HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon, livre II

ἱδρώς



Texte grec :

[2,38] Καὶ ὁ Μενέλαος, "Ἀλλὰ σύ μοι δοκεῖς," ἔφη, "μὴ πρωτόπειρος ἀλλὰ γέρων εἰς Ἀφροδίτην τυγχάνειν, τοσαύτας ἡμῖν καταχέας γυναικῶν περιεργίας. ἐν μέρει δὲ καὶ τὰ τῶν παίδων ἀντάκουσον. γυναικὶ μὲν γὰρ πάντα ἐπίπλαστα, καὶ τὰ ῥήματα καὶ τὰ σχήματα· κἂν εἶναι δόξῃ καλή, τῶν ἀλειμμάτων ἡ πολυπράγμων μηχανή. καὶ ἔστιν αὐτῆς τὸ κάλλος ἢ μύρων, ἢ τριχῶν βαφῆς, ἢ καὶ φαρμάκων· ἂν δὲ τῶν πολλῶν τούτων γυμνώσῃς δόλων, ἔοικε κολοιῷ γεγυμνωμένῳ τῶν τοῦ μύθου πτερῶν. τὸ δὲ κάλλος τὸ παιδικὸν οὐκ ἀρδεύεται μύρων ὀσφραῖς οὐδὲ δολεραῖς καὶ ἀλλοτρίαις ὀσμαῖς, πάσης δὲ γυναικῶν μυραλοιφίας ἥδιον ὄδωδεν ὁ τῶν παίδων ἱδρώς. ἔξεστι δὲ αὐτῷ καὶ πρὸ τῆς ἐν Ἀφροδίτῃ συμπλοκῆς καὶ ἐν παλαίστρᾳ συμπεσεῖν καὶ φανερῶς περιχυθῆναι, καὶ οὐκ ἔχουσιν αἰσχύνην αἱ περιπλοκαί· καὶ οὐ μαλθάσσει τὰς ἐν Ἀφροδίτῃ περιπλοκὰς ὑγρότητι σαρκῶν, ἀλλ´ ἀντιτυπεῖ πρὸς ἄλληλα τὰ σώματα καὶ περὶ τῆς ἡδονῆς ἀθλεῖ. τὰ δὲ φιλήματα σοφίαν μὲν οὐκ ἔχει γυναικείαν, οὐδὲ μαγγανεύει τοῖς χείλεσι σινάμωρον ἀπάτην, ὡς δὲ οἶδε φιλεῖ, καὶ οὐκ ἔστι τέχνης ἀλλὰ τῆς φύσεως τὰ φιλήματα. αὕτη δὲ παιδὸς φιλήματος εἰκών· εἰ νέκταρ ἐπήγνυτο καὶ χεῖλος ἐγίνετο, τοιαῦτα ἂν ἔσχες τὰ φιλήματα. φιλῶν δὲ οὐκ ἂν ἔχοις κόρον, ἀλλ´ ὅσον ἐμφορῇ, διψῇς ἔτι φιλεῖν, καὶ οὐκ ἂν ἀποσπάσειας τὸ στόμα, μέχρις ἂν ὑφ´ ἡδονῆς ἐκφύγῃς τὰ φιλήματα."

Traduction française :

[2,38] {traduction peu conforme au texte grec} Un homme qui nous écoutait, et dont la physionomie annonçait un esprit délié, nous dit en souriant : « Quant à moi, je ne grossirai jamais le parti de ceux qui portent l'offrande de leur tendresse à d'autres divinités qu'aux femmes. Je les compare à des gens qui cherchent des fleurs dans un désert aride, pendant qu'ils ont des jardins fertiles où ils pourraient trouver sans peine tout ce que Flore et le printemps produisent de plus agréable. Le sexe féminin semble fait exprès pour les mystères de Vénus : beauté, embonpoint, douceur de contours, délicatesse des chairs, rien ne manque à ce sexe enchanteur pour émouvoir les sens et pour rendre le plaisir parfait. Quel charme d'exercer ses transports sur une gorge naissante qui fait voir deux boutons de rose au milieu de deux collines d'albâtre ! Quelles délices de se sentir serré par deux bras potelés, arrondis avec grâce, et qui opposent leur entrelacement à la retraite de l'amour ! Non, c'est en vain qu'un goût qui blesse la nature, prétendrait nous soutenir le contraire : en embrassant une belle femme, on embrasse la volupté même ; elle ne donne pas ses baisers, elle les imprime avec un art qui en relève les attraits, et, lorsqu'elle parvient au plus vif épanchement de la passion, une agréable fureur s'empare de son âme, elle soupire, elle parle sans suite ; ses dents, sa langue, tout se met de la partie ; de simples baisers ne lui suffisent plus dans cet instant d'ivresse, elle mord, et ses morsures sont un aiguillon qui anime le plaisir. Enfin, elle succombe sous l'excès de la volupté qui lui coule de veines en veines ; on voit nager ses yeux dans les ombres de cette heureuse mort qui fait la vie de Cythère ; on l'entend haleter, sa bouche entr'ouverte se colle avec celle de son amant, leurs haleines se croisent, et, passant de l'un à l'autre, portent leurs baisers jusqu'au fond de leur sein. Alors leurs coeurs, frappés d'une atteinte aussi puissante que douce, sortiraient de leur place, et monteraient sur le bord de leurs lèvres, si les noeuds qui les arrêtent le permettaient. Pour moi, dans ces précieux moments, j'ai toujours éprouvé que les dieux nous dédommagent assez de l'immortalité qu'ils nous refusent. »





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 8/02/2006