HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Platon, Le Banquet

χαριεῖσθαι



Texte grec :

[184] (184a) ἡμέτερος νόμος εὖ καὶ καλῶς βασανίζειν, καὶ τοῖς μὲν χαρίσασθαι, τοὺς δὲ διαφεύγειν. διὰ ταῦτα οὖν τοῖς μὲν διώκειν παρακελεύεται, τοῖς δὲ φεύγειν, ἀγωνοθετῶν καὶ βασανίζων, ποτέρων ποτέ ἐστιν ὁ ἐρῶν καὶ ποτέρων ὁ ἐρώμενος. Οὕτω δὴ ὑπὸ ταύτης τῆς αἰτίας πρῶτον μὲν τὸ ἁλίσκεσθαι ταχὺ αἰσχρὸν νενόμισται, ἵνα χρόνος ἐγγένηται, ὃς δὴ δοκεῖ τὰ πολλὰ καλῶς βασανίζειν· ἔπειτα τὸ ὑπὸ χρημάτων καὶ ὑπὸ πολιτικῶν δυνάμεων ἁλῶναι αἰσχρόν, (184b) ἐάν τε κακῶς πάσχων πτήξῃ καὶ μὴ καρτερήσῃ, ἄν τ᾽ εὐεργετούμενος εἰς χρήματα ἢ εἰς διαπράξεις πολιτικὰς μὴ καταφρονήσῃ· οὐδὲν γὰρ δοκεῖ τούτων οὔτε βέβαιον οὔτε μόνιμον εἶναι, χωρὶς τοῦ μηδὲ πεφυκέναι ἀπ᾽ αὐτῶν γενναίαν φιλίαν. μία δὴ λείπεται τῷ ἡμετέρῳ νόμῳ ὁδός, εἰ μέλλει καλῶς χαριεῖσθαι ἐραστῇ παιδικά. Ἔστι γὰρ ἡμῖν νόμος, ὥσπερ ἐπὶ τοῖς ἐρασταῖς ἦν δουλεύειν ἐθέλοντας (184c) ἡντινοῦν δουλείαν παιδικοῖς μὴ κολακείαν εἶναι μηδὲ ἐπονείδιστον, οὕτω δὴ καὶ ἄλλη μία μόνη δουλεία ἑκούσιος λείπεται οὐκ ἐπονείδιστος· αὕτη δ᾽ ἐστὶν ἡ περὶ τὴν ἀρετήν. XI. Νενόμισται γὰρ δὴ ἡμῖν, ἐάν τις ἐθέλῃ τινὰ θεραπεύειν ἡγούμενος δι᾽ ἐκεῖνον ἀμείνων ἔσεσθαι ἢ κατὰ σοφίαν τινὰ ἢ κατὰ ἄλλο ὁτιοῦν μέρος ἀρετῆς, αὕτη αὖ ἡ ἐθελοδουλεία οὐκ αἰσχρὰ εἶναι οὐδὲ κολακεία. δεῖ δὴ τὼ νόμω τούτω ξυμβαλεῖν εἰς ταὐτό, τόν τε περὶ τὴν παιδεραστίαν καὶ (184d) τὸν περὶ τὴν φιλοσοφίαν τε καὶ τὴν ἄλλην ἀρετήν, εἰ μέλλει ξυμβῆναι καλὸν γενέσθαι τὸ ἐραστῇ παιδικὰ χαρίσασθαι. ὅταν γὰρ εἰς τὸ αὐτὸ ἔλθωσιν ἐραστής τε καὶ παιδικά, νόμον ἔχων ἑκάτερος, ὁ μὲν χαρισαμένοις παιδικοῖς ὑπηρετῶν ὁτιοῦν δικαίως ἂν ὑπηρετεῖν, ὁ δὲ τῷ ποιοῦντι αὐτὸν σοφόν τε καὶ ἀγαθὸν δικαίως αὖ ὁτιοῦν ἂν ὑπουργεῖν <ὑπουργῶν>, καὶ ὁ μὲν δυνάμενος εἰς φρόνησιν καὶ τὴν (184e) ἄλλην ἀρετὴν ξυμβάλλεσθαι, ὁ δὲ δεόμενος εἰς παίδευσιν καὶ τὴν ἄλλην σοφίαν κτᾶσθαι, τότε δὴ τούτων ξυνιόντων εἰς ταὐτὸν τῶν νόμων μοναχοῦ ἐνταῦθα ξυμπίπτει τὸ καλὸν εἶναι παιδικὰ ἐραστῇ χαρίσασθαι, ἄλλοθι δὲ οὐδαμοῦ. ἐπὶ τούτῳ καὶ ἐξαπατηθῆναι οὐδὲν αἰσχρόν· ἐπὶ δὲ τοῖς ἄλλοις πᾶσι καὶ ἐξαπατωμένῳ αἰσχύνην φέρει καὶ μή. εἰ γάρ τις

Traduction française :

[184] L'opinion parmi nous veut qu'on soumette les amants à une épreuve exacte et honnête, qu'on cède aux uns, qu'on fuie les autres; aussi encourage-t-elle à la fois l'amant à poursuivre et l'aimé à fuir; elle examine, elle éprouve à quelle espèce appartient l'amant, à quelle espèce l'aimé. C'est pour cette raison qu'elle attache de la honte à se rendre vite : elle veut qu'on prenne du temps; car l'épreuve du temps est généralement sûre. Il n'est pas beau non plus de céder au prestige des richesses et du pouvoir, soit qu'on tremble devant la persécution et qu'on n'ose y résister, soit qu'on ne sache pas s'élever au-dessus des séductions de l'argent et des emplois; car rien de tout cela ne paraît ni ferme ni stable, outre qu'une amitié généreuse ne saurait en sortir. Il ne reste donc, étant donné l'esprit de nos moeurs, qu'une seule manière honnête pour l'aimé de complaire à l'amant; car de même qu'il n'y a, nous l'avons dit, ni bassesse ni honte dans la servitude volontaire, si complète soit-elle, de l'amant envers l'aimé, ainsi n'y a-t-il aussi qu'une autre servitude volontaire qui échappe au blâme : c'est la servitude où l'on s'engage pour la vertu. - C'est une opinion qui fait loi chez nous que, si quelqu'un se résout à en servir un autre, parce qu'il espère, grâce à lui, faire des progrès dans la sagesse ou dans toute autre partie de la vertu, cet esclavage volontaire ne comporte non plus ni honte ni bassesse. Il faut que ces deux lois concourent au même but, et celle qui concerne l'amour des garçons, et celle qui concerne la philosophie et les autres parties de la vertu, si l'on veut qu'il soit beau d'accorder ses faveurs à un amant; car lorsque l'amant et l'aimé s'accordent à prendre pour loi, l'un, de rendre au bien-aimé complaisant tous les services compatibles avec la justice, l'autre, d'avoir toutes les complaisances compatibles avec la justice pour celui qui le rend sage et bon, l'un pouvant contribuer à donner la sagesse et toutes les autres vertus, l'autre cherchant la science et la sagesse; quand donc cet accord se rencontre, alors seulement il est honnête de se donner à un amant; autrement, non pas. Alors il n'y a pas de honte même à être trompé, tandis qu'en tout autre cas, trompé ou non, on se déshonore.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | BCS - Bibliotheca Classica Selecta

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 1/03/2005