HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon, livre II

παιδός



Texte grec :

[2,23] Καὶ ὀλίγας διαλιπὼν ἡμέρας, εἰδὼς αὐτὸν γαστρὸς ἡττώμενον, φάρμακον πριάμενος ὕπνου βαθέος ἐφ´ ἑστίασιν αὐτὸν ἐκάλεσεν. ὁ δὲ ὑπώπτευε μέν τινα μηχανὴν καὶ ὤκνει τὸ πρῶτον. ὡς δὲ ἡ βελτίστη γαστὴρ κατηνάγκασε, πείθεται. ἐπεὶ δὲ ἧκε πρὸς τὸν Σάτυρον, εἶτα δειπνήσας ἔμελλεν ἀπιέναι, ἐγχεῖ τοῦ φαρμάκου κατὰ τῆς τελευταίας κύλικος ὁ Σάτυρος αὐτῷ· καὶ ὁ μὲν ἔπιε, καὶ μικρὸν διαλιπών, ὅσον εἰς τὸ δωμάτιον αὐτοῦ φθάσαι, καταπεσὼν ἔκειτο, τὸν ὕπνον καθεύδων τοῦ φαρμάκου. ὁ δὲ Σάτυρος εἰστρέχει πρός με καὶ λέγει· "Κεῖταί σοι καθεύδων ὁ Κύκλωψ· σὺ δὲ ὅπως Ὀδυσσεὺς ἀγαθὸς γένῃ." ἅμα ἔλεγε καὶ ἥκομεν ἐπὶ τὰς θύρας τῆς ἐρωμένης. καὶ ὁ μὲν ὑπελείπετο, ἐγὼ δὲ εἰσῄειν, ὑποδεχομένης με τῆς Κλειοῦς ἀψοφητί, τρέμων τρόμον διπλοῦν, χαρᾶς ἅμα καὶ φόβου. ὁ μὲν γὰρ τοῦ κινδύνου φόβος ἐθορύβει τὰς τῆς ψυχῆς ἐλπίδας, ἡ δὲ ἐλπὶς τοῦ τυχεῖν ἐπεκάλυπτεν ἡδονῇ τὸν φόβον· οὕτω καὶ τὸ ἐλπίζον ἐφοβεῖτό μου καὶ ἔχαιρε τὸ λυπούμενον. ἄρτι δέ μου προσελθόντος εἴσω τοῦ θαλάμου τῆς παιδός, γίνεταί τι τοιοῦτον περὶ τὴν τῆς κόρης μητέρα· ἔτυχεν ὄνειρος αὐτὴν ταράξας. ἐδόκει τινὰ λῃστὴν μάχαιραν ἔχοντα γυμνὴν ἄγειν ἁρπασάμενον αὐτῆς τὴν θυγατέρα καὶ καταθέμενον ὑπτίαν, μέσην ἀνατεμεῖν τῇ μαχαίρᾳ τὴν γαστέρα, κάτωθεν ἀρξάμενον ἀπὸ τῆς αἰδοῦς. ταραχθεῖσα οὖν ὑπὸ δείματος, ὡς εἶχεν ἀναπηδᾷ καὶ ἐπὶ τὸν τῆς θυγατρὸς θάλαμον τρέχει (ἐγγὺς γὰρ ἦν), ἄρτι μου κατακλιθέντος. ἐγὼ μὲν δὴ τὸν ψόφον ἀκούσας ἀνοιγομένων τῶν θυρῶν, εὐθὺς ἀνεπήδησα· ἡ δὲ ἐπὶ τὴν κλίνην παρῆν. συνεὶς οὖν τὸ κακὸν ἐξάλλομαι καὶ διὰ τῶν θυρῶν ἵεμαι δρόμῳ, καὶ ὁ Σάτυρος ὑποδέχεται τρέμοντα καὶ τεταραγμένον. εἶτα ἐφεύγομεν διὰ τοῦ σκότους καὶ ἐπὶ τὸ δωμάτιον ἑαυτῶν ἤλθομεν.

Traduction française :

[2,23] Satyrus l'invita un soir à souper avec lui au cabaret, dans le dessein de lui faire prendre d'une potion soporative qu'il avait préparée pour endormir ce dragon trop vigilant. Conops le refusa d'abord, craignant que ce ne fût quelque piège qu'on voulait lui tendre ; mais enfin, son appétit, qui, en toutes choses, était son conseiller le plus écouté, l'emporta sur sa prudence. Vers la fin du repas, Satyrus, le voyant presque ivre, n'eut pas de peine à exécuter son projet : le breuvage ne fut pas épargné ; sa force assoupissante se fit bientôt sentir à Conops, qui n'eut que le temps de se retirer dans sa chambre, où il s'abandonna au sommeil. Sur-le-champ, Satyrus vint me trouver. "Conops dort, me dit-il ; montrez votre courage, et tel qu'un autre Ulysse, signalez-vous à la faveur des ténèbres." Nous allâmes sans bruit à l'appartement de Leucippe ; Satyrus se tint en sentinelle sur la porte du corridor, Clio me reçut et m'introduisit chez sa belle maîtresse. Le coeur me tressaillait d'inquiétude et de plaisir ; l'appréhension d'être découvert empoisonnait mon espérance, et mon espérance adoucissait mes alarmes. Quelques moments avant que j'entrasse dans la chambre de Leucippe, Panthie rêvait qu'elle voyait un brigand armé d'une épée nue, et que cet homme prenait sa fille, la couchait sur le dos, et lui ouvrait les entrailles en continuant la blessure qu'il trouvait déjà faite. Éveillée en sursaut par sa frayeur, elle accourut chez Leucippe. Le bruit de la porte m'épouvanta, et je m'enfuis précipitamment vers Satyrus. Nous nous retirâmes ensemble. J'étais si troublé, qu'à peine pouvais-je me soutenir.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 8/02/2006