HODOI ELEKTRONIKAI
Du texte à l'hypertexte

ACHILLES TATIUS, Leucippé et Clitophon, livre II

φέρων



Texte grec :

[2,12] Ἔθυεν οὖν τότε ὁ πατὴρ προτέλεια τῶν γάμων. ὡς δὲ ἤκουσα, ἀπωλώλειν καὶ ἐζήτουν μηχανὴν δι´ ἧς δυναίμην ἀναβαλέσθαι τὸν γάμον. σκοποῦντος δέ μου θόρυβος ἐξαίφνης γίνεται κατὰ τὸν ἀνδρῶνα τῆς οἰκίας. ἐγεγόνει δέ τι τοιοῦτον· ἐπειδὴ θυσάμενος ὁ πατὴρ ἔτυχε καὶ τὰ θύματα ἐπέκειτο τοῖς βωμοῖς, ἀετὸς ἄνωθεν καταπτὰς ἁρπάζει τὸ ἱερεῖον· σοβούντων δὲ πλέον οὐδὲν ἦν· ὁ γὰρ ὄρνις ᾤχετο φέρων τὴν ἄγραν. ἐδόκει τοίνυν οὐκ ἀγαθὸν εἶναι· καὶ δὴ ἐπέσχον ἐκείνην τὴν ἡμέραν τοὺς γάμους. καλεσάμενος δὲ μάντεις ὁ πατὴρ καὶ τερατοσκόπους τὸν οἰωνὸν διηγεῖται. οἱ δὲ ἔφασαν δεῖν καλλιερῆσαι Ξενίῳ Διῒ νυκτὸς μεσούσης ἐπὶ θάλατταν ἥκοντας· ὁ γὰρ ὄρνις ἔτυχεν ἱπτάμενος ἐκεῖ. τὸ δὲ ἔργον εὐθὺς ἀπέβη· τὸν γὰρ ἀετὸν ἀναπτάντα ἐπὶ τὴν θάλασσαν συνέβη φανῆναι μηκέτι. ἐγὼ δὲ ταῦτα ὡς ἐγένετο τὸν ἀετὸν ὑπερεπῄνουν καὶ δικαίως ἔλεγον ἁπάντων ὀρνίθων εἶναι βασιλέα. οὐκ εἰς μακρὰν δὲ ἀπέβη τοῦ τέρατος τὸ ἔργον.

Traduction française :

[2,12] Mon père, qui, comme je vous l'ai déjà dit, brûlait de me voir lié des noeuds de l'hymen, offrait aux dieux le sacrifice que la coutume ordonne de leur présenter avant les noces. J'étais accablé d'une violente douleur, et je me croyais perdu sans ressource. Déjà la victime était immolée, déjà même on l'avait mise sur l'autel, lorsqu'un aigle, fondant du haut des airs, s'en saisit et l'enleva malgré tous les efforts qu'on fit pour l'en empêcher. On jugea que ce présage n'était pas favorable ; la cérémonie fut interrompue. Mon père consulta les augures ; ils lui répondirent qu'il devait se rendre sur le bord de la mer, et y offrir, vers l'heure de minuit, un sacrifice à Jupiter l'Hospitalier, parce que l'aigle s'était envolé de ce côté-là. Cet accident me déroba au malheur que j'appréhendais, car mon père n'osait plus s'obstiner à suivre ses premiers desseins, et, pour régler mon sort, il attendait que les dieux l'instruisissent de leur volonté. Pour moi, j'étais charmé de cette aventure, je bénissais l'aigle, et je trouvais que c'était à juste titre qu'on le regardait comme le roi des oiseaux. Le présage fut bientôt accompli.





Recherches | Texte | Lecture | Liste du vocabulaire | Index inverse | Menu | Bibliotheca Classica Selecta (BCS)

 
UCL |FLTR |Itinera Electronica |Bibliotheca Classica Selecta (BCS) |
Responsable académique : Alain Meurant
Analyse, design et réalisation informatiques : B. Maroutaeff - J. Schumacher

Dernière mise à jour : 8/02/2006