses, je dirai l'origine et le nom des héros qui le montèrent, les mers
qu'ils parcoururent et les exploits par lesquels ils se signalèrent en errant
sur divers rivages.
Orphée sera le premier objet de mes chants, Orphée, fruit des amours d'Éagrus
et de Calliope, qui lui donna le jour près du mont Pimplée. Les rochers
et les fleuves sont sensibles aux accents de sa voix, et les chênes de la
Piérie, attirés par les doux sons de sa lyre, le suivent en foule sur le rivage
de la Thrace, où ils attestent encore le pouvoir de son art enchanteur. Ce
fut par les conseils de Chiron que le fils d'Éson reçut au nombre de ses
compagnons le chantre divin qui régnait sur les Bistoniens.
Astérion accourut un des premiers pour partager la gloire de cette expédition.
Cométès son père, habitait Pirésies, située près du mont Phyllée, à
l'endroit où l'Apidan et l'Énipée mêlent ensemble leurs eaux.
Animé de la même ardeur, Polyphème abandonna le séjour de Larisse, Polyphème qui
s'était autrefois signalé dans le combat des Lapithes et des Centaures. Il
était alors le plus jeune des Lapithes ; aujourd'hui son corps est appesanti par
les années, mais son courage est toujours aussi intrépide.
Iphiclus ne tarda point à quitter Phylacé, frère d'Alcimède, mère de Jason, les
liens du sang l'excitaient à voler au secours de son neveu.
Le roi de Phères, le brave Admète,





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Site de Philippe Remacle

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 25/05/2005