HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon, livre II

τῷ



Texte grec :

[2,5] Ταῦτα εἰπὼν ἐχώρησεν ἔξω τῶν θυρῶν. ἐγὼ δὲ κατ´ ἐμαυτὸν γενόμενος καὶ ὑπὸ τοῦ Σατύρου παροξυνθεὶς ἤσκουν ἐμαυτὸν εἰς εὐτολμίαν ἐπὶ τὴν παρθένον· "Μέχρι τίνος, ἄνανδρε, σιγᾷς; τί δὲ δειλὸς εἶ στρατιώτης ἀνδρείου θεοῦ; τὴν κόρην προσελθεῖν σοὶ περιμένεις;" εἶτα προσετίθην· "Τί γάρ, ὦ κακόδαιμον, οὐ σωφρονεῖς; τί δὲ οὐκ ἐρᾷς ὧν σε δεῖ; παρθένον ἔνδον ἔχεις ἄλλην καλήν· ταύτης ἔρα, ταύτην βλέπε, ταύτην ἔξεστί σοι γαμεῖν." ἐδόκουν πεπεῖσθαι· κάτωθεν δὲ ὥσπερ ἐκ τῆς καρδίας ὁ Ἔρως ἀντεφθέγγετο· "Ναί, τολμηρέ, κατ´ ἐμοῦ στρατεύῃ καὶ ἀντιπαρατάττῃ; ἵπταμαι καὶ τοξεύω καὶ φλέγω· πῶς δυνήσῃ φυγεῖν; ἂν φυλάξῃ μου τὸ τόξον, οὐκ ἔχεις φυλάξασθαι τὸ πῦρ. ἂν δὲ καὶ ταύτην κατασβέσῃς σωφροσύνῃ τὴν φλόγα, αὐτῷ σε καταλήψομαι τῷ πτερῷ."

Traduction française :

[2,5] Après cette conversation, il me quitta. Comme je sentais que pour mon repos il fallait que je suivisse ses conseils, dès que je fus seul, je tâchai de me préparer à ne point manquer de courage lorsque je serai en tête-à-tête avec Leucippe. « Coeur efféminé ! me disais-je en moi-même, jusques à quand te tairas-tu? Pourquoi montrer tant de faiblesse sous les étendards d'un dieu si hardi ? Attends-tu qu'on te fasse des avances et qu'on vienne mendier ton amour ? » Cette idée était bientôt détruite par des sentiments contraires. « Malheureux ! ajoutais-je, ne te vaudrait-il pas mieux reconnaître ton erreur ? Que ne brûles-tu d'une flamme permise ? Les lois de ton père doivent régler tes désirs. Ta maison t'offre une autre maîtresse, qui n'est pas indigne de tes hommages ; aime-là, fixe tes yeux sur ses charmes, puisque c'est elle que le sort te destine pour épouse. » Ces réflexions que je faisais sur mon devoir semblaient me dessiller la vue ; mais ce n'était pas pour longtemps. J'entendais l'amour qui s'écriait du fond de mon coeur : « D'où te vient tant d'audace ? Quelle aveugle manie t'excite à porter les armes contre moi, et comment espères-tu me résister ? J'ai des ailes qui fendent l'air, j'ai des flèches dont rien ne brave la pointe, et un flambeau qui peut réduire l'univers en cendres. Si tu te garantis du coup de mes flèches, certainement tu n'éviteras pas l'ardeur de mon flambeau, et, quand même tu l'éviterais, ta fuite ne te servirait de rien, je t'atteindrais en volant. »





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 8/02/2006