HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

Homère, Iliade, chant II

τερπικεραύνῳ



Texte grec :

[2,650] Τῶν μὲν ἄρ᾽ Ἰδομενεὺς δουρὶ κλυτὸς ἡγεμόνευε
Μηριόνης τ᾽ ἀτάλαντος Ἐνυαλίῳ ἀνδρειφόντῃ·
τοῖσι δ᾽ ἅμ᾽ ὀγδώκοντα μέλαιναι νῆες ἕποντο.
Τληπόλεμος δ᾽ Ἡρακλεΐδης ἠΰς τε μέγας τε
ἐκ ῾Ρόδου ἐννέα νῆας ἄγεν ῾Ροδίων ἀγερώχων,
οἳ ῾Ρόδον ἀμφενέμοντο διὰ τρίχα κοσμηθέντες
Λίνδον Ἰηλυσόν τε καὶ ἀργινόεντα Κάμειρον.
Τῶν μὲν Τληπόλεμος δουρὶ κλυτὸς ἡγεμόνευεν,
ὃν τέκεν Ἀστυόχεια βίῃ Ἡρακληείῃ,
τὴν ἄγετ᾽ ἐξ Ἐφύρης ποταμοῦ ἄπο Σελλήεντος
660 πέρσας ἄστεα πολλὰ διοτρεφέων αἰζηῶν.
Τληπόλεμος δ᾽ ἐπεὶ οὖν τράφ᾽ ἐνὶ μεγάρῳ εὐπήκτῳ,
αὐτίκα πατρὸς ἑοῖο φίλον μήτρωα κατέκτα
ἤδη γηράσκοντα Λικύμνιον ὄζον Ἄρηος·
αἶψα δὲ νῆας ἔπηξε, πολὺν δ᾽ ὅ γε λαὸν ἀγείρας
βῆ φεύγων ἐπὶ πόντον· ἀπείλησαν γάρ οἱ ἄλλοι
υἱέες υἱωνοί τε βίης Ἡρακληείης.
Αὐτὰρ ὅ γ᾽ ἐς ῾Ρόδον ἷξεν ἀλώμενος ἄλγεα πάσχων·
τριχθὰ δὲ ᾤκηθεν καταφυλαδόν, ἠδὲ φίληθεν
ἐκ Διός, ὅς τε θεοῖσι καὶ ἀνθρώποισιν ἀνάσσει,
670 καί σφιν θεσπέσιον πλοῦτον κατέχευε Κρονίων.
Νιρεὺς αὖ Σύμηθεν ἄγε τρεῖς νῆας ἐΐσας
Νιρεὺς Ἀγλαΐης υἱὸς Χαρόποιό τ᾽ ἄνακτος
Νιρεύς, ὃς κάλλιστος ἀνὴρ ὑπὸ Ἴλιον ἦλθε
τῶν ἄλλων Δαναῶν μετ᾽ ἀμύμονα Πηλεΐωνα·
ἀλλ᾽ ἀλαπαδνὸς ἔην, παῦρος δέ οἱ εἵπετο λαός.
Οἳ δ᾽ ἄρα Νίσυρόν τ᾽ εἶχον Κράπαθόν τε Κάσον τε
καὶ Κῶν Εὐρυπύλοιο πόλιν νήσους τε Καλύδνας,
τῶν αὖ Φείδιππός τε καὶ Ἄντιφος ἡγησάσθην
Θεσσαλοῦ υἷε δύω Ἡρακλεΐδαο ἄνακτος·
680 τοῖς δὲ τριήκοντα γλαφυραὶ νέες ἐστιχόωντο.
Νῦν αὖ τοὺς ὅσσοι τὸ Πελασγικὸν Ἄργος ἔναιον,
οἵ τ᾽ Ἄλον οἵ τ᾽ Ἀλόπην οἵ τε Τρηχῖνα νέμοντο,
οἵ τ᾽ εἶχον Φθίην ἠδ᾽ Ἑλλάδα καλλιγύναικα,
Μυρμιδόνες δὲ καλεῦντο καὶ Ἕλληνες καὶ Ἀχαιοί,
τῶν αὖ πεντήκοντα νεῶν ἦν ἀρχὸς Ἀχιλλεύς.
Ἀλλ᾽ οἵ γ᾽ οὐ πολέμοιο δυσηχέος ἐμνώοντο·
οὐ γὰρ ἔην ὅς τίς σφιν ἐπὶ στίχας ἡγήσαιτο·
κεῖτο γὰρ ἐν νήεσσι ποδάρκης δῖος Ἀχιλλεὺς
κούρης χωόμενος Βρισηΐδος ἠϋκόμοιο,
690 τὴν ἐκ Λυρνησσοῦ ἐξείλετο πολλὰ μογήσας
Λυρνησσὸν διαπορθήσας καὶ τείχεα Θήβης,
κὰδ δὲ Μύνητ᾽ ἔβαλεν καὶ Ἐπίστροφον ἐγχεσιμώρους,
υἱέας Εὐηνοῖο Σεληπιάδαο ἄνακτος·
τῆς ὅ γε κεῖτ᾽ ἀχέων, τάχα δ᾽ ἀνστήσεσθαι ἔμελλεν.
Οἳ δ᾽ εἶχον Φυλάκην καὶ Πύρασον ἀνθεμόεντα
Δήμητρος τέμενος, Ἴτωνά τε μητέρα μήλων,
ἀγχίαλόν τ᾽ Ἀντρῶνα ἰδὲ Πτελεὸν λεχεποίην,
τῶν αὖ Πρωτεσίλαος ἀρήϊος ἡγεμόνευε
ζωὸς ἐών· τότε δ᾽ ἤδη ἔχεν κάτα γαῖα μέλαινα.

Traduction française :

[2,650] Ils avaient donc Idoménée, illustre par sa lance,
pour chef, ainsi que Mérion, comparable à Enyalios meurtrier;
et quatre-vingts vaisseauxnoirs les avaient suivis.
Tlépolème, descendant d'Héraclès, brave et grand,
avait amené de Rhodes neuf vaisseaux de Rhodiens
superbes, qui habitaient la région de Rhodes, divisés en
trois groupes, Lindos, Iésulos et la blanche Camire. Ils
avaient Tlépolème, illustre par sa lance, pour chef.
Astyochée le donna pour fils à sa force Héraclès, qui
l'avait amenée d'Ephyre, des bords du Selléis, après
avoir saccagé mainte cité d'hommes vigoureux, nourissons
de Zeus. Dès que Tlépolème eut grandi dans le
palais bien construit, il tua l'oncle maternel de son père,
Licymnios, rejeton d'Arès, déjà vieillissant. Aussitôt, il
construisit des vaisseaux, et, rassemblant de grandes
troupes, s'enfuit vers la haute mer, menacé par les autres
fils et petits-fils de la force Héraclès. Il vint à Rhodes,
errant et souffrant; et ils s'établirent là, divisés en trois
tribus, furent aimés de Zeus, roi des dieux et des hommes,
et le fils de Cronos versa sur eux de merveilleuses richesses.
Nirée, de Symè, avait amené trois vaisseaux bien
équilibrés, Nirée, fils d'Aglaé et du roi Charops, Nirée,
le plus beau des hommes venus devant Ilion, de tous les
Danaens, après l'irréprochable fils de Pélée. Mais il était
sans forces, et suivi de troupes peu nombreuses.
Ceux qui tenaient Nisyros, Crapathos, Casos, Côs,
ville d'Eurypyle, et les îles Calydnes, étaient conduits
par Phidippos et Antiphos, les deux fils du roi Thessalos,
descendant d'Héraclès; ils alignaient trente navires creux.
Et maintenant, tous ceux qui peuplaient l'Argos des
Pélasges, ceux qui habitaient Alos, Alopè, Trachis, ceux
qui tenaient la Phthie et l'Hellade aux belles femmes -
ils s'appelaient Myrmidons, Hellènes, Achéens - leurs
cinquante vaisseaux avaient pour chef Achille. Mais
eux oubliaient la guerre au bruit maudit, car il n'y avait
personne pour conduire leurs rangs : il restait couché au
milieu de ses vaisseaux, le divin Achille aux pieds rapides,
irrité à cause de la jeune Briséis aux beaux cheveux,
qu'il avait prise à Lyrnessos après bien des fatigues,
après avoir renversé Lyrnessos et les remparts de Thèbes
- et il avait abattu Mynès et Epistrophos aux nombreux
javelots, fils du roi Evénos, descendant de Sélépios.
C'est à cause de Briséis qu'Achille restait couché, affligé.
Mais il devait bientôt se lever.
Ceux qui tenaient Phylakè et Pyrasos fleurie, enceinte
sacrée de Déméter, Itone, mère des troupeaux, Antron
sur la mer, et Pteleos au gazon épais, ceux-là avaient eu
pour chef le belliqueux Protésilas, tant qu'il vécut; mais
dès lors il était sous la terre noire;





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 23/03/2005