HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon, livre II

ἦμεν



Texte grec :

[2,31] Εἶχε δὲ ὁ Σάτυρος τοῦ φαρμάκου λείψανον, ᾧ τὸν Κώνωπα ἦν κατακοιμίσας· τούτου διακονούμενος ἡμῖν ἐγχεῖ λαθὼν κατὰ τῆς κύλικος τῆς τελευταίας, ἣν τῇ Πανθείᾳ προσέφερεν· ἡ δὲ ἀναστᾶσα ᾤχετο εἰς τὸν θάλαμον αὑτῆς καὶ εὐθὺς ἐκάθευδεν. εἶχε δὲ ἑτέραν ἡ Λευκίππη θαλαμηπόλον, ἣν τῷ αὐτῷ φαρμάκῳ καταβαπτίσας ὁ Σάτυρος (προσεπεποίητο γὰρ καὶ αὐτῆς, ἐξ οὗ τῷ θαλάμῳ προσεληλύθει, ἐρᾶν) ἐπὶ τὴν τρίτην θήραν ἔρχεται, ἐπὶ τὸν θυρωρόν. κἀκεῖνον βεβλήκει τῷ αὐτῷ πόματι. ὄχημα δὲ εὐτρεπὲς ἡμᾶς πρὸ τῶν πυλῶν ἐξεδέχετο, ὅπερ ὁ Κλεινίας παρεσκεύασε, καὶ ἔφθασεν ἡμᾶς ἐπ´ αὐτοῦ περιμένων αὐτός. ἐπεὶ δὲ πάντες ἐκάθευδον, περὶ πρώτας νυκτὸς φυλακὰς προῄειμεν ἀψοφητί, Λευκίππην τοῦ Σατύρου χειραγωγοῦντος. καὶ γὰρ ὁ Κώνωψ, ὅσπερ ἡμῖν ἐφήδρευε, κατὰ τύχην ἐκείνην ἀπεδήμει τὴν ἡμέραν, τῇ δεσποίνῃ διακονησόμενος. ἀνοίγει δὴ τὰς θύρας ὁ Σάτυρος, καὶ προήλθομεν· ὡς δὲ παρῆμεν ἐπὶ τὰς πύλας, ἐπέβημεν τοῦ ὀχήματος. ἦμεν δὲ οἱ πάντες ἕξ, ὑμεῖς καὶ ὁ Κλεινίας καὶ δύο θεράποντες αὐτοῦ. ἐπελαύνομεν οὖν τὴν ἐπὶ Σιδῶνα καὶ περὶ μοίρας τῆς νυκτὸς δύο παρῆμεν ἐπὶ τὴν πόλιν καὶ εὐθὺς ἐπὶ Βηρυτὸν τὸν δρόμον ἐποιούμεθα, νομίζοντες εὑρήσειν ἐκεῖ ναῦν ἐφορμοῦσαν. καὶ οὐκ ἠτυχήσαμεν· ὡς γὰρ ἐπὶ τοῦ Βηρυτίων λιμένος ἤλθομεν, ἀναγόμενον σκάφος εὕρομεν, ἄρτι τὰ πρυμνήσια μέλλον ἀπολύειν. μηδὲν οὖν ἐρωτήσαντες ποῦ πλεῖ, μετεσκευαζόμεθα ἐπὶ τὴν θάλασσαν ἐκ τῆς γῆς, καὶ ἦν ὁ καιρὸς μικρὸν ἄνω τῆς ἕω. ἔπλει δὲ τὸ πλοῖον εἰς Ἀλεξάνδρειαν, τὴν μεγάλην τοῦ Νείλου πόλιν.

Traduction française :

[2,31] Le soir qui précéda notre départ, Satyrus, en nous servant à table, mêla subtilement dans le vin de Panthie une dose de la liqueur qui avait endormi Conops. Elle ne manqua pas de produire son effet ordinaire : Panthie eut à peine soupé, qu'elle fut contrainte de se retirer dans son appartement, où elle demeura bientôt ensevelie sous les pavots d'un profond sommeil. Leucippe avait une nouvelle femme de chambre qui n'était point d'intelligence avec nous ; Satyrus lui fit boire du même breuvage, aussi bien qu'à notre portier dont il se défiait, et par ce moyen nous fûmes débarrassés de tous ceux qui auraient pu nuire à l'exécution de notre projet. Vers l'heure de minuit, nous descendîmes dans la rue. Clinias nous attendait avec un char traîné par d'excellents chevaux ; nous y montâmes sans tarder, et nous partîmes au nombre de six personnes, qui étaient Leucippe, Clinias, deux de ses domestiques, Satyrus et moi. Nous prîmes la route de Sidon, où nous arrivâmes à la pointe du jour. De là, sans nous arrêter, nous poussâmes jusqu'à la ville de Beryte, dans l'espérance d'y trouver quelque vaisseau prêt à faire voile. Notre attente ne fut point trompée : à peine fûmes-nous au port des Bérytiens, que nous y vîmes un navire qui allait lever l'ancre. Notre précipitation fut si grande, que nous ne nous informâmes vers quel endroit il devait tourner sa course qu'après nous y être embarqués avec tout ce que nous avions apporté de précieux. Nous sûmes alors qu'il était destiné pour Alexandrie, l'une des plus belles villes d'Égypte.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 8/02/2006